DE | FR

La disparition de la petite Maddie bientôt résolue? Récit de 15 ans de mystère

Les parents de la petite Maddie McCann le lendemain de sa disparition, le 4 mai 2007.
Les parents de la petite Maddie McCann le lendemain de sa disparition, le 4 mai 2007.Image: AP
Il y a plus de quinze ans, la petite Maddie disparaît sans laisser de trace. Le mystère touche peut-être à sa fin, avec la mise en examen d'un suspect cette semaine. Retour sur le drame qui a pris aux tripes la planète entière.
07.05.2022, 08:05
Suivez-moi

Forcément, ce joli minois aux grands yeux verts et à la tignasse blonde ne vous est pas totalement inconnu. Vous l'avez sans doute aperçu, il y a quelques années, étalé sur l'écran de votre téléviseur, imprimé dans les pages d'un journal ou d'un magazine sur papier glacé, voire scotché maladroitement sur un poteau ou encore étalé sur un grand ballon gonflé.

Ce visage appartient à Maddie McCann. Un nom qui vous sonne peut-être familier. Il y a quinze ans, Maddie a disparu.

Madeleine McCann aurait aujourd'hui dix-neuf ans. Elle n'a jamais été retrouvée.

3 mai 2007

Dans la petite station balnéaire de Praia da Luz, 3500 âmes, située sur la côte portugaise, la soirée est douce. Nous sommes à l’Ocean Club. Un complexe hôtelier cossu. Arrangement d'appartements et de villas de vacances disponibles autour de la piscine et de la pataugeoire. Patios et arcades en pierres blanches, sur des pavés de céramique. Accumulation de commodités: courts de tennis, club pour enfants et restaurant, le Tapas Bar, avec les pieds dans l'eau.

Tous les ingrédients nécessaires à la satisfaction d'une petite famille de Grande-Bretagne comme les McCann, avide de détente et de sortir le nez de la grisaille.

image: booking.com

Les McCann sont un couple d'Anglais comme les autres, bien sous tous rapports. Gerry, 39 ans, cardiologue, est un grand brun au flegme typiquement british. Son épouse, Kate, médecin généraliste, est une blonde fine à la beauté hitchcockienne. Ils ont trois enfants: deux jumeaux d'une année, Sean et Amelie, et une soeur aînée, Madeleine Beth, dite «Maddie», trois ans. Presque quatre ans, en réalité: la fillette doit fêter son anniversaire dix jours plus tard, le 13 mai.

Le soir du 3 mai 2007, Kate et Gerry McCann se sont donné rendez-vous à 20 heures 30 tapantes pour dîner au Tapas Bar avec des amis. Une joyeuse bande de sept Britanniques avec lesquels ils passent leurs vacances. On commande une première tournée de cocktails, l'humeur est à la détente.

Le Tapas Bar, au complexe Ocean Club.
Le Tapas Bar, au complexe Ocean Club.image: booking.com

A 100 mètres de là, dans l'appartement 5A, les trois enfants du couple McCann dorment paisiblement. Kate et Gerry auraient pu les placer à la crèche nocturne de l'hôtel, mais ils ont préféré les laisser dormir tranquillement, en terrain familier. Après tout, comme dit Gerry, c'est aussi proche que de faire un barbecue au fond du jardin. Mais, histoire de s’assurer que tout va bien, tous les adultes ont mis au point un système de ronde.

image: shutterstock

A 21 heures 05, Gerry McCan effectue son premier tour de garde. Après s'être assuré que les enfants dorment sereinement, il s'empresse de rejoindre le groupe. Son plat arrive bientôt. Tout va bien.

A 21 heures 25, c'est à Kate de prendre le relais. Mais son ami, Matthew Oldfield, lui propose de s’y rendre à sa place. Matt ne franchira pas le seuil de l'appartement 5A: il se contente de constater qu'un rai de lumière filtre à travers la porte entrouverte. Il croit même entendre un bruit, sans doute un enfant qui se retourne. Rassuré, Matt tourne les talons et part rejoindre les autres sur la terrasse.

