DE | FR

Le vaccin Astrazeneca jugé «sûr et efficace»

epa09082250 Emer Cooke, fourth Executive Director of European Medicines Agency (EMA), explains their conclusion on possible rare side effects of AstraZeneca's coronavirus vaccine during an online press conference in Amsterdam, The Netherlands, 18 March 2021. A committee of the European Medicines Agency (EMA) on 18 March 2021 said although not excluded, there is no direct link between vaccination against Covid-19 with the AstraZeneca vaccine and a rare number of blood clots. The EMA upholds its approval of the vaccine and recommends EU countries to continue the usage of the AstraZeneca because the benefits of AstraZeneca's coronavirus vaccine outweigh the potential risks. EPA/PIETER STAM DE JONGE

Image: EPA ANP

L'Agence européenne du médicament (EMA) devait se prononcer sur le vaccin anglo-suédois, suspendu par plusieurs pays de l'UE. Le verdict est clair: «sûr et efficace».



La décision était attendue. Pour l'EMA, le sérum d'Astrazeneca comporte plus de bénéfices que de risques pour la santé. Le régulateur européen juge également que le vaccin «n'était pas associé à une augmentation du risque global d'événements thromboemboliques ou de caillots sanguins».

Pourtant, l'agence «ne peut exclure définitivement» un lien entre le vaccin et des troubles de la coagulation rares.

Depuis la semaine dernière, une quinzaine de pays, dont l'Allemagne, la France et l'Italie, ont suspendu par précaution l'utilisation de ce vaccin. La raison: le signalement d'effets secondaires graves, tels que des troubles de la coagulation et la formation de caillots.

Par ailleurs, la Commission européenne a annoncé qu'elle allait activer une procédure contractuelle pour résoudre le conflit lié au retard du vaccin. Jusqu'ici, les quantités de livraisons annoncées par le fabricant sont nettement inférieures aux chiffres prévus. (ats)

L'Europe veut faire respecter les droits humains, mais...

L'Union européenne veut pénaliser les Etats qui violent les droits universels. Seul problème, personne ne veut se mettre à dos certaines superpuissances.

Les Européens ont approuvé lundi de nouvelles sanctions ciblées pour les violations des droits humains commises dans différents pays. Ils ont aussi adressé une mise en garde à la Turquie.

Seul problème: personne n'est prêt à rompre ses relations avec des villes comme Pékin, Moscou ou encore Ankara.

Toutes les options sont prévues pour encourager le développement de bonnes relations, mais des mesures restrictives sont également présentes si la situation venait à se détériorer.

Un récent rapport …

Lire l’article
Link zum Artikel