stratus fréquent
DE | FR
International
Pétrole

Plafonnement des prix du pétrole russe: toute l'explication

Le plafonnement du prix du pétrole, c'est quoi? 7 questions pour comprendre

Un plafonnement des prix du pétrole russe à 60 dollars a été adopté vendredi. Qu'est-ce que cela signifie précisément, quels sont les risques ainsi que les opportunités induites par ce nouvel accord et surtout, comment Moscou pourrait réagir? watson fait le point en sept questions.
05.12.2022, 14:4905.12.2022, 17:13

Ce nouveau coup porté pour affaiblir un peu plus la puissance de Vladimir Poutine est l'un des plus considérables: après des semaines de discussions, vendredi 2 décembre, l’Union européenne, le G7 et l’Australie ont conclu un accord pour plafonner le prix du brut russe.

Mais de nombreuses questions demeurent encore sans réponse notamment au regard de l'impact de ces mesures sur le marché pétrolier en Europe, la réaction de la Russie et les risques que cela engendrerait dans sa guerre contre l'Ukraine. On vous explique tout.

>>> Les infos en direct autour de la guerre en Ukraine

Qu'est-ce que ce nouvel accord?

L'Union européenne (UE), les pays du G7 et l'Australie ont établi vendredi un nouvel accord: 60 dollars américains (56 francs suisses) le baril (159 litres) pour le pétrole brut d'origine russe, transporté par voie maritime.

Ainsi, dès le lundi 5 décembre, il sera interdit pour les entreprises basées dans les pays de l'UE, du G7 et en Australie de fournir les services permettant le transport maritime (négoce, fret, assurance, armateurs, etc.) au delà de ce prix maximum.

A quoi sert ce plafonnement des prix du pétrole?

L'activation d'un plafonnement des prix du pétrole coïncide avec l'entrée en vigueur d'un embargo de l'UE sur le pétrole russe acheminé par voie maritime – plusieurs mois après l'embargo déjà décidé par les Etats-Unis et le Canada. Or la Russie est le deuxième exportateur mondial de brut et, sans ce plafond, il lui serait facile de trouver de nouveaux acheteurs aux prix du marché.

Le plafonnement des prix du pétrole russe, décidé début décembre 2022, vise ainsi à restreindre les revenus de la Russie tout en s'assurant qu'elle continue d'alimenter le marché mondial.

Pourquoi est-ce le prix de 60 dollars qui a été fixé?

Le plafonnement des prix du pétrole a été adopté à 60 dollars par les Occidentaux. C'est un niveau supérieur au coût de production actuel du pétrole en Russie qui devrait inciter Moscou à continuer de pomper du brut. Notamment parce que cela continuera de lui procurer des revenus, même si ces derniers seront entamés par le plafond.

Qu'arrivera-t-il aux pays ne respectant pas le plafond?

Tous les pays sont invités à s'associer formellement au mécanisme de plafonnement. S'ils ne le font pas, ils pourront certes continuer à acheter du pétrole russe au-delà du plafonnement fixé, mais sans recourir à des services occidentaux (assurances, transport, courtage...) pour l'acquérir ou le transporter.

Il sera, par ailleurs, très compliqué de trouver des services alternatifs aux entreprises européennes dominant le transport et l'assurance des tankers. Toute solution de substitution improvisée (notamment l'assurance en cas de fuite d'hydrocarbures) serait «extrêmement risquée», estime-t-on.

Finalement, chaque Etat de l'UE et du G7 devra surveiller les entreprises basées sur son territoire. Alors si un navire battant le pavillon d'un pays tiers est identifié comme transportant du pétrole russe à un prix excédent le plafond, il sera interdit aux opérateurs occidentaux de l'assurer et de le financer pendant 90 jours.

Quels sont les risques et les opportunités liés à ce plafonnement?

Pour l'un des responsables européens qui ne croit pas aux menaces du Kremlin de cesser ses livraisons aux pays respectant le plafonnement, ce nouveau plafond pétrolier ne doit pas surpasser l'intérêt de la Russie à vendre son pétrole. Dans le cas contraire, cela pourrait réduire l'offre mondiale et provoquer une envolée des cours, a-t-il ajouté.

Malgré ce «saut dans l'inconnu» qui inquiètent plusieurs experts guettant plus particulièrement la réaction des pays producteurs de l'Opep+ (l'Organisation des pays exportateurs de pétrole), Bruxelles assure que le plafonnement «contribuera à stabiliser les marchés» et «bénéficiera directement aux économies émergentes et pays en développement», qui pourront acquérir du brut russe à moindre coût.

Aussi, la Russie pourrait être tentée de créer sa propre flotte de tankers, opérée et assurée par ses soins, mais, toujours d'après Bruxelles, «construire du jour au lendemain un écosystème maritime sera très compliqué» et ces solutions ad hoc pourraient avoir du mal à convaincre ses clients.

Comment l'Ukraine a-t-elle réagi?

L'actuel cours du baril de pétrole russe (brut de l'Oural) évolue autour de 65 dollars. Du côté de Kiev, on fustige donc un plafond jugé insuffisant pour pénaliser le Kremlin, car il se révèle trop proche du prix du marché.

Sur Telegram, le chef d'état-major présidentiel ukrainien Andriy Yermak, et plus tard le président ukrainien Volodymyr Zelenski, ont déclaré préférer que le prix le plus élevé ait été fixé à 30 dollars afin de limiter les moyens de Moscou de financer le conflit ukrainien. Sans quoi l'économie ukrainienne se verrait écrasée.

Mais, lundi 5 décembre, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a annoncé à la presse que le plafonnement du prix du pétrole russe, décidé par les pays occidentaux, n'aurait pas d'impact sur l'offensive de Moscou en Ukraine.

Quelle autres étapes ont été décidées concernant le plafonnement?

Le plafond sera réexaminé dès mi-janvier 2023, puis tous les deux mois, avec la possibilité de la modifier selon les évolutions des cours – avec le principe que le plafond soit fixé à un niveau inférieur d'au moins 5% au prix moyen du marché. Toute révision nécessitera l'accord des pays du G7, de l'Australie et de l'ensemble des Vingt-Sept pays de l'Union européenne.

Un plafonnement supplémentaire concernant les produits pétroliers interviendra le 5 février. (ats/mndl)

Il remplit son réservoir d'essence avec de l'huile de tournesol

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
C'est la guerre entre Charles III et Elon Musk
Ce serait surtout la faute du patron de Twitter.

Une véritable joute royale se tient depuis quelques jours au coeur de Londres. Dans l'arène? Deux grands seigneurs en leur domaine: le roi d'Angleterre et le patron de Twitter. Selon des documents de justice exhumés par le Daily Telegraph en début de semaine, Charles III tente de traîner le milliardaire américain devant le juge.

L’article