DE | FR
Lesbienne couple marche des fiertés pride month gay lesbian lgbtq mois

Image: Shutterstock

Le mois des fiertés LGBTQ commence aujourd'hui

Tous les ans pendant le mois de juin, le monde célèbre le mois des fiertés. Ce mois a été choisi en souvenir des émeutes de Stonewall, manifs spontanées de membres de la communauté gay (LGBT), aux Etats-Unis.



La Pride (fierté en anglais) est une célébration des communautés LGBTQ+. Autrefois appelée Gay Pride, elle a été raccourcie afin d’englober toutes les orientations sexuelles en dehors de l’hétérosexualité.

L'événement fait suite aux émeutes de Stonewall aux Etats-Unis en 1969 lorsqu’un groupe de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres, se rebellèrent contre les forces de police venues faire une descente au Stonewall Inn, un bar gay de New York.

Peu de gens le savent, mais la Pride a été initiée par trois femmes noires (dont deux sont transgenres) : Marsha P. Johnson, Stormé DeLarverie et Sylvia Rivera. De nombreux membres de la communauté Queer ont voulu rappeler que les droits des LGBTQ+ sont en partie dus à la bataille acharnée de femmes afro-américaines.

En Europe, la première «Gay Pride» a lieu le 29 avril 1972 à Münster en Allemagne et a réuni plus de 200 personnes. Aujourd'hui, elle réunit des milliers de personnes à travers le monde. Le mois des fiertés est également célébré dans plusieurs villes de Suisse, dont Genève et Zürich:

Les twittos célèbrent #PrideMonth2021:

(jch)

Transgenres

1 / 8
Transgenres
source: shutterstock / shutterstock
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Plus d'articles sur la communauté LGBTQIA+

Une transgenre rejoint le gouvernement américain, une première

Link zum Artikel

Raiffeisen refuse un compte aux opposants au mariage pour tous

Link zum Artikel

En Floride, on veut légaliser les contrôles génitaux des écolières trans

Link zum Artikel

Brisé puis reconstruit, il raconte sa thérapie de conversion

Link zum Artikel

Pourquoi les femmes consultent plus facilement un psy que les hommes

L'image d'un idéal masculin (fort, courageux, secret) condamne la gent masculine à un sentiment permanent de menace envers leur identité dans le cas où ils doivent se retrouver sur le divan d'un psy. Explications.

Longtemps, certains troubles mentaux, comme la dépression ou l'anxiété, ont été majoritairement attribués aux femmes. Les changements hormonaux importants (puberté, post-partum ou encore ménopause) étaient invoqués comme les exposant à une plus grande vulnérabilité psychique. Plusieurs enquêtes suggèrent d'ailleurs que parmi les quelque 4 millions de Français étant amenés à fréquenter un psychologue, un psychiatre ou un psychanalyste au cours de leur vie, la majorité sont des femmes.

Pourtant, en …

Lire l’article
Link zum Artikel