DE | FR

Benyamin Netanhyaou ne règne plus sur Israël

FILE - In this Wednesday, March 24, 2021, file photo, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu waves to his supporters after the first exit poll results for the Israeli parliamentary elections at his Likud party's headquarters in Jerusalem. Netanyahu missed a midnight deadline for putting together a new coalition government.  His failure to reach an agreement late Tuesday, May 4, 2021, raises the possibility that Netanyahu

Benyamin Netanyahou aura tout essayé pour se maintenir encore à la tête du gouvernement israélien. Image: sda

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a échoué à former un gouvernement dans les délais prévus. Une aubaine pour ses adversaires qui cherchent à le chasser du pouvoir après 12 ans à la tête du pays.



Une page politique se tourne. Selon toute vraisemblance, Benyamin Netanyahu, premier ministre sans interruption depuis 2009 a échoué. Il disposait d'un délai maximal de 28 jours pour former un gouvernement, après les législatives qui avaient placé son parti, le Likoud, en tête. Il n'est pas parvenu à réunir une majorité de 61 députés.

Le Likoud (parti de droite) était arrivé en tête avec 30 sièges, sur les 120 de la Knesset, lors des législatives du 23 mars. Les quatrièmes en moins de deux ans en Israël. Son chef, Netanyahou, avait reçu le mois dernier du président Reuven Rivlin le mandat de former un gouvernement.

Au cours des dernières semaines, Benyamin Netanyahou a tenté de former un «gouvernement de droite» avec ses alliés des partis ultra-orthodoxes et les formations de la droite radicale Yamina et d'extrême droite «Sionisme religieux». Mais en ajoutant ces appuis, son compteur politique s'est arrêté à 59 élus, à deux députés près de la majorité parlementaire.

Lapid sur les starting-block

Le centriste Yaïr Lapid, ancien journaliste et animateur de télévision, à la tête depuis une décennie de la formation Yesh Atid («Il y a un futur»), s'est dit prêt à former un gouvernement.

«Responsable» dans la tragédie du mont Meron

Il en profite pour envoyer des pics à son adversaire. Il accuse Netanyahou et son équipe de ne pas avoir empêché la tragédie «évitable» du mont Meron. Une bousculade géante où 45 personnes sont morts vendredi en plein pèlerinage réunissant des dizaines de milliers de juifs ultra-orthodoxes.

Le «bloc du changement»

L'opposition doit maintenant s'assurer d'obtenir le mandat de former le gouvernement. Dans ce but, l'ancien chef de l'armée, Benny Gantz, a dit avoir «parlé avec tous les chefs des partis pro-changement pour leur demander de recommander à ce que Lapid obtienne le mandat de former le gouvernement. Une stratégie pour pouvoir ensuite former «tous ensemble un gouvernement en quelques heures», reprend Euronews.

Tous « anti-Bibi »

La partie n'est pas finie pour autant. Benyamin Netanyahou est combatif et s'imposera sans doute comme un chef d'opposition coriace. La nouvelle coalition pressentie sera par ailleurs difficile à instaurer, Celle-ci doit réunir des partis de gauche, du centre et de la droite, dont le seul point commun est d'être tous « anti-Bibi », le surnom du leader du Likoud.

Une stratégie bancale

Cette coalition, sans socle idéologique commun, sera très certainement paralysée pour instaurer les grandes réformes souhaitées par les uns ou les autre, explique le maître conférencier Denis Charbit dans une interview de i24. La politique du statu quo menée par Netanyahou, sur de nombreux sujets, risque ainsi de lui survivre. Si la nouvelle coalition assure une transition politique, il n'est pas certain qu'elle ouvre un nouveau chapitre de l'histoire du pays. (ats/ga)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L’Autorité palestinienne accuse Israël de bloquer des vaccins

Sur fond de décisions politiques et d'accords entre l’Etat hébreu et le mouvement islamiste Hamas, des milliers de vaccins russes Spoutnik V sont en attentes de livraisons vers les territoires palestiniens.

Israël a refusé l'entrée de milliers de vaccins russes Spoutnik V contre le Covid-19 dans la bande de Gaza, enclave palestinienne de deux millions d'habitants, a accusé, lundi soir, l'Autorité palestinienne.

L'Autorité présidée par Mahmoud Abbas, qui siège en Cisjordanie, a lancé au début du mois de février son programme de vaccination auprès de son personnel médical après avoir reçu 2000 doses de vaccins de l'Etat hébreu, sous la pression de l'ONU et d'ONG.

Dans la foulée, l'Autorité …

Lire l’article
Link zum Artikel