DE | FR
Jeux olympiques

Yoshiro Mori, patron des J.O, regrette ses propos misogynes

Ce jeudi matin, le président des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 est revenu sur ses déclarations sexistes tenues la veille, et qui ont provoqué un déferlement sur le net. Yoshiro Mori s'est excusé, mais a exclu l'éventualité de démissionner.
04.02.2021, 17:0026.02.2021, 09:00
Yoshiro Mori indique avoir parlé sans réfléchir.
Yoshiro Mori indique avoir parlé sans réfléchir.Image: sda

Ces déclarations «allaient à l'encontre de l'esprit des Jeux olympiques et paralympiques» et étaient par conséquent «inappropriées», a reconnu Yoshiro Mori lors d'une conférence de presse à Tokyo ce matin. Le président des Jeux Olympiques de Tokyo a exprimé le besoin de s'excuser «auprès de tous ceux qui se sont sentis offensés». Mais qu'a-t-il pu bien se passer?

Mercredi 3 février 2021, conférence de presse à Tokyo: D'après le New York Times, le Président des J.O. répond à une question lui demandant de commenter le projet du comité olympique visant à augmenter de 40% le nombre de femmes membres du conseil d'administration. Les réponses de Yoshiro Mori, également connu pour avoir exercé la fonction de premier ministre du Japon de 2000 à 2001, n'ont laissé personne indifférent. Florilège:

  • «Les conseils d'administration avec beaucoup de femmes prennent beaucoup de temps», car elles auraient, selon Yoshiro Mori, «du mal à finir» leurs interventions, comme le rapporte le journal nippon Asahi.
  • L'actuel président des Jeux Olympiques de Tokyo aurait également blâmé l'esprit de compétition des femmes car selon lui, «si l'une lève la main (pour intervenir, ndlr), les autres croient qu'elles doivent s'exprimer aussi. C'est pour ça qu'elles finissent toutes par parler.»
  • Yoshiro Mori aurait par ailleurs applaudi le fait que les femmes membres du comité d'organisation de Tokyo-2020 sachent «rester à leur place».

Depuis, ni le service de presse de Tokyo-2020, ni le porte-parole du gouvernement japonais ne se sont officiellement prononcés quant aux déclarations du politicien japonais. Contrairement au public, mais surtout au personnalité publiques qui se sont de suite emballées sur les réseaux sociaux.

«Nous exigeons la démission de Yoshiro Mori»

«ça suffit», «misogynie», ou encore «nous exigeons la démission de Yoshiro Mori» ont figuré parmi les tendances Twitter au Japon, mais pas seulement. Aux Etats-Unis aussi, nombreuses ont été les réactions échauffées du public et des personnalités connues. Comme l'influent psychologue américain Adam Grant qui en a profité pour publier des études démontrant que ce serait les hommes qui tendaient beaucoup plus à monopoliser la parole lors de réunion et «à interrompre de manière intrusive». Une remarque partagée plus de 5000 fois sur la plate-forme web.

Les personnalités publiques japonaises se sont également exprimées. Renho, par exemple, une figure de l'opposition parlementaire au Japon, a qualifié de «honteux» les propos de du président des J.O. qui vont, selon elle, à l'encontre des valeurs olympiques opposées à toute forme de discrimination. D'anciens athlètes japonais ont également réagi tels que Kaori Yamaguchi, ancienne judoka et membre du comité olympique japonais, qui a jugé «malheureux» les commentaires de Yoshiro Mori. L'égalité des sexes est censée «être un prérequis pour organiser les Jeux de Tokyo», a-t-elle ajouté. De son côté, le décrié a décliné toute éventualité de démissionner de ses fonctions de patron des J.O. (afp/mndl)

Et vous? Pensez-vous que Yoshiro Mori devrait démissionner de ses fonctions?

Maintenir les Jeux Olympiques de Tokyo? L'inquiétude n°1 de Yoshiro Mori

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment la Suisse participe à la traque des criminels de guerre
Les autorités et le Parlement, aux côtés de nombreux autres pays, soutiennent les enquêtes sur les crimes de guerre en Ukraine. Presque trop, selon les experts.

3400, c'est le nombre de civils victimes de la guerre en Ukraine jusqu'à ce jour. Mardi dernier, la mission d’observation des droits de l’homme de l’ONU a communiqué ce chiffre. Elle précise toutefois qu'en réalité, des milliers d'autres personnes auraient perdu la vie.

L’article