DE | FR
Image: Shutterstock
Le corner américain

Made in USA: Une app' de rencontre se met aux fourneaux pour vos rendez-vous

What's on America? Voici les 3 news qui m'ont fait vibrer cette semaine: Un restau' à l'ambiance Tinder, des nouvelles de l'affaire Epstein et l'avenir des concerts sur Zoom.
04.07.2021, 10:1704.07.2021, 16:54
Je ne suis pas «born in the USA», mais ma vie a toujours été rythmée par la politique, la culture, la musique et le show-business américain. Parfois inspirant, parfois délirant, souvent déroutant, voire dégoûtant... ce pays me fascine. Tour d'horizon de ma semaine américaine.

Bumble ouvre son premier café - restau avec un menu «date friendly»

Pour ceux qui ne connaissent pas, Bumble est une application de «dating» américaine, où seules les femmes ont le droit de faire le premier pas. Valorisée à plus de 50 millions de dollars, sa fondatrice est une des rares femmes, dans la Silicon Valley, à diriger une si grande société. L'app a été lancée par Whitney Wolfe Herd, 31 ans, en 2014, après avoir quitté son poste de présidente du marketing du réseau rival... Tinder. Elle a vu juste. Et il est temps pour elle d'étendre son empire de manière inattendue:

avec un café - restaurant, à New York, le premier par une app' de rencontre:

Sympa, la devanture du bien-nommé «bumble brew» n'est-ce pas?
Sympa, la devanture du bien-nommé «bumble brew» n'est-ce pas?Image: twitter

Au menu? Que des plats «date friendly» c'est-à-dire, qui se partagent... à deux. Le slogan du «bumble bref café & wine bar» est le suivant: «un lieu pour des rencontres et des relations saines, équitables et propices aux connexions». J'imagine que le succès de ce concept, très original, sera à la hauteur de l'utilisation des apps' de rencontres pendant la pandémie. Si jamais ça vous intéresse, l'endroit ouvrira le 24 juillet. Si jamais...

Ghislaine Maxwell invoque Bill Cosby pour se faire libérer

En tant qu'être humain et en tant que femme, cette histoire sordide me donne envie de vomir. Mais, je l'avoue, une partie de moi est fascinée. Je ne pense pas qu'on aura un jour toute la vérité, ni sur la vie, ni sur la mort de Jeffrey Epstein.

Donald et Melania Trump (à gauche), Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell (à droite).
Donald et Melania Trump (à gauche), Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell (à droite).twitter

La meilleure amie / «partner in crime» / principale rabatteuse de très jeunes filles, pour le financier déchu, s'appelle Ghislaine Maxwell. Une jet-setteuse, d'origine britannique, qui a d'ailleurs présenté le Prince Andrew (le tonton de Harry et William) à Jeffrey Epstein. Actuellement en prison, elle attend son procès, prévu en novembre, pendant lequel elle va enfin devoir répondre de ses crimes.

Alors qu'un énième docu-série se penche sur l'affaire, les avocats de Ghislaine Maxwell ont tenté, cette semaine, le tout pour le tout pour la faire sortie de sa cellule: ils osent invoquer le fait que son cas ressemble à celui de l'acteur Bill Cosby, accusé de nombreux viols, qui vient d'être acquitté pour un vice de procédure. Selon la défense de Maxwell, elle a déjà assez coopéré avec la justice américaine et il y a prescription sur les faits dont elle est accusée. On est à deux doigts d'un hashtag #FreeGhislaine. No way.

En attendant le procès de Ghislaine Maxwell, en novembre:

Un showcase sur zoom, l'avenir des festivals?

J'ai eu la chance de participer au premier concert «post-pandémie» du Montreux Jazz Festival, vendredi soir. Parmi les festivaliers et les artistes, j'y ai rencontré un jeune entrepreneur, âgé de 23 ans, étudiant à l'université américaine de Stanford (une des meilleures du pays). A côté de ses cours, il travaille pour une start-up, Rolling Live Studios. L'entreprise est convaincue que l'avenir des concerts se trouve sur des plateformes comme Zoom, en organisant des showcases virtuels avec des artistes issus de tous les genres musicaux.

Un exemple de concert virtuel avec un live du groupe légendaire des années septante, les New York Dolls:

Deux questions que je me pose:

  • Cette start-up a-t-elle raison de croire en ce marché des concerts virtuels? Je pense que oui. Surtout pour les musiciens, car c'est une source de revenus non négligeable. En plus, ils pourront jouer depuis n'importe où, sans craindre une annulation.
  • Les concerts en live, en présentiel, vont-ils disparaître, surtout si on continue à avoir des pandémies? J'espère tout simplement que l'on pourra continuer à profiter de la musique, peu importe le format: assister à des concerts intimistes, sur son canapé ou en petit comité (mais sans masque svp).

Laura Chaignat fait le bilan de ses années de matinale sur Couleur 3

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'auteur Salman Rushdie poignardé sur scène aux Etats-Unis
L'auteur britannique a été hospitalisé après avoir été poignardé au cou lors d'une conférence dans l'Etat de New York. Il était menacé par une fatwa de l’ayatollah Khomeini depuis la publication du livre «Les Versets sataniques».

L'écrivain britannique Salman Rushdie a été agressé dans le cadre d'un festival littéraire se déroulant dans la ville de Chautauqua, dans l'Etat de New York.

L’article