DE | FR
image: keystone
Interview

Retrait russe: «Surtout ne pas dire que Poutine est en train de perdre»

Alors que les Etats-Unis ne cessent d'affirmer qu'une attaque russe en Ukraine est imminente, Moscou a retiré mardi une partie de ses troupes. Comment expliquer ce décalage de ton entre les deux puissances? Les réponses du politologue suisso-américain Daniel Warner.
15.02.2022, 17:0115.02.2022, 17:12
Suivez-moi

Les Américains sont très alarmistes, les Russes affirment qu'une issue diplomatique est encore possible. Pourquoi ce décalage?
Daniel Warner: C’est en effet très bizarre! Cette crise est frappante par la manière dont sont utilisés les médias.

«A ma connaissance, c'est la première fois que les Américains divulguent publiquement des informations obtenues par des moyens confidentiels et secrets»

Ils ont affirmé que les Russes allaient envahir l’Ukraine pendant les Jeux olympiques et que tout le monde devait se tenir prêt. Alors que, dès le début, les Russes ont affirmé qu’ils n’allaient pas envahir l’Ukraine. Comme vous l’avez dit, les deux dialogues sont complètement différents. Du point de vue russe, on ignore totalement ce qu'envisage Vladimir Poutine. A-t-il envoyé 100 000 soldats pour faire pression? Probablement. Dans l'autre camp, pourquoi Joe Biden et le secrétaire d'Etat Anthony Blinken vont-ils aussi loin, en envoyant des troupes américaines en Europe?

Image: sda

En quoi est-il dans l’intérêt du président Biden, accusé dans son propre pays de faire preuve de faiblesse vis-à-vis des Russes, d’avoir tiré la sonnette d’alarme?
En effet, on dit toujours que les démocrates sont faibles d'un point de vue de la défense. Ils veulent peut-être montrer qu'ils ne vont pas céder sur l'affaire ukrainienne.

«Il faut toujours garder à l'esprit que Biden est dans une démonstration de force. Il veut gagner quelque chose»

On le voit dans cette crise: le ton des Américains est nettement plus dur que celui des Russes. J'ai de la peine à comprendre pourquoi les Américains veulent à tout prix jouer ce rôle. C’est peut-être un moyen d'attirer l'attention sur d'autres sujets que la gestion de la pandémie, par exemple. Peut-être qu’il s’agit d’une stratégie pour les élections qui auront lieu l'année prochaine. Joe Biden veut démontrer sa force vis-à-vis des Russes, voire des Chinois.

Dans cette affaire, qui «bluffe» le plus: Joe Biden ou Vladimir Poutine?
L'image du poker est très adéquate. Dans une bonne négociation, il faut que ce soit du «win-win». Le problème, c'est que dans les trois sports américains les plus populaires (le basketball, le football et le baseball), le match nul n'existe pas.

«Les Américains veulent toujours un vainqueur et un perdant. Ils n'ont pas le sens du consensus»

Or, le plus important, ici, c'est de trouver une solution acceptable pour les deux camps. Les Déclarations de Bucarest de 2008 affirmaient que l'Ukraine et la Géorgie seraient membres de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan). Comme il s’agissait du 23e point à l'ordre du jour, on voit que ça n'était pas une priorité. L’Otan n’a jamais envisagé que l’Ukraine puisse devenir membre dans un avenir proche. Poutine fait grand cas de l'Ukraine, car il veut être certain que ses frontières restent sûres après la prise de la Crimée.

«Pour les Russes, comme pour les Américains, il s’agit d’établir des sphères d'influence»

Si, à la fin, les troupes de l’Otan ne sont pas sur la frontière russe ou que des missiles américains ne se trouvent pas juste à côté du territoire, ce sera déjà une victoire. En tout cas, il faut trouver une solution acceptable pour tout le monde. Affirmer que l'un ou l'autre a gagné, c’est un mauvais débat.

Le retrait d’Ukraine n’est donc pas un aveu de faiblesse de la part de Poutine? Ni une victoire pour Biden?
Je n'aime pas cette conception. Au lieu de considérer cette crise comme militaire, il est impératif de discuter diplomatiquement. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est un grand diplomate, de même que son homologue américain Anthony Blinken. Et ils sont en train de trouver une issue à cette crise. Il y a une certaine progression dans les négociations. Le fait que les troupes russes se retirent de la Mer noire, c'est un bon indicateur. Il ne faut pas surtout dire que Poutine commence à perdre, comme on peut déjà le lire dans les médias. Poutine a beaucoup d’ego.

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elle oublie son iPhone dans un avion et le voit faire le tour du monde
Un appareil mobile perdu a fait honneur à son nom et a acquis en quelques jours le statut de grand voyageur. Ce qui soulève plusieurs questions de sécurité.

Laisser son téléphone portable dans l'avion est certes extrêmement fâcheux, mais ce n'est pas la fin du monde. Le cas présent fait toutefois réfléchir: l'iPhone d'une femme est resté coincé pendant des jours dans un siège de la classe affaires sans être découvert et a poursuivi son vol. Cela soulève entre autres des questions gênantes concernant la sécurité aérienne.

L’article