DE | FR

«Il n'y avait peut-être plus de survivant»: pourquoi la police a tardé à Uvalde

Le directeur du département de la sécurité publique du Texas, Steven McCraw, le 27 mai 2022.
Le directeur du département de la sécurité publique du Texas, Steven McCraw, le 27 mai 2022.Image: sda
Un haut responsable texan a reconnu vendredi que la police avait pris une «mauvaise décision» en n'entrant pas rapidement dans l'école d'Uvalde, mardi lors de la fusillade meurtrière qui a fait 21 victimes.
27.05.2022, 21:3228.05.2022, 12:14

Les forces de l'ordre avaient attendu une heure dehors.

«Avec le recul, maintenant, bien sûr que ce n'était pas la bonne décision. C'était la mauvaise décision, point final»

Le constat glaçant de Steven McCraw, directeur du département de la sécurité publique du Texas, lors d'une conférence de presse tendue. «Si je pensais que ça pouvait aider, je m'excuserais», a-t-il ajouté, manifestement ému.

Plus d'une heure d'attente

Dix-neuf agents sur place ont attendu une unité d'intervention de la police aux frontières, environ une heure après que le tireur se soit introduit mardi dans le bâtiment. Pendant ce temps, un ado de 18 ans à peine a tué 19 enfants et 2 enseignantes.

La police a néanmoins reçu de nombreux appels de plusieurs personnes se trouvant dans les deux salles de classe touchées, dont un d'une enfant à 12h16, plus d'une demi-heure avant l'intervention de la police à 12h50, prévenant que «huit à neuf élèves étaient vivants», a déclaré M. McCraw. Lors d'un de ses premiers appels, cette élève, qui avait prévenu qu'il y avait plusieurs morts, a demandé: «s'il vous plaît, envoyez la police maintenant».

Autant dire que ce délai d'intervention a été vivement critiqué.

Sommé de s'expliquer devant les journalistes, le responsable a affirmé que:

Les forces de l'ordre pensaient «qu'il n'y avait peut-être plus de survivant»

Pendant ce temps...

A quelques heures de route de là, le premier lobby américain des armes, la National Rifle Association, tenait sa convention annuelle à Houston, secouée par une polémique due au timing de l'événement.

Des politiciens et des stars de la musique country ont annulé leur venue. La NRA a promis que cette grand-messe serait l'occasion de «réfléchir» à ce qui s'est produit à Uvalde - un drame à propos duquel l'organisation s'était dédouanée de toute responsabilité.

En fin de matinée, des milliers d'amateurs d'armes à feu déambulaient déjà dans le vaste palais des congrès rempli de stands de fabricants, exposant fusils semi-automatiques et équipements de chasse. «J'ai des armes à feu dans chaque pièce de ma maison», répondait en riant un sexagénaire, quand on lui demandait si le fusil qu'il envisageait d'acheter serait son premier. (mbr/ats)

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Les Russes sont des imbéciles»: les soldats de Poutine clashés par leurs alliés
Lors d'une conversation téléphonique piratée par les renseignements ukrainiens, un combattant de la République pro-russe de Donetsk dit tout ce qu'il pense des alliés russes.

Officiellement, les troupes russes sont censées soutenir les séparatistes pro-Kremlin dans le Donbass. Dans les faits, pas sûr que les locaux apprécient vraiment l'«aide» qui leur est apportée par les soldats de Moscou. C'est du moins ce que montre un enregistrement audio diffusé jeudi par le ministère de la défense ukrainien.

L’article