DE | FR

L'Otan serre les rangs face à Pékin et Moscou

Image: AP Pool Reuters
Les dirigeants de l'Otan ont décidé lundi de faire front commun face aux ambitions déclarées de la Chine en Europe et à «la menace grandissante» du renforcement militaire de la Russie.
14.06.2021, 21:0415.06.2021, 16:03

«Il y a une prise de conscience croissante, ces deux dernières années, que nous avons de nouveaux défis», avait souligné le président américain Joe Biden à son arrivée pour son premier sommet au siège de l'Alliance à Bruxelles, en insistant sur «la nécessité d'une plus grande coordination» entre alliés.

La déclaration adoptée à l'issue de la réunion traduit les préoccupations des alliés:

  • la Russie
  • la Chine
  • les nouvelles menaces dans l'espace et le cyberespace
  • le terrorisme
  • la montée des régimes autoritaires
«Nous allons adresser un message important à Moscou: nous restons unis et la Russie ne saura pas nous diviser»
Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN

«Tant que la Russie ne montre pas qu'elle respecte le droit international et qu'elle honore ses obligations et responsabilités internationales, il ne peut y avoir de retour à la normale», ont averti les Alliés. Mais «nous restons ouverts à un dialogue périodique et substantiel», ont-ils assuré.

Joe Biden doit rencontrer le président russe Vladimir Poutine mercredi à Genève (Suisse), dernière étape d'un périple en Europe pour un sommet du G7 au Royaume-Uni, suivi par le sommet de l'Otan et une réunion avec les présidents des institutions de l'UE mardi à Bruxelles.

(ats/afp)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Le RN fête ses 50 ans: d'une poignée de fachos aux portes de l'Elysée
Le Rassemblement national (RN), bébé de Jean-Marie et fils adoptif rebaptisé par Marine, souffle aujourd'hui ses cinquante bougies. Cinq décennies d'extrêmes, de tumultes politiques, de scandales médiatiques, de défaites écrasantes, de victoires éclatantes et de déchirements familiaux. Récit.

L'histoire commence il y a cinquante an jour pour jour, le 5 octobre 1972. Rue de Grenelle 84, à Paris. La salle dite «des Horticulteurs» fourmille d'un étrange brouhaha. Une réunion privée rassemble discrètement quelque 70 invités. Au-delà des murs de l'amphithéâtre, une France qui peine encore à se remettre du traumatisme de la Seconde Guerre mondiale. Un paysage dans lequel l'extrême droite survit difficilement, moribonde, morcelée en petits groupuscules épars et dénués de poids politique.

L’article