DE | FR

La Cour suprême valide une loi anti-avortement du Texas

Abortion rights supporters gather to protest Texas SB 8 in front of Edinburg City Hall on Wednesday, Sept. 1, 2021, in Edinburg, Texas. The nation's most far-reaching curb on abortions since they were legalized a half-century ago took effect Wednesday in Texas, with the Supreme Court silent on an emergency appeal to put the law on hold.(Joel Martinez/The Monitor via AP)

Les défenseurs des droits à l'avortement se sont rassemblés mercredi pour protester contre la loi controversée Image: AP The Monitor

La Cour suprême américaine confirme l'interdiction d'avorter après la sixième semaine de grossesse, même en cas de viol ou d'inceste au Texas.



La Cour suprême des Etats-Unis a offert une victoire majeure aux opposants à l'avortement dans la nuit de mercredi à jeudi. Elle a refusé de suspendre une loi du Texas qui interdit d'avorter après six semaines de grossesse même en cas de viol ou d'inceste.

La haute juridiction, très divisée avec quatre de ses neuf juges opposés à la décision, ne se prononce pas sur la constitutionnalité de la loi, entrée en vigueur 24 heures plus tôt, mais invoque «des questions de procédures complexes et nouvelles».

«Ce n'est pas parce qu'on bande ou qu'on mouille, qu'on est consentant»

Plus d'articles concernant les Etats-unis

Les confidences du fils sulfureux de Joe Biden agitent les Américains

Link zum Artikel

Les Etats-unis évoquent un boycott des JO de Pékin

Link zum Artikel

Que penser des 65 premiers jours du Président Biden

Link zum Artikel

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

#FreeBritney: nous sommes aussi responsables de l'enfer vécu par la star

Après treize ans sous la tutelle de son père, la chanteuse demande la levée de ce régime. Pourra-t-elle jamais retrouver sa liberté? La réponse dépend aussi de nous, en tant que société.

«Je ne suis pas heureuse. Je n'arrive pas à dormir. J'ai tellement de colère en moi, c'est de la folie. Et je suis déprimée. Je pleure tous les jours. Je veux juste retrouver ma vie. Je mérite mon intimité.» Les vingt-quatre minutes que durent la déposition de Britney Spears devant la Cour de Los Angeles sont intenses, glaçantes et laissent un profond sentiment de tristesse. Le mois dernier, la chanteuse de 39 ans déposait une demande officielle de levée de sa tutelle, et ce 23 juin, …

Lire l’article
Link zum Artikel