DE | FR
Législatives 2022

En 5 points: Comment les Français de l'étranger donnent le ton des législatives

Les Français de l'étranger étaient appelés dimanche à élire onze députés, une semaine avant le premier tour des législatives dans la métropole. Les résultats donnent une première tendance pour le second volet dimanche prochain.
06.06.2022, 17:3907.06.2022, 06:53
L'ex-premier ministre français Manuel Valls essuie une défaite lors des législatives françaises de 2022.
L'ex-premier ministre français Manuel Valls essuie une défaite lors des législatives françaises de 2022.Image: sda

Les Français de l'étranger étaient appelés dimanche à élire onze députés, une semaine avant le premier tour des législatives en France. Plus de 149 000 électeurs étaient inscrits dans la sixième circonscription, celle de la Suisse et du Liechtenstein. Ils devaient choisir entre quinze candidats.

Le taux de participation s'est élevé à 22,38%, selon les données de l'ambassade française. La loi électorale française prévoyant qu'un candidat ne peut être élu au premier tour que s'il obtient la majorité absolue d'au moins 25% des électeurs inscrits, un second tour sera organisé le 19 juin, en même temps qu'en France.

Candidat de Renaissance en Suisse

Marc Ferracci, candidat de Renaissance en Suisse et au Liechstenstein, le parti du président français Emmanuel Macron, est arrivé largement en tête du premier tour des législatives françaises avec 36% voix. Il affrontera au second tour la représentante de la Nupes.

Ferracci a obtenu 12 233 voix, loin devant Magali Mangin, la représentante de la Nouvelle union populaire écologiste et sociale (Nupes), qui a recueilli 6798 voix, a indiqué dans la nuit de dimanche à lundi l'ambassade de France sur Twitter. L'écologiste Roxane Corbran arrive troisième, avec 2988 voix.

Un autre représentant de la Suisse

Elle pointe juste devant la candidate des républicains, Régine Mazloum-Martin, quatrième avec 2866 voix. Quant au député sortant des Français de Suisse et du Liechtenstein, Joachim Son-Forget, il est éliminé, ne récoltant que 1503 suffrages. Il se présentait en indépendant, après avoir été exclu de La République en marche (LREM).

Interrogé par Keystone-ATS, Son-Forget n'a pas caché sa déception. S'il s'est représenté, c'était pour faire un bilan de mandat: «J'ai toujours dit que je n'en ferai qu'un, voire deux au maximum, s'il y avait une demande de mes concitoyens.» Mais aussi pour «s'insurger contre le parachutage» du candidat macroniste, a-t-il déclaré.

Polémiques, «parachutage»

L'économiste Marc Ferracci, 44 ans, est un proche d'Emmanuel Macron, dont il a été le témoin de mariage. Plusieurs voix se sont élevées pendant la campagne électorale pour dénoncer son «parachutage» par le parti Renaissance du président français (ex-LREM). Rejetant les accusations, Ferracci a assuré s'être intéressé de près au modèle suisse dans l'organisation du monde du travail dans son parcours d'économiste.

A gauche, la candidature de Magali Mangin a également été marquée par une polémique. Cette gestionnaire de projets dans une entreprise sous-traitante du secteur pharmaceutique à Zofingue (AG) a été lâchée par son suppléant, qui a dénoncé dans le quotidien Libération «une lobbyiste de big pharma», qui aurait fait «une très bonne candidate macroniste».

Fiasco pour Valls

Les candidats du parti présidentiel sont arrivés majoritairement en tête dimanche dans les votes des Français de l'étranger, à l'exception notable de Manuel Valls dans la cinquième circonscription, celle de l'Espagne, du Portugal, d'Andorre et de Monaco (120 000 électeurs), éliminé dès le premier tour.

Investi par la majorité présidentielle, l'ex-premier ministre français est arrivé en troisième position avec 15% des voix. Après l'échec de sa candidature aux municipales à Barcelone, il s'agit d'un nouveau fiasco pour l'ancien poids lourd du parti socialiste, largement devancé par le candidat de la Nupes, Renaud Le Berre, arrivé en tête (27%), et surtout par Stéphane Vojetta, le député sortant et candidat dissident de LRM (25%).

«Je prends acte des résultats [...] Si la dissidence et la division ont semé la confusion, je ne peux pas ignorer mon score et le fait que ma candidature n'a pas convaincu», a écrit Valls sur Twitter. «Il m'appartient lucidement d'en tirer les conséquences. La vie est suffisamment belle pour tourner tranquillement les pages», a-t-il ajouté. Il a appelé à faire barrage au second tour au candidat de la Nupes, Renaud Le Berre.

L'effet d'une bombe

L'annonce, le 5 mai, de l'investiture de l'ex-premier ministre avait fait l'effet d'une bombe dans cette circonscription, surtout chez les Français résidant en Espagne. Stéphane Vojetta, député sortant portant les couleurs de La République en marche (LREM), avait décidé de se maintenir face à ce «parachutage» tout en promettant, s'il était élu, de rester «un soutien loyal» d'Emmanuel Macron.

Dimanche soir, il a appelé sur Twitter la majorité présidentielle à «se réunifier derrière [sa] candidature».

Dans les onze circonscriptions des Français de l'étranger, la Nupes est parvenue à placer ses candidats en tête dans deux d'entre elles et à décrocher la deuxième place presque partout, à l'exception de la 8e circonscription qui regroupe les Français vivant dans huit pays du pourtour méditerranéen, dont l'Italie et Israël. Dans cette circonscription, le député sortant Meyer Habib, candidat de l'UDI, est arrivé en tête. (ats/myrt)

On a testé le «Shook Filter» chez watson

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Estonie enlève des monuments qui pourraient servir la propagande russe
Le pays balte a accusé Moscou d'utiliser ces ouvrages pour attiser les tensions. Le monument en question se trouve dans une ville habitée par une importante minorité russophone.

L'Estonie a enlevé mardi un monument commémoratif de la Seconde Guerre mondiale, dressé dans le temps à la gloire de l'Armée rouge à Narva, ville habitée par une importante minorité russophone.

L’article