International
Guerre contre l'Ukraine

Cette bijoutière fabrique des drones pour l'Ukraine et raconte

Violetta Oliinyk, ukrainische Drohnenbauerin.
Autoportrait: Violetta Olinyk travaillait dans la bijouterie avant la guerre, elle s'engage désormais comme conceptrice de drones.Image: watson

Cette bijoutière fabrique des drones pour l'Ukraine et raconte

La guerre ne fait pas uniquement ressortir le mal chez les êtres humains, mais aussi beaucoup de bien. watson donne la parole à des Ukrainiens qui, même loin du front, s'engagent pour la défense de leur patrie.
15.04.2024, 06:02
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Daniel Schurter
Suivez-moi
Plus de «International»

Parce que l'aide de l'Occident tarde à arriver ou parce qu'elle ne viendra tout simplement pas, de nombreux Ukrainiens ont décidé d'agir. Leur but? Compenser le manque de munitions et d'armes par des idées non conventionnelles et des techniques innovantes.

👉 Suivez en direct la guerre contre l'Ukraine 👈

Cet article a été rédigé en coopération avec PR Army, une organisation non gouvernementale et à but non lucratif. Elle regroupe des professionnels de la communication, des spécialistes des relations publiques et des journalistes en Ukraine. Tous cherchent à informer sur la guerre et ses conséquences pour le pays envahi.

A sa propre initiative, la PR Army contacte les médias occidentaux et facilite la liaison avec des experts, des autorités et des témoins. Dans cette série, watson raconte la démarche de civils qui ne combattent pas au front, mais qui ont décidé de défendre leur patrie par leurs propres moyens.

Nous leur avons posé les questions suivantes:

  1. Où trouvent-ils le courage et la force de se défendre contre les envahisseurs russes?
  2. Qu'attendent-ils et espèrent-ils pour l'avenir?
  3. Ont-ils un message personnel à adresser à la population suisse?

Et c'est Violetta Olinyk qui ouvre le bal.

De la création de bijoux, à la construction de drones

Violetta Olinyk a oeuvré presque toute sa vie dans la joaillerie – jusqu'à ce que les Russes envahissent son pays. Aujourd'hui, au lieu de travailler avec des pierres précieuses, cette Ukrainienne travaille avec du matériel de guerre.

Lorsque les hommes de sa famille sont partis au front, Violetta a appris à assembler des drones dits FPV pour la reconnaissance et le combat – et elle en a fourni 23 à l'armée depuis l'automne dernier. La jeune femme reste modeste:

«Je ne fais pas personnellement face aux occupants, heureusement je ne les ai jamais vus de mes propres yeux, car je vis loin de la ligne de front, probablement dans la région la plus éloignée de la frontière russe. Mais je me suis rendue dans la région de Donetsk pour apporter mon aide et j'ai vu les conséquences de la guerre dans les villes situées en première ligne. C'est terrible.»
Violetta Olinyk

Que faire quand la moitié de la famille est au front?

Il y a de nombreuses raisons de continuer à s'engager comme volontaire et d'aider l'armée dans sa lutte défensive, explique Violetta.

«Premièrement, je ne veux pas que mon pays soit occupé. Un autre état, qui nous est étranger, a asservi l'Ukraine avec sa propre langue, ses coutumes et ses traditions – comme ce fut le cas autrefois, par exemple à l'époque soviétique»
Violetta Olinyk

La deuxième raison est familiale. En février 2022, deux de ses frères et son père se sont portés volontaires et Violetta les a soutenu eux, ainsi que leurs unités, en leur fournissant les munitions nécessaires et des vivres, par exemple. Les conditions d'approvisionnement sont certes bien meilleures depuis que les hommes servent dans l'armée régulière, mais il y a de nombreuses choses pour lesquelles les soldats ont besoin de soutien.

«Je veux qu'ils se concentrent sur leurs tâches de combat et non sur la question du financement des réparations de véhicules ou sur le remplacement des drones perdus. De nombreuses femmes ont rejoint l'armée en tant qu'infirmières ou pour se battre. Ce que je fais, c'est donc normal pour une civile. Nous devrions faire tout ce qui est en notre pouvoir, nous porter volontaires, soutenir financièrement l'armée, rejoindre les forces armées.»

Pour ce qui est du futur, Violetta ne se fait pas de faux espoirs. Selon elle, tout dépendra des mesures prises par les alliés à l'étranger.

«S'ils commencent à nous aider plus sérieusement avec des armes, en ayant compris qu'il s'agit d'une guerre de l'ensemble du monde civilisé contre un pays fou, alors les choses iront mieux. Peut-être que des tournus seront alors possibles et que les garçons pourront obtenir des congés plus longs. Je ne les ai pas vus depuis très longtemps, certains depuis plus d'un an.»
Violetta Oliinyk, ukrainische Drohnenbauerin.
Pose paisible sur fond sérieux.Image: watson

Doter les combattants d'une technologie moderne contribuera à éviter les pertes humaines, affirme l'Ukrainienne. Elle espère que de nombreux soldats pourront se reposer, récupérer psychologiquement et reprendre des forces. Elle ajoute que nombre d'entre eux sont au front depuis plus de deux ans sans interruption.

Mais si le soutien occidental se maintient au niveau actuel, elle redoute le pire.

«C'est tout à fait réaliste de penser que le manque de troupes deviendra critique, par exemple en raison de l'absence de l'artillerie nécessaire, et qu'il y aura alors une mobilisation générale. Il faut éviter que ça ne se produise. Par mobilisation, j'entends la mobilisation de très jeunes gens»

Son message à la Suisse

S'adressant aux Helvètes, la jeune Ukrainienne avertit:

«L'idée d'une grande guerre en Europe, à notre époque, paraissait irréelle. Pourtant, c'est bien ce qu'il se passe ici. Essayez d'imaginer que des troupes d'occupation russes sont déjà dans votre pays, cela pourrait effectivement arriver. En Ukraine, presque personne n'a cru qu'une invasion à grande échelle. Nous pensions qu'il s'agissait "seulement d'une flambée sur la ligne de démarcation", mais en quelques heures, les occupants étaient dans des villes jusque-là paisibles et encerclaient la capitale.»

Son message est percutant:

«Soutenez l'Ukraine autant que possible. Il est bien plus efficace de soutenir l'armée et de nous aider à mettre fin à cette guerre que de s'occuper de nos réfugiés pendant des décennies. Si vous ne voulez pas nous aider maintenant, ce sera soit vous, soit vos enfants qui devront vivre personnellement l'agression russe. Je ne le souhaiterais à personne.»

Sources:

L’Ukraine détruit un nouveau navire de la flotte russe en mer Noire
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Syrie est touchée par une «pauvreté extrême»
Plus d’un Syrien sur quatre se retrouve dans une situation d’extrême pauvreté. La guerre est en partie responsable des problèmes économiques du pays.

Plus d'un quart des Syriens vivent dans une «pauvreté extrême», a déclaré la Banque mondiale (BM) samedi, treize ans après le début d'une guerre civile qui a mis l'économie en lambeaux et plongé des millions de personnes dans la misère.

L’article