DE | FR

Netanyahou revendique une «immense victoire» aux Législatives

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu prepares to cast his ballot at a polling station as Israelis vote in a general election, in Jerusalem, Tuesday, March 23, 2021. Israelis began voting on Tuesday in the country's fourth parliamentary election in two years

6 578 084 de citoyens ont été invités à se rendre dans les 13 685 bureaux de vote du pays pour élire le prochain gouvernement. Image: sda

Selon les sondages à la sortie des urnes, le parti du Premier ministre sortant remporte le plus de sièges au Parlement. Sans garantie d'obtenir une majorité pour former un gouvernement.



Malgré un taux de participation à la baisse, le Premier Ministre israélien scandait une« immense victoire de la droite» à la sortie des urnes. Son parti, le Likoud, remporte entre 31 et 33 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement.

Le parti de Nétanyahou est donc loin devant le parti Yesh Atid («Il y a un futur») du centriste Yaïr Lapid. Ce dernier est crédité de 16 à 18 sièges. Suivent ensuite près d'une dizaine de partis sous la barre des dix sièges.

Qui seront les alliés du Likoud?

Ceci dit, une majorité de 61 députés est requise pour former un gouvernement. Le chef du Likoud compte pour cela sur des alliances avec les formations religieuses et, nouveauté, avec l'extrême droite.

Le «bloc Nétanyahou»

De son côté, Yaïr Lapid table sur une entente avec des partis de gauche, du centre mais aussi de droite déçus par le Premier ministre. Selon ces projections, le «bloc Nétanyahou» comptera entre 51 et 56 députés, contre 48 à 52 pour celui mené par son rival. Lapid compte sur de bonnes performances de ses alliés de gauche.

Dans ce scrutin aux airs de référendum sur le Premier ministre sortant, le chef du parti de la droite radicale (qui oscille entre 6 et 8 sièges selon les projections) n'a toujours pas choisi officiellement son camp. La riposte du Netanyahou au «bloc» qui s'érige contre lui repose peut-être entre les mains de la décision des radicaux de droite. Une affaire à suivre. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Confiner les personnes à risque, une vraie bonne idée?

Plus de 250 000 signatures ont été récoltées pour la pétition qui veut isoler les personnes à risque. Objectif: arrêter le confinement. Les manifestants du samedi 20 mars étaient nombreux à le revendiquer. Que faut-il en penser? Deux Suisses en débattent.

L'option est tentante: isoler les personnes à risque pour permettre à la majorité de la société de reprendre ses activités et de retrouver une partie de ses libertés. Une pétition, «Stop the lockdown» («Arrêter le confinement»), avait été déposée à Berne il y a un mois. Ce samedi 20 mars, une part importante de la bonne centaine de Romands présents à la manifestation contre les mesures sanitaires voit d'un bon œil cette option. Mais est-elle réaliste? On en débat.

Représentatifs des deux …

Lire l’article
Link zum Artikel