DE | FR
En direct

La Russie accuse l'Ukraine du meurtre de Dugina ++ Un haut responsable ukrainien mort

La Russie a attaqué, jeudi 24 février, l'Ukraine. Suivez les derniers développements de la crise ukrainienne.
03.07.2022, 19:1122.08.2022, 14:36
Team watson
Team watson
Suivez-moi
  • Le 24 février, Vladimir Poutine a lancé les troupes russes contre l'Ukraine. Depuis, la guerre fait rage.
  • La Russie a bombardé plusieurs villes ukrainiennes et de violents combats ont lieu depuis, mais l'armée de Moscou peine à s'imposer.
  • L'Union européenne (UE), les Etats-Unis, la Suisse et d'autres pays ont décidé d'imposer des sanctions «sans précédent» contre la Russie.
Envoyez-nous votre contribution
avatar
16:40
FIN DU DIRECT
Ce live est terminé, merci de nous avoir lu. Pour continuer de vous tenir informés de l'actualité ukrainienne, suivez-nous sur notre nouveau direct: 👉 cliquez ici 👈.
14:32
La Russie accuse l'Ukraine du meurtre de Dugina
La Russie accuse l'Ukraine du meurtre de Darya Dugina, partisane de la guerre.

«Le crime a été préparé et commis par les services secrets ukrainiens», a déclaré lundi l'agence russe de renseignement intérieur FSB, selon l'agence Interfax. Kyiv avait auparavant nié avoir quoi que ce soit à voir avec le meurtre de Dugina dimanche soir.

Le FSB a nommé une Ukrainienne née en 1979 comme l'agresseur qui s'est rendu en Russie avec sa fille fin juillet. Après le crime, tous deux sont partis pour l'Estonie, pays voisin de l'UE et de l'OTAN.

La fille du célèbre idéologue nationaliste de droite Alexander Dugin était considérée comme une fervente partisane de la guerre d'agression de la Russie contre l'Ukraine, qui dure depuis six mois. Dugina est décédée lorsque sa voiture a explosé dans un lotissement de la banlieue de Moscou.

Les représentants des médias d'Etat russes ont immédiatement accusé l'Ukraine d'être responsable de l'assassinat sans présenter aucune preuve. Selon leur argument, la tentative d'assassinat visait en fait Dugin, affilié au Kremlin, lui-même.

Certains observateurs en doutaient et voyaient plutôt l'écriture manuscrite des autorités de sécurité russes. D'autres encore ont pointé du doigt l'exilé russe Ilya Ponomarev, qui a accusé un mouvement partisan russe jusque-là inconnu – composé d'opposants au président Vladimir Poutine – d'être responsable de l'assassinat. Il était initialement difficile de savoir si le mouvement « Armée nationale républicaine » qu'il nommait existait même. (ats/apd)
In this handout photo taken from video released by Investigative Committee of Russia on Sunday, Aug. 21, 2022, investigators work on the site of explosion of a car driven by Daria Dugina outside Moscow. Daria Dugina, the daughter of Alexander Dugin, the Russian nationalist ideologist often called "Putin's brain", was killed when her car exploded on the outskirts of Moscow, officials said Sunday. The Investigate Committee branch for the Moscow region said the Saturday night blast was caused by a bomb planted in the SUV driven by Daria Dugina.(Investigative Committee of Russia via AP)
Bild: sda
4:03
Un haut responsable du service de sécurité retrouvé mort
Le chef d'une antenne régionale du service de sécurité ukrainien (SBU), a été retrouvé mort à son domicile dans le centre de l'Ukraine, a indiqué dimanche le parquet général.

Tard samedi soir, l'épouse d'Oleksandre Nakonetchny a entendu le son d'un tir dans leur appartement à Kropyvnytsky avant de découvrir le corps de son mari atteint par balle dans l'une des pièces, a précisé le parquet sur Telegram.

La police a ouvert une enquête pour établir la cause de son décès, a ajouté le parquet sans faire aucun commentaire sur les thèses examinées par les enquêteurs.

Un élu local Andriï Lavrous a de son côté affirmé sur Telegram que le responsable s'était tué en se tirant une balle dans la tête. Oleksandre Nakonetchny dirigeait l'antenne du SBU dans la région de Kirovograd depuis janvier 2021.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait limogé en juillet le chef du SBU Ivan Bakanov en lui reprochant des efforts insuffisants en matière de lutte contre les espions et collaborateurs de Moscou qui a lancé en février son invasion de l'Ukraine.

Le dirigeant avait alors annoncé une «révision des cadres» au sein du SBU, dont plusieurs hauts responsables ont été limogés ces derniers mois.
13:18
La Russie pourrait «faire quelque chose de dégoûtant», selon Zelensky
La Russie pourrait «faire quelque chose de particulièrement dégoûtant» et de «particulièrement cruel» la semaine prochaine en Ukraine, à l'occasion du jour de l'Indépendance du pays, a averti samedi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

L'Ukraine fête le 24 août son indépendance de l'URSS en 1991. Cette année, cette date marquera aussi les six mois de l'invasion russe qui a fait des dizaines de milliers de morts et causé des destructions massives dans ce pays.
epa10127790 Ukrainian President Volodymyr Zelensky during the joint press conference with UN Secretary-General Antonio Guterres and Turkish President Recep Tayyip Erdogan (both not pictured) during their meeting in Lviv, Ukraine, 18 July 2022. Turkish President Erdogan and UN Secretary-General Guterres arrived in Ukraine to meet with President Zelensky to talk on improving the grain initiative and the situation around the Zaporizhzhia nuclear power plant.  EPA/MYKOLA TYS
Bild: sda
(Zelensky met en garde contre le risque accru de provocations russes lors de la célébration de l'Indépendance de l'Ukraine)

«Un des objectifs clefs de l'ennemi est de nous humilier», de «semer l'abattement, la peur et des conflits», mais «nous devons être suffisamment forts pour résister à toute provocation» et «faire payer les occupants pour leur terreur», a-t-il ajouté.

