DE | FR
L'OMS a rappelé que pour favoriser une lutte «efficace» contre le Covid-19, celle-ci devait être «mondialement coordonnée».
L'OMS a rappelé que pour favoriser une lutte «efficace» contre le Covid-19, celle-ci devait être «mondialement coordonnée».Image: shutterstock

Face à Omicron, l'OMS déconseille la fermeture des frontières

De nombreux pays interdisent les entrées et les sorties de leur population, afin de lutter contre la propagation du variant Omicron. Une mesure que l'Organisation mondiale de la santé déconseille pour trois raisons principales.
29.11.2021, 18:1529.11.2021, 18:28

Depuis plusieurs jours, le nouveau variant Covid baptisé Omicron inquiète le monde. A un tel point que de nombreux pays, dont la France et Israël, ont pris la décision de fermer leurs frontières, afin de lutter contre sa propagation.

Une mesure préventive à laquelle s'oppose néanmoins l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ce dimanche 28 novembre, l'OMS a en effet lancé un cri d'alerte «pour que les frontières restent ouvertes».

Un climat de peur installé prématurément

Depuis que l'Afrique du Sud a annoncé avoir découvert sur son territoire la présence d'Omicron, un variant du Covid potentiellement aussi dangereux que le Delta, plusieurs pays ont fermé leurs frontières à la totalité des pays d'Afrique australe.

Mais pour l'OMS, même si le risque de propagation de ce nouveau variant Covid est désormais identifié comme «préoccupant», il ne l'était pas encore au moment de la mise en place de ces mesures restrictives. Selon l'organisation, une telle mesure vécue comme punitive par les pays pointés pourraient, à l'avenir, dissuader d'autres dirigeants de signaler la découverte d'autres variants, par peur d'être sanctionné.

«Il est crucial que les pays qui sont transparents avec leurs données soient soutenus, car c'est le seul moyen de s'assurer que nous recevons les données importantes en temps opportun»
Organisation mondiale de la santé (OMS)

Un manque de coordination

L'OMS a rappelé que pour favoriser une lutte «efficace» contre le Covid-19, celle-ci devait être «mondialement coordonnée». En effet, les fermetures des frontières mises en place de manière isolée n'ont, selon l'organisation, pas d'impact dans une société mondialisée.

Elle a notamment soutenu son propos en rappelant qu'un passager venant d'Afrique du Sud pouvait tout à fait passer par l'Inde avant d'arriver en France, par exemple.

Il est peut-être déjà trop tard

Un plan de fermeture des frontières ne peut, par ailleurs, être profitable que s'il est mis en place avant l'apparition de cas repérés, indique l'OMS. Or, des cas positifs au variant Omicron sont déjà présents partout en Europe. Pour l'organisation, il est donc presque déjà trop tard.

A la place des interdictions massives de vols vers et depuis les pays touchés, l'OMS exhorte l'adoption d'une «approche scientifique» basée sur «l'évaluation des risques». (mndl)

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Hillary Clinton pourrait-elle être candidate en 2024 face à Trump?

Link zum Artikel

Le président de Credit Suisse pensait être au-dessus des règles Covid-19

Link zum Artikel

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Link zum Artikel

Les îles Tonga sont coupées du monde réel et virtuel à cause d'un volcan

Link zum Artikel
Un an après son investiture, qu'a fait Joe Biden pour les Américains?
Il y a exactement un an ce jeudi, Joe Biden prêtait serment lors d'une cérémonie d'investiture inédite en raison de la pandémie. Voici le bilan en six points des 365 premiers jours du 46e président des Etats-Unis.

Nous sommes mercredi soir et il est très exactement 16 heures (22 heures en Suisse), à Washington, la capitale des Etats-Unis. Les journalistes ont été conviés dans la East room, un salon prestigieux de la Maison-Blanche. C'est seulement la neuvième conférence de presse du 46e président américain, depuis son investiture, le 20 janvier 2021. Contrairement à son prédécesseur Donald Trump, il n'aime pas cet exercice.

L’article