Vers 22 heures, Kate quitte la table, direction l'appartement. Tout est silencieux. Les jumeaux dorment. Mais, tiens... étrange. La porte de la chambre de Maddie est grande ouverte. Pas tout à fait comme ils l'avaient laissée. La fenêtre, aussi. Intriguée, Kate s'avance. Maddie n'est pas emmitouflée dans sa couverture de princesse, avec son chat en peluche rose. Le lit est vide.

Vague de panique. Nausée. Terreur. Incrédulité. Kate McCann crie le nom de sa fille, cherche frénétiquement dans tous les coins, puis retourne précipitamment sur la terrasse pour donner l’alerte.

«Madeleine est partie! Quelqu’un l’a emmenée!»

Le couple et leurs amis fouillent les environs. Maddie a très bien pu se faire la belle: rien d’étonnant de la part de cette petite fille espiègle et hyper-active, voire «épuisante», comme sa maman a pu la décrire dans son journal intime.

Alerté, un employé de la réception contacte la police.

A 22 heures 30, la rumeur s’est propagée dans tout l'Ocean Club: une enfant a disparu.

A 23 heures 10, la gendarmerie de Praia da Luz arrive sur les lieux.

Employés et vacanciers poursuivent les recherches jusqu’à 4 heures 30 du matin. C'est bien connu: dans les disparitions, les premières heures sont capitales.

Au petit matin, alors que la paisible petite ville côtière émerge difficilement d'une nuit chaotique, troublée par les cris et le manque de sommeil, les médias britanniques annoncent la disparition de Maddie McCann.

Le 4 mai 2007, Gerry et Kate McCann apparaissent pour la première fois devant les médias.
Le 4 mai 2007, Gerry et Kate McCann apparaissent pour la première fois devant les médias.Image: EPA

Bientôt, bénévoles et curieux affluent pour contribuer aux recherches. Les battues s'enchaînent.

Un dispositif impressionnant est déployé, la police des frontières et le personnel de l’aéroport sont alertés. Mobilisation de centaines de policiers portugais, puis de limiers britanniques. Engagement des autorités des deux pays et d'un ballet de diplomates. Bénédiction du pape lui-même. Soutien affiché de stars mondiales, de David Beckham à Cristiano Ronaldo, en passant par J.K Rowling.

Les heures passent. Puis les jours. Toujours rien. Aucune trace de Maddie. Pas un cheveu.

L'appartement 5A est passé au crible par la police judiciaire portugaise, avec un examen médicolégal. Trop tard. Non seulement la scène de crime n'a pas été préservée, mais elle a été ravagée. Tous les indices éventuels ont été piétinés.

image: keystone

6 jours plus tard, le 9 mai 2007, Interpol diffuse une alerte mondiale. Les grands yeux verts et le visage de la petite Madeleine McCann deviennent les plus relayés du monde. Chaînes de télévision et médias par milliers se chargent de transmettre l'information. Quant à Kate et Gerry McCann, ils écument avec angoisse les plateaux, pétris d'une intime conviction: les médias peuvent les aider à retrouver leur fille.

Très vite, les appels de témoins pleuvent par centaines, par milliers. On voit Maddie partout. Au Maroc. Puis, quelques heures plus tard, dans une forêt bosniaque. Ou encore à Chypre, en Nouvelle-Zélande, à Malte, au Paraguay, voire carrément dans l’Himalaya, quand ce n'est pas dans un fast-food du XVe arrondissement de Paris.

Le 15 mai, cela fait douze interminables jours que Maddie s'est évaporée.

image: keystone

La police portugaise pointe alors le nom d'un premier suspect: Robert Murat. Un Anglais de 33 ans, résident à l'année à Praia da Luiz, qui vit avec sa mère dans une maison à moins de 100 mètres de l'appartement 5A.

L'intéressé dit travailler dans l'immobilier, joue les traducteurs, pose des questions, dispense à qui veut ses théories sur la disparition et participe activement aux battues. Bref, il est omniprésent. Remarquable au point d'attirer les soupçons sur lui. La piste s'arrêtera à son ordinateur et à sa consommation «excessive» de porno, alors jugée suspecte par l'opinion publique. La police n'accumulera jamais suffisamment de preuves pour l'arrêter.