Un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak, a estimé que la Russie pourrait intensifier ses bombardements de villes ukrainiennes pendant les 23 et 24 août. «La Russie est un Etat archaïque qui lie ses actions à certaines dates, c'est une sorte d'obsession. Ils nous détestent et tenteront d'augmenter (...) le nombre de bombardements de nos villes dont Kiev avec des missiles de croisière», a-t-il déclaré selon l'agence Interfax-Ukraine.

Couvre-feu instauré

Dans ce contexte, les autorités de Kiev ont annoncé dimanche l'interdiction de tout rassemblement public du 22 au 25 août dans la capitale. Le gouverneur de la région de Kharkiv (centre-est), a de son côté annoncé samedi un long couvre-feu prévu du soir du 23 août au matin du 25 août.

«Ne permettons aucune provocation à l'ennemi. Soyons le plus vigilants possible pendant la fête de notre indépendance», a argué le gouverneur Oleg Synegoubov sur Telegram.
11:02
La fille d'un idéologue proche de Poutine tuée
La fille de Alexandre Douguine a été tuée samedi soir dans l'explosion de sa voiture dans la région de Moscou.

Daria Douguina, journaliste et politologue, était au volant d'une Toyota Land Cruiser au moment où celle-ci a explosé avant de prendre feu, sur une autoroute près du village de Bolchiïe Viaziomy, à une quarantaine de kilomètres de Moscou, selon le communiqué.

La jeune femme, née en 1992, «a été tuée sur les lieux», précise-t-il. Selon les enquêteurs, un engin explosif a été placé dans le véhicule. Une enquête pour «homicide» a été ouverte, explique le Comité d'enquête russe, chargé des principales investigations criminelles dans le pays.

Son père visé?
Selon des proches de la famille, cités par les agences de presse russes, c'est l'intellectuel et écrivain ultra-nationaliste Alexandre Douguine qui était visé par l'explosion, Daria ayant emprunté la voiture de son père pour ce déplacement.

Promoteur de la doctrine «eurasiste», une sorte d'alliance entre l'Europe et l'Asie sous direction russe, Alexandre Douguine, qui influence une partie de l'extrême droite française, est visé depuis 2014 par les sanctions de l'Union européenne prises dans la foulée de l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie.

Ces dernières années, l'Ukraine a interdit plusieurs de ses ouvrages, notamment «Ukraine. Ma guerre. Journal géopolitique» et «Revanche eurasiatique de la Russie».

Le dirigeant de la République populaire de Donetsk (DNR), autoproclamée par les séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine, Denis Pouchiline a accusé dimanche les forces ukrainiennes d'être derrière l'assassinat de Daria Douguina.
In this handout photo taken from video released by Investigative Committee of Russia on Sunday, Aug. 21, 2022, investigators work on the site of explosion of a car driven by Daria Dugina outside Moscow. Daria Dugina, the daughter of Alexander Dugin, the Russian nationalist ideologist often called "Putin's brain", was killed when her car exploded on the outskirts of Moscow, officials said Sunday. The Investigate Committee branch for the Moscow region said the Saturday night blast was caused by a bomb planted in the SUV driven by Daria Dugina.(Investigative Committee of Russia via AP)
Bild: sda
(«Les terroristes du régime ukrainien ont tenté de liquider Alexandre Douguine, mais ont fait exploser sa fille», a affirmé Denis Pouchiline sur Telegram.)
(L'intellectuel et écrivain ultra-nationaliste Alexandre Douguine👆, proche de Poutine, aurait été visé par l'explosion)

Mais qui est Alexandre Douguine?
Notre article sur le penseur diabolique derrière la guerre de Poutine
15:31
Douze blessés dans un bombardement russe
Douze Ukrainiens, dont trois enfants, ont été blessés samedi dans un bombardement russe dans la ville de Voznesensk, située non loin d'une centrale nucléaire dans la région de Mykolaïv, au sud du pays, selon un nouveau bilan du parquet général ukrainien.

«Selon des informations préliminaires, douze personnes dont trois enfants ont été blessés. Deux enfants sont dans un état grave», a indiqué le parquet sur la messagerie Telegram.

Plus tôt dans la journée, le gouverneur régional Vitaly Kim a fait état, sur le même réseau, de neuf blessés, dont quatre enfants âgés de trois à 17 ans et se trouvant, selon lui, «tous dans un état grave».

Voznesensk se trouve à une vingtaine de kilomètres à vol d'oiseau de la centrale nucléaire ukrainienne de Privdennooukraïnsk, deuxième plus puis puissante en Ukraine, qui compte au total quatre centrales atomiques.
Le pont de Voznesensk détruit par les forces ukrainiennes
Bild: twitter
13:56
Crimée: attaque au drone contre un état-major de la Flotte russe
Une attaque au drone a visé samedi l'état-major de la Flotte russe de la mer Noire à Sébastopol. Elle n'a pas fait de blessés, a indiqué le gouverneur de cette ville de la péninsule annexée de Crimée, Mikhaïl Razvojaïev.

«Le drone a été abattu juste au-dessus de l'état-major de la Flotte, il est tombé sur le toit et a pris feu», a écrit M. Razvojaïev sur Telegram.

L'incident «n'a pas fait de graves dégâts», ni de blessés, a-t-il précisé en rejetant la responsabilité de l'attaque sur les forces ukrainiennes. Il s'agit de la deuxième attaque au drone contre l'état-major de la Flotte russe de la mer Noire à Sébastopol en moins d'un mois.

