DE | FR

La Russie n'envoie plus de gaz en Finlande, quid de la Suisse?

La Russie a cessé samedi ses livraisons de gaz vers la Finlande. Moscou a déjà coupé l'électricité vers ce pays, qui entend rejoindre l'Otan.
La Russie a cessé samedi ses livraisons de gaz vers la Finlande. Moscou a déjà coupé l'électricité vers ce pays, qui entend rejoindre l'Otan.Image: sda
Moscou met à mal la Finlande. La raison? Le pays nordique a refusé de payer le fournisseur russe Gazprom en roubles. Et pire encore, il a osé demander son adhésion à l'Otan. La Suisse risque-t-elle la même sentence?
21.05.2022, 17:3922.05.2022, 10:14

Gazprom a «complètement arrêté ses livraisons de gaz» à la Finlande, dévoile le géant russe dans un communiqué. L'échéance du 20 mai est arrivée et le pays nordique n'avait toujours pas payé en roubles (monnaie russe), si bien que la sanction est tombée.

En effet, depuis le 24 février, soit le jour de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, des sanctions occidentales sont tombées sur l'ex-pays soviétique. Poutine avait alors déclaré qu'à partir du 31 mars, tous les acheteurs de gaz russe, faisant partis des pays «inamicaux», devront payer en roubles. Et avec des comptes en Russie... sous peine de ne plus être approvisionnés.

Du «chantage» russe selon l'UE

Chose due, chose faite. Mais alors qu’en est-il pour les autres pays inamicaux? Parmi eux figurent les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon, Taïwan, la Corée du Sud, la Norvège, l'Australie, les membres de l'Union Européenne, et la Suisse.

Fin avril, la Bulgarie et la Pologne avaient déjà été victimes de représailles, car le géant du gaz russe avait suspendu les livraisons dans ces deux pays. La raison? Toujours la même. Les deux pays n'avaient pas effectué le virement en roubles. Suite à cela, l'Union européenne avait qualifié l'attitude russe comme du «chantage».

Pas de coupure

Néanmoins, la Finlande s'était préparée à un tel évènement. La compagnie finlandaise de gaz, Gasum, a rassuré les habitants. Le manque sera comblé grâce à d'autres sources, telles que le gazoduc Balticconnector, acheminé de l'Estonie à la Finlande.

«Il est très regrettable que la livraison contractuelle en gaz naturel soit suspendue. Nous avons cependant veillé soigneusement à nous préparer à cette situation»
Mika Wiljanen, le directeur général de Gasum

«Il n’y aura pas de coupures dans le réseau de distribution de gaz», avait-il assuré dans un communiqué paru vendredi soir, suite à l'annonce imminente de la Russie.

Quid de la Suisse?

La Suisse, faisant partie des pays «inamicaux» aux yeux de la Russie, pourrait-elle pâtir de la même sanction? Elle n'achète pas directement de gaz russe, mais elle pourrait ne pas être épargnée. Pour obtenir son gaz, le pays achète du gaz à l'Union européenne qui, elle, trouve ses ressources en Russie.

Ainsi, si l'Union européenne entière est en ligne de mire, la Suisse aussi pourra être plongée dans la tourmente.

Toujours à propos de la guerre en Ukraine 👇

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine a fait augmenter les prix de ces biens en Suisse

Link zum Artikel

L'embargo sur le pétrole russe menace-t-il la Suisse? Un expert répond

Link zum Artikel

Pétrole, gaz: pourquoi la Suisse a du souci à se faire à cause de la guerre

Link zum Artikel

Yves Rossier: Peu de chances que la Suisse soit médiatrice en Ukraine

Link zum Artikel

La Suisse est à nouveau présente sur le territoire ukrainien

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Otan déclare que la Russie est son ennemi principal et se prépare au combat
Après des années de sommeil, l'Otan vit une renaissance à Madrid: le sommet est une démonstration de force envers Moscou. Mais des nuages noirs s'amoncellent déjà à l'horizon.

Hélicoptères de police qui tournoient dans le ciel, stations de métro fermées, axes routiers principaux bloqués: les 3,2 millions de Madrilènes ont bien fait de prendre à cœur les conseils de la municipalité et de préférer travailler de chez eux ce mercredi et jeudi. Après le confinement de l'année dernière, la capitale espagnole est désormais paralysée par l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan).

L’article