DE | FR
Image: Shutterstock / Montage watson

L'UDC ne veut pas de la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU. Au quoi?

La Suisse devrait entrer bientôt et pour la première fois dans le Conseil de sécurité de l'ONU. L'UDC, qui s'y oppose, a réussi à imposer un débat parlementaire à ce sujet. L'actualité de la crise ukrainienne y est d'ailleurs pour quelque chose. Allez, on révise les bases en cinq points.
08.02.2022, 11:4208.02.2022, 17:54
Suivez-moi

L'ONU, quèsaco?

L'Organisation des Nations unies (ONU) rassemble 193 Etats Membres (contre 51 en 1945, année de sa création), qui peuvent «exprimer leur point de vue à l'Assemblée générale, au Conseil de sécurité, au Conseil économique et social ainsi que dans d'autres organes et commissions», selon le site officiel de l'ONU. Leur point de vue sur quoi? «Grâce à son rôle dans le dialogue et la négociation, l'Organisation est devenue un mécanisme permettant aux gouvernements de trouver des domaines d'entente et de résoudre ensemble des problèmes.»

Traduction:

C'est une sorte de forum où des représentants des différents pays du monde tentent de résoudre des problèmes internationaux. Ou du moins d'évoquer des pistes de solutions et de coopérations.

La Charte des Nations Unies assigne quatre buts à l’ONU:

  1. Maintenir la paix et la sécurité internationale;
  2. Développer entre les nations des relations amicales;
  3. Favoriser la coopération internationale en résolvant les problèmes et en encourageant le respect des droits de l’homme;
  4. Etre un centre névralgique où s’harmonisent les efforts des nations vers ces objectifs communs.

Besoin d'exemples concrets?

  • La mise en place d'envoyés spéciaux, sur le terrain, pour prévenir des conflits;
  • L'appui de processus constitutionnels et de la tenue d'élections dans des pays hôtes (p. ex. au Mali, en République centrafricaine ou encore au Soudan du Sud);
  • L'élaboration de stratégies globales contre le terrorisme (en 2006 naissait la première Stratégie antiterroriste mondiale des Nations Unies);
  • La publication de rapports sur la violation des droits de l'homme dans le monde.

Le Conseil de sécurité l'ONU, c'est qui?

C'est l'un des six organes principaux de l'ONU. Il est constitué de quinze Etats membres, dont cinq membres permanents: la Chine, les Etats-Unis, la Fédération de Russie, la France et le Royaume-Uni, et dix membres élus par l'Assemblée générale pour un mandat de deux ans (liste actuelle ici). La présidence est actuellement assurée par la Fédération de Russie.

Quel est son rôle?

La Charte de l'ONU, toujours selon le site officiel de l'institution, confère au Conseil de sécurité «la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationales». Rien que ça! Ce conseil est le seul organe de l’organisation à prendre des décisions devant être respectées par les états membres. Il peut ainsi établir des sanctions internationales et opter pour des interventions militaires.

Embargo sur les armes, interdiction de voyager, gel des avoirs interdiction des composants d'engins explosifs improvisés: autant d'exemples de résolutions prises par le Conseil. Celui qui «siège en permanence» et «peut se réunir à tout moment en cas de menace contre la paix», est-il précisé dans la description officielle. Il se réunit au siège des Nations unies à New York. Les comptes-rendus de séances sont disponibles ici.

Où se situe la Suisse dans tout ça?

La Suisse est en lice depuis 2011 pour obtenir un siège au sein du Conseil de sécurité de l'ONU pour la période 2023-2024. Ce serait la première fois. Or, l'UDC souhaite que la Suisse renonce à sa candidature, dont le dénouement – attendu comme positif – aura lieu en juin. Le parti a obtenu le débat parlementaire qu'il souhaitait: une session extraordinaire aura lieu avant l'élection prévue.

Quel est le rapport avec l'actualité en Ukraine?

Selon l'UDC, c'est le rôle de médiateur de la Suisse dans des conflits comme celui opposant actuellement l'Ukraine et la Russie qui est danger en cas d'entrée dans le Conseil de sécurité. Que la Suisse en vienne un jour à devoir choisir entre la paix et la guerre, voilà la crainte du parti bourgeois. Une préoccupation qui dépasse le simple camp de la droite conservatrice et qui n'est évidemment pas sans lien avec le concept de neutralité. La Suisse a d'ailleurs longtemps tergiversé avant d'adhérer à l'ONU en 2002.

Or, c'est précisément la question d'une Europe impliquée avec les Etats-Unis contre une mainmise de la Russie sur l'Ukraine qui se pose actuellement. Et de manière brûlante. En témoigne l'énorme bourde diplomatique de Nathalie Loiseau, députée européenne d'obédience macronienne, qui a déclaré dans un entretien au Point ce 4 février que «face à Moscou, l'Europe ne doit pas être une grosse Suisse molle».

Grève au Canada des camionneurs

1 / 11
Grève au Canada des camionneurs
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un perroquet vole la caméra d'une touriste et s'enfuit avec

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
24 caricatures qui dénoncent l'horreur de la guerre menée par Poutine
Les événements difficiles de la guerre en Ukraine inspirent les caricaturistes.

(oli)

L’article