DE | FR

La France dissout le groupe d'extrême droite Génération identitaire

epa09026514 Protesters attend a demonstration by French far-right group Generation Identitaire to protest against a government initiative to dissolve the group, in Paris, France, 20 February 2021. The government has launched an initiative led by French interior minister Gerald Darmanin to dissolve the far-right movement after it conducted series of anti-migrant actions in France. EPA/IAN LANGSDON

Des manifestants protestent contre la procédure de dissolution. Image: EPA

Cela faisait déjà 9 ans, depuis la création de ce groupuscule d'extrême droite, que le gouvernement français souhaitait voir disparaître l'association. C'est désormais chose faite.



Le groupe d'extrême droite Génération identitaire a été dissous, mercredi, par le Conseil des ministres, en France. Cette action avait déjà été évoquée par le premier ministre français, en 2012, après que des membres de l'association se soient mis à occuper le toit d’une mosquée.

Gérald Darmanin, ministre de l'intérieur en France twitter

Le mouvement d’extrême droite conteste cette décision. Leur avocat va déposer un recours auprès du conseil d’Etat pour excès de pouvoir et l'annulation de la suspension. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Un parc éolien va pouvoir pousser en terres vaudoises, une première

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile dès cet été

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel

Les 6 questions posées par le duel Rochebin/«Le Temps»

Link zum Artikel

La guerre des gangs jusque dans les prisons en Equateur

Des gangs se disputent le contrôle et le trafic de drogue à travers le pays. Des massacres ont lieu jusque dans les prisons.

Une série d'émeutes et d'affrontements ont éclaté de façon simultanée entre des gangs se disputant le contrôle des prisons à Guayaquil, Cuenca et Latacunga, au sud de l'Equateur.

Un phénomène qui choque le pays. Le président Lenin Moreno a, d'ailleurs, qualifié la situation de «barbarie», décrivant les événements comme étant «une extermination entre bandes criminelles».

Le gouvernement a attribué ces violences à une attaque coordonnée d'un gang de trafiquants de drogue pour éliminer une bande …

Lire l’article
Link zum Artikel