Eté 2007

Après la stupeur et l'émotion, l'étendue des moyens déployés pour retrouver Madeleine soulève questionnements, puis agacement. Au Portugal, une dizaine d'enfants disparaissent chaque année. Pourquoi ce traitement de faveur pour une petite Britannique? De martyrs, les McCann se muent lentement en parias.

Image: EPA

C'est l'article d'une journaliste portugaise, paru le 3 juin 2007, qui commence à distiller le poison du doute. Elle émet une hypothèse glaçante: les sept Britanniques présents le soir du drame seraient impliqués dans la disparition de Maddie. Ils auraient conclu un sinistre accord pour couvrir le meurtre de la fillette.

Les déclarations contradictoires, imprécises et incohérentes du couple et de leurs amis, achèvent de semer le trouble dans les médias et les esprits.

En juillet, la police britannique lâche les chiens. Enfin, les chiens renifleurs: elle envoie au Portugal deux bergers allemands pour dénicher d'éventuelles traces de sang. Des inspections sont effectuées dans l'appartement 5a et la voiture de location de la famille. Si les aboiements ne constituent pas une preuve tangible pour l'enquête, ils suffiront amplement à planter la conviction dans l'opinion publique.

Dans la foulée, le journal intime de Kate est publié par la presse portugaise. Il renvoie l’image d’une mère «épuisée» par une fille «hystérique»... Bref, d'une meurtrière toute désignée.

image: keystone

Début août, plus aucun doute: pour tout le monde, les McCann sont coupables de la disparition de Maddie. Les médias passent d'alliés à accusateurs. Le Sun et le Daily Express en tête. Avec l'avènement des réseaux sociaux, la haine se déverse. Les insultes fusent. Parfois sales, gratuites, cruelles.

7 septembre 2007

C'est le choc: les parents de Maddie sont officiellement soupçonnés d’avoir provoqué la mort de leur fille. Ils sont flanqués au passage par les enquêteurs portugais du titre peu flatteur d'«arguidos». Comprenez: suspects numéro 1.

Après d'interminables heures d'un interrogatoire musclé, les procureurs déclarent qu'aucune nouvelle preuve ne justifie de les cuisiner à nouveau. Exsangue, le couple retourne au Royaume-Uni.

Image: AP PA POOL

Les McCann retrouvent leur pavillon en briques rouges de Rothley, qu'ils avaient quitté dans la légèreté et l'euphorie, quatre mois plus tôt. Cette fois, sans Maddie.

image: keystone

Fin septembre 2007, le quotidien britannique The Telegraph révèle une piste envisagée par la police: Kate et Gerry McCann auraient dissimulé le cadavre de Maddie après qu'elle ait fait une chute mortelle dans les escaliers.

Les pistes et les enquêtes indépendantes se succèdent. Ici, une grande fortune britannique qui dépense des milliers de livres dans une société de détectives privées, pour une enquête de six mois qui ne mène nulle part. Là, un détective engagé par le couple McCann, qui se révèle être un escroc notoire. Ou encore, on explore la théorie d'un réseau pédocriminel qui plane. Toutes les possibilités plus ou moins sérieuses sont étudiées.

2008

Le 3 mai, cela fait un an que la petite Madeleine McCann a disparu. Toujours rien.

Face à l'échec, le ministère public portugais classe l'affaire le 21 juillet 2008, pour «manque de preuves concluantes». En se réservant le droit de la rouvrir.

Trois ans plus tard, le couple McCann, qui vit toujours dans l'espoir de retrouver Maddie vivante, publie un livre: «Madeleine».

image: keystone

2012

Le visage de «Maddie» ressurgit. En image de synthèse.

image: keystone

Le croquis d'une Maddie qui aurait 9 ans. Le lendemain, la police portugaise déclare malgré tout qu'elle ne rouvrira pas l'enquête.

2013

L'affaire Maddie est secouée, tous les ans, de petits spasmes épisodiques. En mai 2013, les détectives britanniques chargés de réexaminer les indices déclarent avoir identifié «un certain nombre de personnes d'intérêt». Dans cinq pays différents, 41 suspects potentiels. Une énième enquête officielle est ouverte au Royaume-Uni. Fin 2013, les enquêteurs auront interrogé 442 personnes.

