DE | FR

La fille de l’émir de Dubaï, «otage», dit craindre pour sa vie

La princesse Latifa, fille de l'émir de Dubaï qui avait tenté en vain de s'évader de la cité-État du Golfe en 2018, dit être retenue en «otage» et craindre pour sa vie.
17.02.2021, 05:2417.02.2021, 06:09

La princesse Latifa, la fille de l'émir de Dubaï, dit être retenue en «otage» et craindre pour sa vie dans des vidéos diffusées par la BBC et Sky News. Elle avait en vain tenté de s'évader de cette cité-Etat du Golfe en 2018.

La vidéo dans laquelle la princesse Latifa dénonce ses conditions de rétention. Vidéo: YouTube/Daily Mail

Ces images relancent les craintes concernant le sort de la fille de Mohammed ben Rached al-Maktoum, dont les proches assurent désormais ne plus avoir de nouvelles. «Je suis dans une villa. Je suis prise en otage et cette villa a été transformée en prison», déclare la princesse de 35 ans dans une vidéo enregistrée avec un téléphone portable depuis les toilettes car «c'est la seule pièce avec une porte que je peux verrouiller».

«Je m'inquiète tous les jours pour ma sécurité et pour ma vie (...) la police m'a dit que je serai en prison toute ma vie et que je ne reverrai plus jamais le soleil», poursuit-elle.

Tentative de fuite

En 2018, Latifa al-Maktoum annonçait dans une vidéo diffusée sur Youtube vouloir fuir son pays. Au bord des larmes, elle disait avoir été «torturée» et «emprisonnée pendant trois ans» par son père après une première tentative d'évasion, quand elle n'était qu'adolescente, en 2002.

La vidéo dans laquelle Latifa al-Maktoum annonçait en 2018 avoir été torturée et emprisonnée après sa tentative d’évasion. Vidéo: YouTube/Official #FreeLatifa Campaign

Ligotée et droguée

Le gouvernement à Dubaï a fini par rompre son silence sur cette affaire rocambolesque le 17 avril 2018, confirmant que la princesse avait été «ramenée» auprès de sa famille et qu'elle allait «bien». En mars 2020, la justice britannique avait statué que l'émir de Dubaï avait commandité l'enlèvement de deux de ses filles, Latifa ainsi que Shamsa.

Mohammed ben Rached al-Maktoum, le père de Latifa, est Vice-président et Premier ministre des Emirats arabes unis.
Mohammed ben Rached al-Maktoum, le père de Latifa, est Vice-président et Premier ministre des Emirats arabes unis. Image: sda

A 18 ans seulement, cette dernière avait tenté de fuir son père en 2000 pendant qu'elle était en vacances en Angleterre. Selon le récit de Latifa, la jeune fille a été retrouvée après deux mois de fuite, «droguée», ramenée à Dubaï et «enfermée».

La justice britannique s'était prononcée dans le cadre d'une procédure opposant l'émir de Dubaï à la princesse Haya. Devenue en 2004 la sixième épouse du souverain émirati, cette dernière avait créé la sensation en 2019 en s'enfuyant à Londres, emmenant leurs deux enfants.

Contactées par l'AFP, les autorités de Dubaï, dont Mohammed ben Rached al-Maktoum, 71 ans, est le Vice- président et Premier ministre, n'avaient pas réagi mardi après-midi après la publication des vidéos.(ats/afp/ga)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?
Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

L’article