Le 31 juillet, un drone s'était posé dans la cour de l'état-major de la Flotte, faisant cinq blessés parmi ses employés et provoquant l'annulation de toutes les festivités prévues à l'occasion de la Journée de la Flotte russe célébrée ce jour-là.

Accusée par la Russie d'être derrière cette attaque, l'Ukraine avait alors démenti son implication, en qualifiant ces accusations de «provocation».
22:48
Les Etats-Unis envoient des drones et une aide militaire supplémentaire à l'Ukraine
Le gouvernement américain a annoncé qu'il mettrait à disposition de l'Ukraine une aide militaire supplémentaire d'environ 775 millions de dollars (environ 743 millions de francs). Le paquet d'aide prévu doit notamment comprendre 15 drones de surveillance de type ScanEagle, 40 véhicules protégés contre les mines et 16 obusiers blindés, a annoncé vendredi le ministère américain de la Défense. L'aide militaire américaine à l'Ukraine depuis le début du mandat du président américain Joe Biden s'élève ainsi à un total de 10,6 milliards de dollars américains (environ 10,16 milliards de francs).

Selon le Pentagone, c'est la 19e fois que le ministère américain de la Défense fournit à l'Ukraine du matériel provenant de ses propres stocks depuis août 2021. «Comme le président Biden l'a clairement indiqué, nous soutiendrons l'Ukraine dans la défense de sa démocratie aussi longtemps que cela sera nécessaire», a déclaré le Pentagone dans un communiqué. Les Etats-Unis continueront à travailler avec leurs alliés pour équiper les soldats ukrainiens de manière à ce qu'ils puissent faire face à l'évolution des besoins sur le champ de bataille. (sda/dpa)
20:44
La Russie coupe le Nord Stream 1 pendant trois jours
Depuis des semaines, le gazoduc Nord Stream 1 (en mer Baltique) transporte un cinquième de ce qu'il pourrait être. Il doit maintenant être arrêté pendant trois jours, «pour la révision d'une turbine».

La Russie a annoncé que les livraisons de gaz via le gazoduc Nord Stream 1 seraient interrompues pendant trois jours fin août. Du 31 août au 2 septembre, aucun gaz ne sera acheminé vers l'Allemagne en raison de travaux de maintenance, a annoncé vendredi le groupe public Gazprom. Ensuite, 33 millions de mètres cubes de gaz naturel devraient à nouveau être livrés chaque jour. Cela correspond aux 20% de la capacité maximale quotidienne, dont la Russie a déjà réduit la livraison il y a quelques semaines.
Transferstation Lubmin in Deutschland.
Bild: Keystone
Durant ces trois jours, la seule turbine en état de marche de la station de compression de Portovaïa doit être contrôlée et révisée, selon Gazprom. Cela devrait se faire en collaboration avec des spécialistes de Siemens Energy. Contacté, Siemens Energy n'a fait aucun commentaire.

En raison de prétendues réparations nécessaires, Gazprom avait depuis longtemps déjà réduit le flux de gaz à 33 millions de mètres cubes. Afin de récupérer une turbine réparée au Canada, l'Allemagne a demandé au gouvernement d'Ottawa une dérogation aux sanctions contre Moscou. Mais une fois la centrale de retour en Allemagne, Gazprom ne s'est pas montré pressé de l'installer. Gazprom a parlé de «documents manquants». Le gouvernement allemand a donc reproché à Moscou de ne faire que prétexter les problèmes techniques.

En raison de l'attaque russe contre l'Ukraine, l'Allemagne tente de réduire sa dépendance vis-à-vis du gaz naturel russe. Afin de remplir les réservoirs pour la saison de chauffage, d'autres fournisseurs sont recherchés. Le double gazoduc Nord Stream 1 transporte depuis 2011 du gaz sous la mer Baltique vers l'Allemagne. (sda/awp/dpa)
16:23
Poutine et Macron sont pour une inspection de Zaporijia
Le président Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron sont favorables à une inspection de la centrale de Zaporijia «dans les plus brefs délais», rapporte Le Parisien. Selon cette même source, le maître du Kremlin se serait plaint auprès de Macron d'«obstacles» à l'exportation de produits agricoles russes.

Les deux chefs d'Etat viennent de terminer un appel téléphonique, rapporte Le Guardian. Il visait la situation en Ukraine, a indiqué Moscou. Poutine aurait déclaré, selon Reuters, que le bombardement de la centrale nucléaire de sous contrôle russe dans le sud de l'Ukraine, qu'il imputait à Kiev, créait le risque d'une «catastrophe à grande échelle».
11:45
La Russie n'a fait aucun gain territorial
Un rapport de l'Institute for the Study of War, une organisation de recherche à but non lucratif aux Etats-Unis, a révélé qu'il n'y avait «aucun gain territorial russe revendiqué ou évalué en Ukraine le 18 août 2022 pour la première fois depuis le 6 juillet 2022».

