DE | FR

Covid et migration au menu de la première conférence de presse de Biden

Bild

Le président Biden a promis 200 millions de doses à ses concitoyens, jeudi, lors de son premier échange formel avec les journalistes. Recap' des sujets abordés.



Covid et crise économique

«J'ai dit d'emblée que les problèmes les plus urgents pour le peuple américain étaient le Covid-19 et la crise économique pour des millions et des millions d'Américains. C'est pour cela que je me suis concentré au début sur ces problèmes particuliers», a expliqué Joe Biden, en vantant son gigantesque plan de relance de 1900 milliards de dollars.

Alors que son objectif initial de 100 millions de doses de vaccin contre le coronavirus administrées au cours des 100 premiers jours de son mandat a été atteint dès le 58e jour, il a revu son ambition à la hausse. «Nous aurons procédé à 200 millions d'injections d'ici mon centième jour en fonction», a promis Joe Biden.

Migrations

Mais l'essentiel des questions de la presse ont porté sur ce que les républicains et une bonne partie des médias décrivent comme une «crise» à la frontière avec le Mexique. Et notamment sur le sort des 15'500 mineurs étrangers isolés dont les autorités américaines ont la charge, dont près de 5000 hébergés dans des locaux qui n'ont pas vocation à accueillir des enfants.

Le 46e président de l'histoire américaine a relativisé l'afflux de migrants estimant que cela «arrivait tous les ans».

«Chaque année, il y a une augmentation importante des arrivées à la frontière l'hiver», parce que les migrants «ont moins de chances de mourir de chaleur dans le désert», a-t-il estimé, après avoir confié mercredi à sa vice-présidente Kamala Harris la gestion de ce dossier ultrasensible.

Aux républicains qui l'accusent d'avoir encouragé un appel d'air en assouplissant la politique migratoire de son prédécesseur Donald Trump, il a rétorqué sèchement: «Je ne vais pas m'excuser d'avoir aboli des politiques que violaient le droit international et la dignité humaine».

Fusillades

Plusieurs crises ont contrarié ces derniers jours les plans de la Maison Blanche qui entendait poursuivre la tournée «Help is here» sur le plan d'aide économique adopté par le Congrès et très populaire au sein de la population américaine.

Deux fusillades successives, dans des salons de massage à Atlanta en Géorgie puis dans un supermarché à Boulder dans le Colorado, ont ébranlé l'Amérique.

Si Joe Biden a appelé le Congrès à agir, réclamant en particulier l'interdiction des fusils d'assaut, cette séquence a mis en lumière la faible marge de manoeuvre des démocrates sur la colline du Capitole où ils ne disposent que de majorités étroites. Devant la presse, il a appelé jeudi les républicains à travailler avec les démocrates plutôt que de choisir la «division».

Candidat à sa réélection

Alors qu'il est souvent dépeint comme le président d'un seul mandat en raison de son âge, il a assuré qu'il prévoyait de se «présenter» à sa «réélection» en 2024, toujours avec Kamala Harris, la première femme à accéder à la vice-présidence, comme colistière.

Pressé de questions sur le sujet, il a ensuite nuancé sa réponse en affirmant respecter «le destin»: «Je n'ai jamais pu planifier avec certitude quatre ans et demi, trois ans et demi en avance», a-t-il plaisanté.

Retrait d'Afghanistan «difficile»

Le président de la première puissance mondiale était aussi attendu sur le front diplomatique. Sans annoncer sa décision finale, il a laissé entendre qu'il ne respecterait pas la date butoir du 1er mai pour le retrait de toutes les forces américaines d'Afghanistan, négociée par Donald Trump avec les talibans.

Ce sera «difficile» à tenir, a-t-il prévenu. Mais «ce n'est pas mon intention de rester là-bas longtemps», a-t-il ajouté, laissant entendre qu'il n'y aurait probablement plus de troupes américaines sur place l'an prochain.

Conflit avec l'Asie

A la Corée du Nord, qui vient de tirer deux missiles balistiques, il a lancé un avertissement: «Il y aura des réponses s'ils choisissent l'escalade. Nous répondrons en conséquence», a-t-il mis en garde. Il s'est dit prêt «à une certaine forme de diplomatie» avec Pyongyang, «mais soumise à la condition de la dénucléarisation».

Et il a réaffirmé qu'il ne voulait pas de «confrontation» avec la Chine, une semaine après un premier échange très musclé entre son équipe et les chefs de la diplomatie chinoise. (ats/afp)

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

Le président turc humilie la présidente européenne

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Trop fortes, les joueuses trans font peur au rugby

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nomination historique d'une amérindienne à un poste de ministre

La parlementaire Deb Haaland a reçu lundi le feu vert du Sénat américain pour entrer au cabinet de Joe Biden. Elle devient ainsi la première personne amérindienne à devenir ministre aux Etats-Unis.

Deb Haaland, 60 ans, a été confirmée, par 51 voix contre 40, au poste de ministre de l'Intérieur. Ce vaste département gère principalement les ressources naturelles d'immenses terres fédérales (environ un cinquième de la surface du pays), mais aussi les réserves amérindiennes.

Fille d’un Norvégo-Américain servant dans le Corps des Marines et d’une Amérindienne, Deb Haaland appartient à la tribu Laguna Pueblo du Nouveau-Mexique. Mère célibataire, elle a vaincu l'alcoolisme dans sa …

Lire l’article
Link zum Artikel