DE | FR
Humeur

J'adore ce que vous faites (connard)

Mardi 1er mars, c'est la Journée mondiale du compliment. Alors, portons plutôt aux nues l'idée qu'un faux reproche est souvent plus digeste qu'une grasse louange.
01.03.2022, 19:4502.03.2022, 12:01
Suivez-moi

«T'as l'air en forme, tu dors mieux?», «Pas mal ton PowerPoint, mais...», «T'as un peu minci, ça te réussit le crossfit.», «Tu vois quand tu veux!» Pour ne pas risquer de voir ces essaims de syllabes défoncer la cloison de l'hypocrisie, nous nous arrêtons là. Souvent. Surtout ne pas trop en faire, en dire, en offrir. De l'éloge sur un humain, c'est du parmesan sur les pâtes: en abuser, c'est vouloir étouffer ce qu'il y a en dessous. Couvrir son entrecôte de béarnaise ou son meilleur ami de pommade, c'est le même baratin. Oui, mardi 1er mars, c'était la Journée mondiale du compliment. Alors...

Bravo.
(à tous.)

Et voilà. Je vous félicite (gratuitement), et ce mot censé abriter toute la quintessence du compliment nage soudain dans une mare infestée de cynisme. Que nous arrive-t-il?

Un compliment apparaît souvent aussi suspect qu'un clin d'œil servi en même temps qu'un verre. Il y a forcément un truc dedans. Personne ne s'est jamais borné à jouir béatement d'un compliment en émettant des petits bruits d'autosatisfaction irritante avec la bouche. Il devrait n'y avoir aucun mystère dans une gratification désintéressée. Un bravo, c'est binaire. C'est simpliste. C'est même assez bête. Or, notre complexité légendaire accueille le compliment comme un bibelot sur la commode de nos fragilités: on ne sait pas trop quoi en foutre.

Et notre égo, souvent, termine le massacre (et démarre l'enquête):

«Wow, super boulot!»

«Super» comment? «Wow», dans le sens où tu es étonné? T'es étonné que ça soit super? Je faisais pas du super boulot avant? Et puis... Je ne suis que «super» à tes yeux?...

Un compliment, c'est pas simplement du sucre sur une lasagne verte acidulée qui te pousse à défoncer le paquet en deux minutes. Certes, nous sommes des toxicos de l'attention, mais de pauvres versions beta, car infoutus d'apprendre à avaler de l'éloge sans le recracher. L’air un peu benêt. Peut-être aussi parce que le compliment, c'est d'abord une politesse armée jusqu'aux dents. Le politique en est d’ailleurs friand: flatter pour mieux fighter. Feindre pour mieux fendre.

Et puis, rien n'est foutrement beau dans un compliment. C'est salissant, collant, gênant. C'est même parfois aussi mal accueilli qu'une merde de pigeon sur une épaule qu'il faut nettoyer sans se saloper les doigts et avec la plus grande discrétion (pour ne pas crever de honte).

Il faut nous comprendre aussi. Un compliment nous rapproche d'un coup sec, sans échauffement ni consentement, d'une version fantasmée (mais forcément idéale) de nous-mêmes. Et quand on braque une douce lumière sur ce petit confetti de réussite personnelle, que penser du reste de notre carcasse, manifestement moins méritante?

Ce ragoût est vraiment succulent!

«Pas celui du mois dernier?»

En définitive, le compliment, tout le monde en rêve, mais personne ne saura jamais véritablement le maîtriser. (Comme le pouvoir ou la carbonara.)

Alors, pourquoi continuer à nous emmêler les louanges? Restons sobres et privilégions ce qu'on pourrait nommer ici le faux reproche. Plus humble et moins gras, plus digeste et plus intelligible, il permet de crémer l'autre de notre admiration, sans l'ensevelir d'un sentiment de flatterie inéluctable.

(Essayez pour voir.)

Comme d'hab, immangeable ton ragoût. Connard.

«Moi aussi je t'aime»

Et sinon: une Ukrainienne crie sur un soldat russe

Plus d'humeurs:

5 faits qui prouvent qu'Adele est insupportable

Link zum Artikel

Selon Vice, les GIFs, c'est ringard... Et si j'aime être ringard?

Link zum Artikel

Dryjanuary, veganuary... lâchez-moi avec vos régimes de janvier!

Link zum Artikel

Se faire livrer de la bouffe, c'est de la merde. Aimons très fort les restos

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'Otan déclare que la Russie est son ennemi principal et se prépare au combat
Après des années de sommeil, l'Otan vit une renaissance à Madrid: le sommet est une démonstration de force envers Moscou. Mais des nuages noirs s'amoncellent déjà à l'horizon.

Hélicoptères de police qui tournoient dans le ciel, stations de métro fermées, axes routiers principaux bloqués: les 3,2 millions de Madrilènes ont bien fait de prendre à cœur les conseils de la municipalité et de préférer travailler de chez eux ce mercredi et jeudi. Après le confinement de l'année dernière, la capitale espagnole est désormais paralysée par l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan).

L’article