Le rapport suggère que la propagande russe s'est intensifiée alors que les tensions continuent de monter autour de la centrale nucléaire de Zaporijia, comme le chef des forces russes de défense contre les radiations, les produits chimiques et biologiques, le lieutenant-général Igor Kirillov, a affirmé, le 18 août, lors d'un briefing que «les forces ukrainiennes sont prépare une provocation à la centrale nucléaire de Zaporijia et que la provocation doit coïncider avec la visite du secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres en Ukraine».
11:29
Plus de 44 000 soldats russes tués selon le Kyiv Independant
Le Kyiv Independent, un média anglophone Ukrainien qui suit la situation dans le pays, rapporte que selon l'état-major ukrainien, la Russie a perdu 44 700 soldats en Ukraine ainsi que 1899 chars, 4 195 véhicules de combat blindés, 1 016 systèmes d'artillerie, 266 systèmes de lance-roquettes multiples, 141 systèmes de défense aérienne, 197 hélicoptères, 234 avions, 795 drones et 15 bateaux.
11:26
Un sommet pour la libération de la Crimée
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg (ici à droite 👇), participera en ligne au deuxième sommet de la plate-forme Crimée, une plate-forme internationale de travail et de coopération pour la libération de la Crimée. Le sommet, initié par l'Ukraine, pourra être visionné en direct sur le site Web de l'Otan.
NATO Secretary General Jens Stoltenberg, right, speaks with Serbian President Aleksandar Vucic prior to a meeting at NATO headquarters in Brussels, Wednesday, Aug. 17, 2022. (AP Photo/Olivier Matthys)
Jens Stoltenberg,Aleksandar Vucic
Bild: sda
11:23
Poutine et Xi veulent tous deux assister aux sommets du G20 à Bali
Le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, et le président chinois, Xi Jinping, auraient tous deux prévu de se rendre au sommet du G20 à Bali en novembre. Le président indonésien, Joko Widodo, a déclaré à l'agence de presse Bloomberg dans une interview publiée vendredi: «Xi Jinping viendra. Le président Poutine m'a également dit qu'il viendrait.» Widodo (ici en image 👇) avait invité Poutine, mais le Kremlin a jusqu'à présent laissé ouverte sa participation. Cependant, Bloomberg n'a initialement reçu aucune confirmation des plans de voyage de sources officielles russes ou chinoises. L'Indonésie occupe actuellement la présidence du G20.
Indonesian President Joko Widodo gestures as he delivers his annual State of the Nation Address ahead of the country's Independence Day, at the parliament building in Jakarta, Indonesia, Tuesday, Aug. 16, 2022. (Bagus Indahono/Pool Photo via AP)
Bild: sda
En Occident, la participation de Poutine au sommet est considérée comme problématique, d'autant plus que Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a également été invité. A cause de la guerre d'agression contre le pays voisin, la Russie est politiquement isolée. Plusieurs Etats ont remis en question leur participation si Poutine se présentait en personne.
11:19
La Russie déplacerait des missiles Kinzhal vers Kaliningrad
Dans un geste menaçant contre l'Occident, la Russie dit avoir déplacé des avions de combat avec les nouveaux missiles hypersoniques «Kinjal» vers son enclave de la mer Baltique de Kaliningrad. Trois intercepteurs MiG-31 équipés de missiles air-sol étaient stationnés sur la base aérienne de Chkalovsk en tant que «mesure supplémentaire de dissuasion stratégique». Selon l'agence Interfax, le ministère russe de la Défense à Moscou l'a annoncé jeudi. Kaliningrad se situe entre la Pologne et la Lituanie, pays de l'UE, à environ 500 kilomètres de Berlin, mais à plus de 1000 kilomètres de Moscou.

Pour aller plus loin 👇
11:16
L'Estonie décide d'accorder une aide militaire supplémentaire à l'Ukraine
L'Estonie veut fournir à l'Ukraine des armes supplémentaires, telles que des mortiers et des armes antichars, à utiliser dans la lutte contre la Russie. Le gouvernement de Tallinn l'a décidé jeudi. Le pays balte, membre de l'UE et de l'Otan, souhaite également soutenir l'initiative du Royaume-Uni visant à étendre la formation des forces armées ukrainiennes. L'Estonie souhaite également envoyer un autre hôpital de campagne en Ukraine avec l'Allemagne, a indiqué le ministère de la Défense.

«Les combats en Ukraine continuent d'être intenses. Bien que de plus en plus d'armes occidentales atteignent les lignes de front, notre responsabilité morale est de continuer à soutenir l'Ukraine», a déclaré le ministre estonien de la Défense, Hanno Pevkur (ici en image 👇). «Ils se battent pour nos valeurs communes, et s'il y a quelque chose que nous pouvons envoyer aux Ukrainiens, nous devons le faire.»
Estonian Minister of Defence Hanno Pevkur arrives to the donor donor conference for Ukraine at Christiansborg Palace in Copenhagen, Thursday, Aug. 11, 2022. The international donation conference will strengthen the long-term support for Ukraine with discussions on how financing, weapons production, training and demining can be strengthened going forward. (Philip Davali/Ritzau Scanpix via AP)
Bild: sda
4:10
La défense aérienne russe activée près de la ville de Kertch, en Crimée
Signe que la situation reste tendue en Crimée, la défense antiaérienne russe a été activée jeudi soir près de la ville de Kertch, où se trouve un pont raccordant la péninsule à la Russie continentale, construit à grands frais après l’annexion, selon Le Monde. «Les systèmes de défense antiaérienne ont été activés à Kertch. Il n’y a aucun danger pour la ville ou le pont», a affirmé un responsable régional, Oleg Krioutchkov, cité par les agences de presse russes.

