DE | FR
Le récap'

Vadim Chichimarine: «Pardon. Je ne voulais pas tuer votre mari»

Deuxième jour du procès historique pour crime de guerre à Kiev. L'accusé a été confronté, jeudi, à la veuve de sa victime, un «conducteur de tracteur, un citoyen inoffensif». En s'engageant dans l'armée, le sous-officier russe Vadim Chichimarine, 21 ans, ne s'attendait pas à devoir faire la guerre. Sa maman, effondrée, ne comprend pas comment il a pu appuyer sur la gâchette en étant «sobre».
19.05.2022, 15:1119.05.2022, 15:48
Suivez-moi

«La perte de mon mari est tout pour moi. Il était mon protecteur.» La Cour d'appel de Kiev a beau être plus grande que le petit tribunal qui a accueilli, mercredi, la première session du procès, les places sont toujours chères. Hier, Vadim Chichimarine, sous-officier russe de 21 ans, accusé d'avoir abattu un homme en février dernier, a plaidé coupable. Les chefs d'accusation: crime de guerre et meurtre avec préméditation.

Jeudi, en fin de matinée, le prévenu a été confronté à la veuve de sa victime. Et c'est déjà l'un des moments les plus intenses de ce procès historique.

«Pardon. Je ne voulais pas tuer votre mari»
L'accusé, Vadim Chichimarine

Elle s'appelle Katerina Chelipova. Son mari, un «conducteur de tracteur», un «civil inoffensif», s'est écroulé sous les balles à quelques pas du foyer familial, le 28 février 2022. La femme dit avoir entendu des coups de feu et aperçu la silhouette de Vadim avec une arme à la main. «Après, j'ai découvert le corps de mon mari.»

La veuve de la victime a ensuite tenté de combler son incompréhension et sa colère en noyant l'accusé de questions.

«Dis-moi ce que tu as ressenti quand tu as tué mon mari?»
«Dis-moi, s'il te plaît: pourquoi es-tu venu ici? Pour nous protéger? De qui? De mon mari que tu as tué? Qu'est-ce que mon mari vous avait fait?»
Katerina Chelipova, veuve de la victime de Vadim.
Katerina Chelipova, veuve de la victime de Vadim.

Vadim a parlé

Debout dans sa cage en verre, le jeune sergent a (re)donné sa version des faits, connue depuis son arrestation, à savoir qu'il agissait sur les ordres d'un autre soldat. Mais avec quelques nouvelles précisions et en admettant que cet autre soldat n'était pas un supérieur. Vadim ne voulait pas tuer Oleksandr, le mari de Kateryna. «J'ai d'abord refusé de tirer. Mais j'ai ensuite été contraint et menacé. On m’a dit d’un ton ferme de tirer, que si je ne le faisais pas, nous serions en danger. Que ce monsieur au téléphone allait nous dénoncer.»

Le soldat a ensuite adressé des mots à la veuve de sa victime. «Pardon. Je sais que vous ne pourrez pas me pardonner. Je ne voulais pas tuer votre mari.» Vadim Chichimarine a précisé, enfin, qu'en s'engageant dans l'armée russe, il ne s'attendait pas à devoir faire la guerre.

«Personne ne peut tuer un homme innocent en étant sobre. Mon fils était peut-être contraint. Ou alors alcoolisé, drogué»
La maman de Vadim, interviewée par le média Meduza.

Militaire par «ennui»

Avant de s'engager sous les drapeaux russes, Vadim travaillait dans un atelier de réparation de pneus à Moscou. Sa mère, qui est restée en Russie, parle d'un enfant normal, qui a réussi sa scolarité et qui s'ennuyait un peu.

Interviewée par Meduza (média russophone basé en Lettonie), la maman pense qu'il ne savait pas ce qui l'attendait au moment d'être appelé au front. «Mon fils m'a écrit un SMS au début de la guerre. Il m'a dit qu'il allait ne plus avoir de réseau pendant une semaine. Que certains me diront qu'il est parti en Ukraine, mais que je ne devais pas croire ces bêtises.»

Vadim Chichimarine risque la prison à perpétuité.

Blessé par un bouchon de prosecco, Girmay se retire du Giro

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On sait qui a piégé les maires européens (et le Kremlin les adore)
Berlin, Madrid ou encore Vienne: les maires des capitales européennes ont reçu des appels du soit disant maire de Kiev. C'était «un tour» joué par la Russie.

L'information avait amusé (et un peu inquiété). Cette semaine, plusieurs maires de grandes capitales européennes ont reçu un appel de Vitali Klitschko, leur homologue de Kiev. Il se trouve que c'était une escroquerie.

L’article