DE | FR
Image: twitter

Amazon ouvre un centre de distribution à côté d’un bidonville mexicain

Le leader mondial de l’e-commerce, fondée par le milliardaire Jeff Bezos, est accusé de vouloir exploiter la main-d’œuvre locale pour son marché américain.
17.09.2021, 06:1507.04.2022, 13:39

«Scandaleux», «dystopique», «c’est ça, le capitalisme»… Les qualitatifs des internautes sont sévères contre cet entrepôt ultramoderne de 32 000 mètres carrés, qui a coûté 21 millions de dollars (20 millions de francs) au leader mondial de la vente en ligne, comme le rapporte Le Monde.

L’immense centre de distribution qu’Amazon s’apprête à ouvrir à Tijuana, ville mexicaine frontalière avec les Etats-Unis, se trouve juste à côté de misérables baraques en bois et en taule, appartenant à un bidonville.

De la main-d’œuvre mexicaine surexploitée

Dans les régions frontalières mexicaines, le salaire minimal plafonne à 213 pesos (11 dollars, soit 9 francs) par jour, contre 15 dollars de l’heure du côté américain.

«Une image brutale qui reflète de manière crue l’avancée des inégalités dans le monde»
Le sociologue mexicain Carlos Gomez Giltwitter

Ce centre est le onzième entrepôt de distribution d’Amazon au Mexique et il est interprété par de nombreux économistes comme étant le nouveau symbole des ravages de la mondialisation.

«Le nouveau centre de distribution n’est pas là pour servir le marché local. Il emploiera de la main-d’œuvre mexicaine surexploitée pour répartir des marchandises qui seront réexpédiées de l’autre côté de la frontière»
Charmaine Chua, économiste à l’université de Californietwitter

Une entreprise qui n'a pas une super réputation

L’image de la compagnie américaine est d’ores et déjà écornée des deux côtés de la frontière. Une enquête publiée en avril par l’agence Reuters a révélé:

  • Que des employés d’un centre de distribution près de Mexico auraient été poussés à la démission sans indemnités de départ, après avoir contracté le Covid-19;
  • Qu'ils avaient été également soumis à des heures supplémentaires obligatoires au-delà de la durée légale;
  • Et pire encore que certains de ses employés américains avaient été contraints d’uriner dans des bouteilles afin de tenir les cadences imposées. Ceci avait été confirmé par Amazon.

De son côté, la firme fondée par Jeff Bezos insiste sur le fait que le mastodonte de l’e-commerce a créé 15 000 emplois au Mexique, auxquels s’ajouteront 250 postes supplémentaires à Tijuana. (jch)

En attendant qu'Amazon ne soit plus capitaliste: Copin comme cochon: Le Caprices Festival

Plus d'articles «International»:

Un géant de l'immobilier vacille en Chine et les marchés mondiaux chutent

Link zum Artikel

Vous planifiez vos vacances d'automne? Ce que vous devez savoir

Link zum Artikel

La Chine est-elle à l'aube d'une dictature digitale?

Link zum Artikel

Angela Merkel part après 16 ans de règne, quel est son héritage?

Link zum Artikel

Le choix des sous-marins américains est une claque pour la France

Link zum Artikel

Pourquoi Al-Qaïda pourrait menacer l'Afghanistan d’ici à 2 ans?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment certains Etats américains traquent les femmes qui veulent avorter
Par l'entremise de nos smartphones qui surveillent nos moindres gestes, certains Etats américains risquent de traquer les femmes qui souhaitent avorter, même dans un autre Etat. Ce scénario ne tient pas que de la fiction: il y a déjà eu un précédent en 2018. Décryptage.

Après l'arrêt de la Cour suprême du 24 juin dernier, qui retire le droit à l'avortement de la Constitution américaine (voir encadré plus bas), les Etats américains qui interdisent l'avortement ou en restreignent fortement le droit sont déjà au nombre de sept. Et on estime que quinze autres Etats auraient pour projet de modifier rapidement leur législation en ce sens.

L’article