Ces systèmes visent à intercepter et détruire des projectiles ou des aéronefs ennemis qui entrent dans leur rayon d’action. Mercredi, par la voix d’un conseiller de la présidence, Mykhaïlo Podoliak, Kiev avait menacé de « démanteler » ce pont que de nombreux Russes, allant ou rentrant de vacances en Crimée, empruntent actuellement.
20:12
Guterres annonce une mission d'information sur la prison bombardée
Après l'attaque d'un camp de prisonniers de guerre ukrainiens fin juillet, le secrétaire général de l'ONU António Guterres a annoncé l'envoi d'une mission de reconnaissance. Le général brésilien Carlos dos Santos Cruz devrait donc diriger l'opération. «Nous allons maintenant continuer à travailler pour obtenir les assurances nécessaires afin de garantir un accès sécurisé au site et à tous les autres lieux pertinents», a déclaré M. Guterres jeudi après une rencontre avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le chef d'État turc Recep Tayyip Erdoğan à Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine.
epa10127801 Turkish President Recep Tayyip Erdogan (L), Ukrainian President Volodymyr Zelensky (C) and UN Secretary-General Antonio Guterres (R) attend a joint press conference in Lviv, Ukraine, 18 July 2022. Turkish President Erdogan and UN Secretary-General Guterres arrived in Ukraine to meet with President Zelensky to talk on improving the grain initiative and the situation around the Zaporizhzhia nuclear power plant.  EPA/MYKOLA TYS
Bild: sda
Après la mort d'une cinquantaine de prisonniers de guerre ukrainiens fin juillet dans la prison d'Olenivka près de Donetsk, l'Ukraine avait demandé l'accès à des experts internationaux indépendants pour faire la lumière sur cette affaire. La Russie et l'Ukraine s'accusent mutuellement d'être responsables de la mort des prisonniers. (ats/dpa)
17:58
Zelensky rencontre le secrétaire général de l'ONU Guterres à Lviv
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a rencontré le secrétaire général de l'ONU António Guterres pour des entretiens dans l'ouest de l'Ukraine. «Une attention particulière a été portée au chantage nucléaire de la Russie à la centrale nucléaire de Zaporijia», indique un communiqué du bureau présidentiel publié jeudi.
epa10127454 A handout photo made available by the Ukrainian Presidential Press Service shows Ukrainian President Volodymyr Zelensky (R) welcoming UN Secretary-General Antonio Guterres (L) in Lviv, Ukraine, 18 July 2022. Zelensky welcomed Turkish President Erdogan and UN Secretary-General Guterres for talks on improving the grain initiative and the situation around the Zaporizhzhia nuclear power plant.  EPA/UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE HANDOUT -- MANDATORY CREDIT: UKRAINIAN PRESIDENTIAL PRESS SERVICE -- HANDOUT EDITORIAL USE ONLY/NO SALES
Bild: sda
Les Nations unies doivent assurer la sécurité de cet objet stratégique avec la démilitarisation et le retrait des forces russes, a-t-il déclaré. Guterres et Zelenskyy se sont rencontrés au palais Potocki dans la métropole ukrainienne occidentale de Lviv (Lemberg), à environ 60 kilomètres de la frontière polonaise. Selon les médias turcs, Zelensky a également eu des entretiens bilatéraux avec le président turc Recep Tayyip Erdogan. Ensuite, il devait y avoir une conversation à trois.
17:53
43 navires céréaliers mis en mer depuis l'ouverture du corridor
Selon des sources turques, 43 navires ont déjà pris la mer depuis l'accord sur les céréales ukrainiennes. 25 d'entre eux avaient quitté l'Ukraine, 18 avaient pris le chemin des ports ukrainiens, a annoncé jeudi le ministère turc de la Défense.
epa10008262 A Yemeni pours wheat grains into a flour mill in Sana'a, Yemen, 11 June 2022. Yemen is looking for alternative wheat markets in order to cover the disruption to global wheat supplies generated by the fallout from the Russian invasion of Ukraine as the war-ravaged Arab country imports about 46 percent of wheat from Russia and Ukraine. The conflict in Ukraine and the prolonged war in Yemen have caused shortages of wheat and food price spikes in the impoverished Arab country, exacerbating its already dire humanitarian situation. Yemen is one of the most food-insecure countries in the world with 19 million Yemenis out of the country?s 30 million population suffer from food insecurity and an additional 1.6 million expected to fall into emergency levels of hunger, bringing the total to 7.3 million people by the end of 2022, the United Nations has warned.  EPA/YAHYA ARHAB
Bild: sda
Ainsi, plus de 622 000 tonnes de céréales ont été expédiées depuis les ports ukrainiens, a-t-il précisé.

Fin juillet, l'ONU et la Turquie ont négocié des accords selon lesquels l'Ukraine pourrait à nouveau exporter des céréales via ses ports de la mer Noire, malgré la guerre d'agression russe. On estime que plus de 20 millions de tonnes de produits céréaliers sont stockées en Ukraine. Les accords seront également discutés lors de la réunion de jeudi entre le secrétaire général de l'ONU António Guterres, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président ukrainien Volodymyr Zelensky à Lviv.
13:44
L'Estonie limite l'entrée des citoyens russes sur son territoire
L'Estonie a durci ses règles en matière de visas pour les personnes en provenance de Russie et restreint leur entrée sur son territoire.

A partir de ce jeudi, les citoyens russes ne pourront plus entrer dans ce pays balte membre de l'UE et de l'Otan avec un visa Schengen délivré par l'Estonie. Selon un porte-parole du ministère de l'Intérieur à Tallinn, des contrôles de visas supplémentaires seront effectués aux trois points de passage de la frontière avec la Russie à Narva, Luhamaa et Koidula.
L'Estonie avait déjà largement suspendu l'octroi de visas et de permis de séjour aux Russes en réaction à la guerre menée par la Russie en Ukraine. Avec un visa valable, il était toutefois toujours possible d'entrer dans l'espace Schengen en bus ou en voiture par la frontière estonienne. Cela ne sera plus possible à l'avenir. Certaines exceptions s'appliquent toutefois aux Russes qui ont un domicile, un droit de séjour ou des parents en Estonie.

