DE | FR

Crise des opiacés: 4 sociétés américaines vont payer 26 milliards

Ces milliards de dollars mettront fin à près de 4000 actions en justice intentées par des dizaines d'Etats américains et collectivités locales. Il s'agit d'un accord à l'amiable «historique».



Bild

Image: Shutterstock

Accusés d'avoir alimenté la crise des opiacés qui ravage les Etats-Unis, le laboratoire Johnson & Johnson et trois gros distributeurs américains de médicaments ont accepté de payer 26 milliards de dollars. Ils veulent ainsi solder des milliers de litiges.

Mettre fin à 4000 actions en justice

Le laboratoire Johnson & Johnson paiera 5 milliards de dollars (soit 4,6 milliards de francs) sur neuf ans. Quant aux distributeurs McKesson, Cardinal Health et Amerisource Bergen, ils s'acquitteront de 21 milliards sur 18 ans. Ces sommes mettront fin à près de 4000 actions en justice intentées par des dizaines d'Etats américains et collectivités locales. Il s'agit d'un accord à l'amiable historique.

Pour rappel, la crise des opiacés a été déclenchée par la promotion agressive de médicaments anti-douleur tels que l'oxycodone dans les années 1990. La crise a fait plus de 500'000 morts par overdose aux Etats-Unis en 20 ans. (sda/ats/afp)

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

En Afrique du Sud, le bilan des émeutes grimpe à 276 morts

Une partie des décès ont été causé par des bousculades, des chutes d'objets et l'incendie de bâtiments. Les émeutes sont survenues au lendemain de l'incarcération de l'ex-président Jacob Zuma.

Les émeutes et pillages qui ont ensanglanté l'Afrique du Sud ont fait 276 morts, a annoncé mercredi le gouvernement. Il a révisé à la hausse un précédent bilan de 215 morts.

La police a ouvert 168 enquêtes pour meurtre. Une partie des morts sont dues à des bousculades, à des chutes d'objets et à l'incendie de bâtiments.

Les troubles ont éclaté au Kwazulu-Natal le 9 juillet, prenant d'abord la forme d'émeutes au lendemain de l'incarcération de l'ex-président Jacob Zuma pour outrage à la justice.

Ils …

Lire l’article
Link zum Artikel