DE | FR

«Ce n'est pas tous les jours qu'on voit un homme avec un pénis sur le bras»

Malcolm MacDonald tape la pose avec son pénis, Jimmy.
Malcolm MacDonald tape la pose avec son pénis, Jimmy.Image: twitter
Connu en Angleterre comme celui qui a perdu son pénis, Malcolm MacDonald a dû vivre avec son sexe greffé sur le bras pendant quatre ans. Un documentaire sort ce mardi soir, sur la chaine britannique Channel 4.
03.05.2022, 16:4404.05.2022, 15:04

Malcolm MacDonald, un Britannique de 45 ans, a malencontreusement perdu son pénis, en 2014, à la suite d'une grave infection. Ce dernier s'est ensuite vu greffer un organe artificiel sur son avant-bras gauche. C'est seulement cette année que l'homme a pu retrouver sa virilité, explique le New York Post. Son histoire est également racontée dans un documentaire qui devrait sortir ce mardi.

Mais que s'est-il passé? On rembobine pour vous.

Une histoire rocambolesque

Victime d'une infection du périnée en 2014, toutes les extrémités de Malcolm MacDonald sont devenues noires (ses doigts, ses orteils et... son sexe). Ce mécanicien a été horrifié lorsque son pénis est tout simplement tombé au sol. «Je me suis dit que je ne pourrais plus avoir de vie sexuelle du tout», se souvient le Britannique, interviewé par The Sun, en 2020.

Vidéo: watson

Dévasté par la perte de son membre et en quête de solutions, le Britannique s'est tourné vers le docteur David Ralph. S'en est suivi une drôle d'expérience.

Comment s'est-il retrouvé avec un pénis sur le bras?

Le docteur a «construit» un pénis de remplacement en 2016, sur l'avant-bras gauche de Malcolm MacDonald en prélevant la peau de ses fesses.

Mais alors, comment vivre normalement avec un pénis sur le bras? Des nerfs et des vaisseaux sanguins ont été prélevés sur le bras et cousus ensemble dans la région pubienne, afin d'établir l'apport sanguin au pénis fabriqué. Les urologues se sont ainsi assurés que Malcolm puisse uriner normalement. Et plus encore, les chirurgiens ont installé un système de pompe, permettant ainsi à Malcolm d'avoir une érection.

En 2018, l'organe avait fini de grandir et avec deux centimètres de plus, à la demande de Monsieur. Mais Malcolm n'était pas au bout de ses peines.

Image: twitter

Quand son pénis a été prêt à retrouver sa place initiale, l'opération n'a cessé d'être repoussée. Pourquoi? Manque de personnel, problème d'organisation et Covid-19 sont passés par là, obligeant Malcolm à vivre avec son organe génital sur le bras pendant quatre ans. Il l'avait d'ailleurs appelé Jimmy.

Channel 4 diffusera, mardi soir, un documentaire retraçant l'histoire de celui qui a été surnommé Dicky Arm. Il se souvient notamment de la fois où il a voulu aider une dame âgée à récupérer un article sur l'étagère supérieure d'un supermarché, mais le pénis est sorti de sa manche et a failli la frapper à la tête.

«Les gens me posent des questions quand ils me voient au pub, et bien sûr ils font des blagues», explique-t-il dans le documentaire.

«Mais je comprends, ce n'est pas tous les jours qu'on voit un homme avec un pénis sur le bras. Bien sûr, je me force à voir le côté amusant. Je n'ai pas d'autre choix»

Le pénis retrouve sa place

Le cauchemar a enfin trouvé son épilogue cette année: oui, le pénis de Malcolm MacDonald a enfin retrouvé sa place. «C'était une opération de neuf heures», explique-t-il dans le documentaire. «La première chose que j'ai faite, c'est de regarder en bas et je me suis dit: «Oh, mon dieu, il est là», a-t-il conclu. (sia)

29 photos de mannequins beaucoup trop creepy

1 / 32
29 photos de mannequins beaucoup trop creepy
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Des tornades frappe le centre des États-Unis

Plus de news complètement insolites...

Gagner 6 000 francs en regardant Les Simpson? C'est possible!

Link zum Artikel

Cette position du Kamasutra est «la plus dangereuse du monde»

Link zum Artikel

La voyante ne tient pas ses promesses, il porte plainte

Link zum Artikel

Voici ce qu'il se passe quand des drones s'écrasent au sol

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Cette photo de moi a été utilisée pour répandre des mensonges sur la guerre»
La photo de Marianna Vyshemirsky, enceinte et fuyant une maternité bombardée, est devenue l'une des images les plus connues de la guerre. Mais Marianna n'a pas seulement reçu des encouragements, elle a également été la cible de message de haine – et ce, des deux camps

La photo a été prise après une attaque aérienne russe à Marioupol. Elle a circulé en ligne, mais a aussi fait la une des journaux et a été le centre des discussions au Conseil de sécurité de l'ONU. Néanmoins, après avoir survécu à cette attaque, Marianna a dû faire face à un autre genre d'attaque. Celle de la désinformation et de la haine, dirigée contre elle et sa famille.

L’article