Les citoyens russes peuvent également continuer à entrer en Estonie avec des visas délivrés par d'autres membres de l'UE, qui sont valables pour l'ensemble de l'espace Schengen et ses 26 pays européens. Avec ses voisins finlandais et lettons, également limitrophes de la Russie, l'Estonie plaide donc pour une interdiction générale des visas touristiques. L'Allemagne et la Commission européenne à Bruxelles s'y opposent.
9:28
De l'or russe est encore arrivé en Suisse en juillet
En juillet, la Suisse a accueilli dans ses coffres 261 kilogrammes d'or d'origine russe d'une valeur de 14 millions de francs. Le métal jaune a une nouvelle fois transité par le Royaume-Uni avant d'arriver sur territoire helvétique, précédant la mise en oeuvre de nouvelles sanctions.

«Ces envois respectent les mesures qui étaient en vigueur au moment de leur importation en Suisse», indique jeudi l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF). Début août, l'Union européenne (UE) a interdit l'importation directe ou indirecte d'or ou de produits en or exportés de la Russie, sanction reprise par le Conseil fédéral le 4 août.
Fin juin, l'OFDF avait indiqué qu'environ trois tonnes d'or russe avaient été importées en Suisse depuis le Royaume-Uni au mois de mai, pour une valeur de 194 millions de francs. La Suisse compte de nombreuses raffineries qui pourraient fondre les lingots, avait rappelé pour sa part l'agence de presse Bloomberg.

Les importations totales en provenance de Russie ont atteint 23 millions de francs en juillet, soit la valeur la plus faible depuis le début de l'année, précise l'OFDF.
6:35
Guterres et Erdogan rencontrent Zelensky
Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres doit rencontrer jeudi les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan à Lviv. Ils vont discuter de la situation dans le pays presque six mois après son invasion.

Les trois hommes discuteront du récent accord sur l'exportation des céréales ukrainiennes mais aussi «du besoin d'une solution politique à ce conflit», a précisé le porte-parole de l'ONU Stephane Dujarric. «Je n'ai aucun doute (sur le fait) que la question de la centrale nucléaire (de Zaporijjia) et d'autres seront également abordées».
Guerre en Ukraine: Zelensky a réagi aux accusations d'Amnesty
Bild: sda
Dans sa traditionnelle déclaration du soir, Zelensky a indiqué mercredi que Guterres était «déjà arrivé en Ukraine. Nous travaillerons ensemble pour parvenir aux résultats nécessaires pour l'Ukraine».

Le secrétaire général doit également s'entretenir en bilatéral avec Zelensky. Il a ensuite prévu de se rendre vendredi à Odessa, un des trois ports utilisés dans le cadre de l'accord d'exportation de céréales, avant de se rendre en Turquie pour visiter le Centre de coordination conjointe (CCC) chargé de superviser cet accord.
4:08
Nucléaire: «nous devons nous préparer à tous les scénarios»
L'Ukraine doit se préparer à «tous les scénarios» à la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée par les troupes russes et visée par des bombardements répétés, a averti mercredi le ministre ukrainien de l'Intérieur.

Moscou et Kiev se sont accusés mutuellement de ces bombardements, qui ont ciblé la plus grande centrale nucléaire d'Europe, sous contrôle de l'armée russe depuis mars, faisant resurgir le spectre d'une catastrophe majeure en Europe.

«Personne ne pouvait prévoir que les troupes russes allaient tirer sur des réacteurs nucléaires à l'aide de chars. C'était du jamais vu», a accusé Denys Monastyrsky lors d'un déplacement à Zaporijjia, ville du Sud située à une cinquantaine de kilomètres à vol d'oiseau de cette installation.

Après avoir assisté à des exercices de premiers secours en cas d'accident nucléaire, il a déclaré : «nous devons nous préparer à tous les scénarios possibles», accusant la Russie d'être un «Etat terroriste (...) Tant que la Russie contrôle la centrale nucléaire de Zaporijjia, il y a de gros risques».

Des dizaines de secouristes ukrainiens ont participé à cet exercice sous une chaleur de plomb, ont constaté des journalistes de l'AFP mercredi. Equipés de masques à gaz et de vêtements protecteurs avec des dosimètres, ils se sont entrainés à évacuer des blessés et nettoyer des véhicules contaminés.

Le patron l'opérateur nucléaire ukrainien Energoatom, Petro Kotine, a estimé que jusqu'à 500 soldats russes, ainsi qu'une cinquantaine de véhicules militaires dont des blindés et des chars se trouvent à la centrale.
21:54
Six morts et seize blessés dans une frappe russe sur Kharkiv
Au moins six personnes ont été tuées et seize blessées mercredi dans un bombardement russe sur Kharkiv, la deuxième ville d'Ukraine, ont annoncé les autorités locales. Le président Volodymyr Zelensky a dénoncé une «attaque ignoble et cynique».

Le maire de Kharkiv, Igor Terekhov, avait dans un premier temps évoqué sur Telegram un bilan de trois morts et dix blessés, avant que le gouverneur régional Oleg Sinegoubov ne le revoie à la hausse.

«Malheureusement, le nombre de morts et de blessés à la suite du bombardement (...) a augmenté : six personnes sont mortes, seize ont été blessées», a indiqué M. Sinegoubov sur Telegram.

«Il y un puissant incendie sur les lieux de la frappe dans un immeuble d'habitation», a ajouté Igor Terekhov.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a lui évoqué un immeuble d'habitation «totalement détruit» dans la frappe. «Une attaque ignoble et cynique sur les civils qui n'a aucune justification et démontre l'impuissance de l'agresseur», a-t-il écrit sur Telegram. «Nous ne pardonnerons pas, nous nous vengerons».

Située à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe dans le nord-est de l'Ukraine, la ville de Kharkiv est régulièrement pilonnée par l'armée russe depuis le début de l'invasion fin février, mais les troupes de Moscou n'ont jamais réussi à prendre la cité.

