DE | FR

Inculpations contre Ghislaine Maxwell l'ex-bras droit de Jeffrey Epstein

FILE- In this July 2, 2020 file photo, Audrey Strauss, Acting United States Attorney for the Southern District of New York, points to a photo of Jeffrey Epstein and his ex-girlfriend Ghislaine Maxwell. Sex trafficking charges were added Monday, March 29, 2021 to the indictment against financier Jeffrey Epstein

Image: sda

Ghislaine Maxwell, ex-collaboratrice de l'homme d'affaires Jeffrey Epstein, accusé de dizaines d'abus sexuels sur mineures, a été inculpée de nouveaux chefs d'accusation.



Déjà inculpée à six reprises pour trafic de mineures, Ghislaine Maxwell, ex-bras droit et ex-amante du financier déchu, Jeffrey Epstein, est inculpée pour de nouveaux faits. Les procureurs ont cité une victime supplémentaire que la Britannique aurait recrutée, pour satisfaire les besoins sexuels de l'homme d'affaires américain. La femme de 59 ans, ex-figure de la jetset a été arrêtée et incarcérée dans l'Etat du New Hampshire en juillet 2020, après plusieurs mois de cavale.

L'affaire Jeffrey Epstein

Après avoir été inculpé d'abus sexuels sur des dizaines de mineures dans ses luxueuses résidences, l'homme d'affaires américain Jeffrey Epstein a été retrouvé mort pendu dans sa cellule de Manhattan en août 2019. L'enquête a conclu à un suicide et des dysfonctionnements dans l'organisation des gardiens de la prison fédérale où il était incarcéré.

Selon le nouvel acte d'accusation, une quatrième victime – qui reste anonyme, comme les trois autres déjà citées dans le premier acte d'accusation – a été recrutée par Maxwell et Epstein en 2001, lorsqu'elle avait 14 ans. Elle devait, sous prétexte de massages et moyennant des paiements en dollars, avoir des relations sexuelles avec le financier dans sa résidence de Palm Beach, en Floride.

Ces nouveaux chefs d'inculpation risquent de compliquer la tâche de la défense et retarder le procès censé démarrer en juillet 2021. Ghislaine Maxwell est soupçonnée d'avoir recruté pour Jeffrey Epstein plusieurs adolescentes, dans plusieurs villes du monde, et risque la perpétuité en cas de condamnation. (ats)

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Pour comprendre

Accusée de corruption, Aung San Suu Kyi risque (encore) la prison

L'histoire semble se répéter pour l'ex-dirigeante birmane, accusée de corruption par la junte militaire au pouvoir depuis le coup d'Etat du 1er février.

Le 24 mars, Aung San Suu Kyi va comparaître à nouveau devant la justice. Selon la junte birmane, qui l'accuse de corruption, elle aurait touché 550 000 dollars de pots-de-vin d'un homme d'affaires.

Ce n'est que le dernier chapitre d'une longue carrière politique, souvent très difficile. On peut même dire que la privation de la liberté fait partie de son engagement. On rembobine:

La vraie carrière politique d'Aung San Suu Kyi démarre en 1988, lorsqu'elle rentre en Birmanie après un long exil au …

Lire l’article
Link zum Artikel