DE | FR

Netanyahou menacé par un type encore plus à droite que lui

Israël Netanyahu coup d'état opposition politique premier ministre

Benjamin Netanyahu a chaud. Image: Shutterstock

La droite radicale a ouvert la voie à la formation d'un nouveau gouvernement, en Israël. Cela pourrait faire tomber Benjamin Netanyahou, premier ministre le plus pérenne de l'histoire du pays.



En apportant, dimanche, son soutien au chef de l'opposition israélienne, le chef de la droite radicale, Naftali Bennett, a ouvert la voie à la formation d'un «gouvernement du changement». Il pourrait remplacer Benjamin Netanyahou, premier ministre d'Israël depuis 25 ans:

abspielen

Le chef de la droite radicale Naftali Bennett pourrait faire basculer le gouvernement israélien. Vidéo: YouTube/FRANCE 24

«J'annonce que je vais tout faire pour former un gouvernement d'union avec mon ami Yaïr Lapid», a déclaré, dimanche soir, Naftali Bennett, qui cultivait depuis plusieurs semaines le mystère sur ses intentions. «Dans ces instants de vérité, il faut savoir prendre ses responsabilités», a-t-il ajouté dans un discours télévisé. «Yaïr et moi avons nos différences, mais nous partageons l'amour de ce pays.»

La riposte de Netanyahou

«Ce gouvernement sera un danger pour la sécurité de l'Etat d'Israël. Il s'agit de l'arnaque du siècle», a rétorqué dans la foulée Benjamin Netanyahou, lui aussi dans un discours retransmis à la télévision.

Il y a 25 ans (en mai 1996), Netanyahou avait vaincu le travailliste Shimon Peres et était devenu premier ministre pour trois ans. Il était revenu au pouvoir en 2009 et ne l'a plus quitté depuis.

L'influence du conflit avec le Hamas

Après des semaines marquées par la guerre de 11 jours entre le Hamas palestinien au pouvoir dans la bande de Gaza et l'Etat hébreu, des tensions à Jérusalem-Est et des heurts dans des villes judéo-arabes en Israël, Yaïr Lapid avait relancé vendredi son offre pour un «gouvernement d'union nationale».

Israel Hayom, quotidien gratuit marqué à droite, dénonçait, de son côté, une tentative de «putsch» afin de mettre fin à l'ère Netanyahou, soutenue par des «représentants du Hamas», une attaque indirecte contre la formation arabe israélienne Raam (islamiste) de Mansour Abbas (4 députés) qui pourrait soutenir la coalition Lapid.

Si le camp anti-Netanyahou ne parvient pas à former un gouvernement, 61 députés pourront demander au président de désigner comme premier ministre un parlementaire. Un autre scénario, redouté par les électeurs déjà appelés à voter quatre fois en un peu plus de deux ans, serait un retour aux urnes. (ats)

Dame Nature est une coquine

1 / 17
Dame Nature est une coquine
source: twitter
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

What’s in/what’s out, les trends de ta semaine

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Analyse

En Israël, un référendum pour ou contre Netanyahou

L’inoxydable Premier ministre sauvera-t-il encore une fois sa peau dans les urnes ce mardi 23 mars? Cinq enjeux de ces quatrièmes élections en quatre ans.

Parce que Benyamin Netanyahou n’est plus assez fort pour gagner, mais pas encore assez faible pour perdre. Au pouvoir sans discontinuer depuis mars 2009, soit douze ans (et trois de plus si l’on compte un premier mandat entre 1996-1999), l’homme fort du Likoud (droite) est celui qui a passé le plus de temps à la tête du gouvernement depuis la fondation d’Israël en 1948.

Mais il y a un problème : il faut disposer d’une majorité absolue pour gouverner, 61 sièges sur les 200 à la Knesset …

Lire l’article
Link zum Artikel