Des centaines de civils ont été tués dans la région de Kharkiv depuis le début de la guerre, selon le décompte des autorités. Les forces russes concentrent actuellement leur offensive sur l'Est et le Sud de l'Ukraine.
17:12
La Suisse sanctionne Viktor Ianoukovitch et son fils
La Suisse s'associe aux sanctions contre l'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch. Lui et son fils figurent désormais sur la liste des personnes soumises à des interdictions de voyage et des sanctions financières dans le cadre de la guerre en Ukraine.

Le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR) a inscrit M. Ianoukovitch, aujourd'hui âgé de 72 ans, et son fils Oleksandr, 49 ans, sur la liste des personnes sanctionnées, a indiqué mercredi le Secrétarait d'Etat à l'économie (SECO). Les sanctions s'appliquent à partir de 18 heures mercredi.

Le père et le fils figuraient déjà sur la liste des personnes sanctionnées par l'UE depuis le 4 août. Ils sont responsables du soutien et de la mise en œuvre d'actions qui menacent l'intégrité territoriale, la souveraineté et l'indépendance de l'Ukraine, est-il écrit dans la décision du DEFR.

Selon différentes sources, M. Ianoukovitch a fait partie d'une opération spéciale russe qui visait à le voir remplacer le président ukrainien actuel lors de la première phase de la guerre d'agression russe contre l'Ukraine, poursuit le document.

Son fils Oleksandr continue notamment à mener des activités commerciales dans le Donbass contrôlé par les groupes séparatistes, en particulier dans les secteurs de l'énergie, du charbon, de la construction, de la banque et de l'immobilier.

Viktor Ianoukovitch a été le président de l'Ukraine de 2010 à 2014. Il s'est installé en Russie après avoir été destitué par le parlement ukrainien
13:07
Une commission veut une taskforce en vue du gel des avoirs russes
Une taskforce devrait être instaurée en vue du gel des avoirs des oligarques russes et biélorusses. La commission de l'économie et des redevances du National a déposé par 13 voix contre 12 une motion en ce sens.

Le groupe de travail sera chargé de mettre en œuvre les sanctions internationales prises contre la Russie et la Biélorussie à la suite de la guerre en Ukraine. Il devra en particulier localiser et bloquer, jusqu'à clarification incontestable, les avoirs détenus en Suisse par de riches ressortissants figurant sur la liste des personnes sanctionnées. Pour une minorité, les structures existantes et les mesures prises par la Confédération sont suffisantes. Aucune mesure supplémentaire n'est nécessaire.

Une motion similaire a déjà été rejetée en juin par le National. Le texte allait toutefois plus loin. Il exigeait notamment une confiscation des avoirs. La mesure, problématique sur le plan de l’état de droit, est absente de la nouvelle motion, souligne la commission.
7:38
Moscou espérait que Berne reste un «havre pour le business russe»
Moscou «n'avait rien anticipé» lorsque la Suisse a annoncé s'aligner sur les sanctions européennes en mars, selon l'ancien diplomate russe auprès de l'ONU à Genève, Boris Bondarev. Les Russes «espéraient qu'elle resterait un havre pour le business russe, qu'il soit légal ou non», a-t-il déclaré.

«C'était très naïf, mais cela s'est vraiment passé ainsi», a indiqué le diplomate dans une interview accordée au Temps mercredi. Le Russe a démissionné en mai en protestation contre la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Boris Bondarev s'est également exprimé sur la stratégie russe dans cette guerre, qui consiste à attendre que la société occidentale se fatigue, selon lui. «Moscou va s'assurer que l'Europe gèle cet hiver. Jusqu'au point où les opinions publiques feront pression sur les politiques pour qu'ils exigent à leur tour que l'Ukraine négocie avec la Russie».
5:19
Un conseiller de Zelensky évoque de possibles futures attaques en Crimée
Dans un entretien au quotidien britannique The Guardian, Mykhailo Podoliak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, déclare qu’il pourrait y avoir dans les «deux ou trois prochains mois», des attaques similaires à celle qui s’est produite mardi sur une base russe dans le nord de la Crimée.

Bien que l’Ukraine n’ait pas revendiqué la responsabilité de cette frappe sur un dépôt de munitions, décrite par Moscou comme un « acte de sabotage », le conseiller a qualifié l’incident de «rappel» que «la Crimée occupée par les Russes est sujette à des explosions d’entrepôts et à un risque élevé de mort pour les envahisseurs et les voleurs».
22:06
L’opérateur nucléaire ukrainien s'offusque d'une cyberattaque russe contre son site
L’opérateur public ukrainien des centrales nucléaires, Energoatom, a dénoncé mardi dans un communiqué une cyberattaque russe «sans précédent» contre son site, en précisant que son fonctionnement n’avait pas été perturbé.
Le groupe russe «Cyberarmée populaire» a utilisé 7,25 millions de robots internet qui ont, pendant trois heures, attaqué le site d’Energoatom, a assuré la société ukrainienne, selon qui cette tentative de piratage «n’a pas eu d’impact considérable sur le travail du site d’Energoatom».
17:25
Moscou accuse les Ukrainiens de «saboter» les lignes électriques russes
La Russie s'est plainte des perturbations dans l'une de ses centrales nucléaires dans la région frontalière de l'Ukraine et a blâmé les citoyens du pays voisin.

Au cours des deux dernières semaines, des «groupes de sabotage ukrainiens» ont fait exploser des engins explosifs sur un total de six pylônes électriques dans la région de Koursk , a annoncé mardi le service secret intérieur russe FSB, selon l'agence Interfax. Les accusations contre l'Ukraine, contre laquelle la Russie est en guerre depuis près de six mois, n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. Selon le FSB, la centrale nucléaire de Koursk a entre-temps connu «une perturbation dans le processus d'exploitation technologique».
Les services secrets russes ont déclaré qu'ils recherchaient les responsables. De plus, selon les informations officielles, les centrales nucléaires russes doivent désormais être encore mieux protégées.
17:19
Explosion de munitions dans une base russe en Crimée
L'explosion des munitions qui s'est produite mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, était due à un «acte de sabotage», a indiqué l'armée russe dans un communiqué.