2015

En septembre, le gouvernement britannique dévoile que l'enquête a coûté plus de 10 millions de livres sterling. Soit près de 12,3 millions de francs suisses.

2017

Dix ans après le drame, le défilé inlassable des interrogatoires et des suspects se poursuit, selon une «ligne d'enquête importante», comme la qualifient les officiers supérieurs.

En 2017, le couple McCann ne désespère toujours pas de découvrir ce qui est arrivé à Maddie. Voire de la retrouver vivante.
En 2017, le couple McCann ne désespère toujours pas de découvrir ce qui est arrivé à Maddie. Voire de la retrouver vivante.Image: AP Pool PA

Le 19 avril 2017, c'est au tour de l'ancienne nounou de Maddie de briser le silence, sous couvert de l’anonymat, pour clamer l'innocence du couple. «Je ne peux pas croire qu’ils soient coupables, comme beaucoup l’insinuent.»

Les principaux intéressés quant à eux, se murent désormais dans le calme de leur petit village de Rothley, à l'abri de la tourmente médiatique. Bien que mis hors de cause, ils sont encore régulièrement cloués sur le pilori populaire des réseaux sociaux.

Sauf rebondissement majeur, ils ne s'exprimeront plus.

2020

En juin, un nouveau rebondissement inattendu fait resurgir l'affaire Maddie, alors que l'enquête est au point mort.

Un prisonnier allemand de 43 ans, Christian B., pédophile multirécidiviste et détenu à Kiel pour trafic de drogues, est désigné comme le principal suspect. Une piste si sérieuse qu'elle parvient même à arracher le couple McCann de son mutisme:

«Nous n'abandonnerons jamais l'espoir de retrouver Madeleine vivante, mais quelle que soit l'issue, nous avons besoin de savoir. Car nous avons besoin de trouver la paix»
Kate et Gerry McCann.

Le 17 juin, un porte-parole du parquet de Brunswick, en Allemagne, révèle avoir des preuves attestant de la mort de Maddie.

«Je ne peux pas, pour l’instant, vous révéler les informations exactes dont nous disposons et qui indiquent que notre suspect a tué Madeleine.»

Un mois plus tard, un petit jardin ouvrier près de Hanovre devient le terrain de jeu de la police scientifique. Il est retourné à coups de pelleteuses et de truffes de chiens renifleurs. Les recherches s'achèvent le lendemain, sans qu'aucun détail sur leurs résultats ne soit divulgué.

Image: DPA

2022

Le 3 mai 2022 marque les 15 ans de la disparition de Maddie. Mais pas encore la conclusion de l'affaire.

Le jour-même, un procureur allemand du nom de Hans Christian Wolters accorde une interview à la télévision portugaise, dans laquelle il évoque de nouveaux indices confirmant la thèse de la culpabilité de Christian B., le pédophile multirécidiviste.

Quelques jours plus tôt, la police portugaise allait dans le même sens, en désignant Christian B. comme «arguido».

La prise de parole du procureur Wolters mercredi coïncide avec une commémoration du tragique anniversaire à Rothley, à l'occasion duquel le couple McCann a fait une courte déclaration: «Cette année, nous marquons quinze ans depuis la dernière fois que nous avons vu Madeleine.»

Image: AP

Visiblement émus, ils ont souligné que ce quinzième anniversaire n’était «pas plus difficile que les autres, mais pas plus facile non plus».

«Il est vrai que l’incertitude engendre la faiblesse; savoir et la certitude donnent de la force et pour cette raison, notre besoin de réponses, de la vérité, est essentiel»
Kate et Gerry McCann.

Une vérité dont on s'approche. Peut-être plus que jamais.

Des tornades frappe le centre des États-Unis

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Berset, la santé joue un rôle primordial pour la paix en Ukraine
La Suisse appelle à protéger l'accès aux soins dans les conflits, alors que sévit la guerre en Ukraine.

En ouvrant dimanche l'Assemblée mondiale de la santé à Genève, le conseiller fédéral Alain Berset a mis en avant le rôle de la santé pour la paix.

L’article