Le dépôt militaire situé près de Djankoï, dans le nord de la Crimée, "a été endommagé le 16 août dans la matinée à la suite d'un acte de sabotage, affirme le communiqué, cité par les agences de presse russes, sans toutefois en désigner les responsables.
11:29
Lindt & Sprüngli se retire du marché russe
Lindt & Sprüngli se retire du marché russe, après avoir annoncé début mars cesser ses activités sur place suite à l'invasion de l'Ukraine par les forces armées russes.
10:19
Débarquement russe écarté à Odessa
Selon des experts militaires britanniques, le danger que des troupes russes débarquent dans le port ukrainien d'Odessa depuis la mer a été largement écarté.

Cela vient de la mise à jour quotidienne des renseignements du ministère de la Défense à Londres, qui a été publiée mardi. «Cela signifie que l'Ukraine peut déplacer des ressources pour faire pression sur les forces terrestres russes ailleurs», ont conclu les Britanniques. Aucun port n'est requis pour un soi-disant débarquement amphibie de troupes et de matériel à l'aide de navires spéciaux.

Selon Londres, les navires russes ne sont que partiellement capables de soutenir efficacement les efforts d'invasion de Moscou en Ukraine. En conséquence, ils adoptent une «attitude extrêmement défensive». Hormis les sous-marins, ils sont toujours restés en vue des côtes de la péninsule de Crimée sous contrôle russe. Cela contraste avec l'activité accrue des navires russes dans d'autres mers à cette période de l'année, selon le communiqué.

Alors que les navires russes continuent de tirer des missiles à longue portée, la flotte a du mal à maintenir sa suprématie navale. Il a été affaibli principalement par la perte de son vaisseau amiral Moskva, d'un nombre important de ses avions et du contrôle de l'Ile aux Serpents.
8:59
Départ du premier navire de l'ONU chargé de céréales pour l'Afrique
Le premier navire humanitaire affrété par l'ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté mardi le port de Pivdenny, dans le sud de l'Ukraine, avec quelque 23 000 tonnes pour l'Afrique, a annoncé le ministère ukrainien de l'Infrastructure.

«Le navire Brave Commander avec du grain pour l'Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrées à l'arrivée aux consommateurs en Ethiopie», a indiqué le ministère sur Telegram.

Selon lui, «23 000 tonnes de blé se trouvent à bord de ce navire affrété par le Programme alimentaire mondial des Nations unies».

Présent au port de Pivdenny dimanche, le ministre ukrainien de l'Infrastructure Oleksandre Koubrakov avait dit espérer que «deux ou trois» navires supplémentaires affrétés par l'ONU pourraient en partir prochainement.
8:35
Crimée: incendie et explosion des munitions dans une base russe
Un incendie ayant provoqué une explosion des munitions s'est produit mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Le feu s'est déclaré vers 03H15 GMT dans un dépôt de munitions temporaire d'une base russe dans le district de Djankoï (nord), a précisé le ministère dans un communiqué, cité par les agences de presse russes. Selon le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksionov, deux civils ont été blessés.

Cet incident intervient une semaine après une explosion des munitions destinées à l'aviation militaire dans un dépôt situé sur le territoire de l'aérodrome militaire de Saki, dans l'ouest de la Crimée.

Ces explosions avaient fait un mort et plusieurs blessés.
4:28
Cinq étrangers jugés comme «mercenaires» par les séparatistes
Les séparatistes soutenus par Moscou dans l'est de l'Ukraine ont commencé lundi à juger trois Britanniques, un Croate et un Suédois accusés d'avoir combattu avec l'armée ukrainienne. Cela pourrait leur valoir la peine de mort.

La «Cour suprême» de la région séparatiste de Donetsk a ouvert le procès de John Harding, Andrew Hill, Dylan Healy, originaires du Royaume-Uni, ainsi que du Croate Vjekoslav Prebeg et du Suédois Mathias Gustafsson, ont indiqué les médias russes.

Harding, Prebeg et Gustafsson, faits prisonniers dans la zone du port ukrainien de Marioupol, assiégé et bombardé pendant des semaines par l'armée russe, encourent la peine de mort, selon une juge citée par l'agence de presse TASS.

Selon l'agence Ria-Novosti, ces trois hommes qui risquent l'exécution sont poursuivis pour tentative de «prise de pouvoir par la force» et pour «participation à un conflit armé en tant que mercenaire». Le Britannique Andrew Hill est lui accusé uniquement de mercenariat, tandis que Dylan Healy est poursuivi pour «avoir participé au recrutement de mercenaires» en faveur de l'Ukraine, toujours selon l'agence Ria-Novosti.

Le tribunal a indiqué que le procès des cinq accusés ne reprendra que début octobre, sans donner d'explications sur les raisons de ce délai. Ils ont tous plaidé non coupable, selon les médias russes.

Les civils évacués de Marioupol

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Washington investit dans le Pacifique, pour contrer la Chine
Un sommet, inédit à Washington, regroupe pour la première fois une douzaine de dirigeants de nations insulaires du Pacifique. Les participants ont soigneusement évité de prononcer le nom de la Chine.

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi un nouveau fonds de 810 millions de dollars d'aide pour des îles du Pacifique lors d'un sommet auquel participe Joe Biden. La rencontre intervenait sur fond de rivalité croissante avec la Chine dans cette région stratégique.

L’article