DE | FR

La République démocratique du Congo met aux enchères ses forêts tropicales

Les conséquences pour l'homme et l'environnement ne sont pas prévisibles (image d'illustration).
Les conséquences pour l'homme et l'environnement ne sont pas prévisibles (image d'illustration).Image: sda
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Yasmin Müller
Suivez-moi
Elle est le dernier bastion des gorilles de montagne, l'habitat des okapis et l'un des principaux réservoirs de CO₂ dans la lutte contre le changement climatique, mais aujourd'hui la forêt tropicale du bassin du Congo est menacée.
13.08.2022, 16:5814.08.2022, 10:50

Une partie de la forêt tropicale doit disparaître pour permettre aux investisseurs internationaux d'exploiter le pétrole et le gaz naturel en République démocratique du Congo (RDC).

Les conséquences pour l'homme et l'environnement ne sont pas prévisibles.

Pourquoi est-elle si importante?

Le bassin du Congo abrite la deuxième plus grande zone de forêt tropicale continue de la planète: elle couvre 1,7 million de kilomètres carrés – ce qui correspond à un quart de la forêt tropicale restante dans le monde. De plus, la forêt tropicale du bassin du Congo abrite la plus grande tourbière tropicale du monde.

Les forêts s'étendent sur des parties de six pays de la grande région d'Afrique centrale: le Cameroun, le Gabon, la République du Congo, la République démocratique du Congo et la République centrafricaine.

Forêt tropicale autour de la rivière Dzanga, dans le bassin du Congo.
Forêt tropicale autour de la rivière Dzanga, dans le bassin du Congo.Bild: imago

Abritant plus de 10 000 espèces de plantes, dont 30% sont endémiques, la forêt tropicale est unique avec 1000 espèces d'oiseaux indigènes et quelque 700 espèces de poissons. A titre d'exemple, plus de 400 espèces de mammifères ont été recensées dont des «éléphants de forêt» africains et l'okapi qui est endémique dans les forêts du nord-est. Région exceptionnelle, le bassin du Congo abrite plus de primates que n'importe quel autre endroit au monde, dont des chimpanzés ou des gorilles de montagne et de plaine.

Les gorilles de montagne
Les gorilles de montagneBild: AP/AP
Deux okapis dans la forêt du Congo
Deux okapis dans la forêt du CongoBild: imago

Le plan de la République démocratique du Congo

Le président de la RDC, Félix Tshisekedi, a déclaré le 28 juillet:

«Nous ne devons plus nous contenter de simplement chanter les ressources naturelles de notre pays pour une durée indéterminée. C'est à nous de les exploiter»

Et c'est ainsi que le gouvernement a lancé des appels d'offres de leasing pour 3 parcelles de gaz et 27 parcelles de pétrole. Sous ces parcelles, on estime qu'il y a environ 22 milliards de barils de pétrole et 66 milliards de mètres cubes de gaz, comme l'écrit The africareport. Les parcelles devraient être vendues au plus offrant lors d'une vente aux enchères.

Lors de l'annonce de la vente en mai, le ministre des hydrocarbures, Didier Budimbu, a déclaré que le pays produisait actuellement 25 000 barils de pétrole par jour. Or, le sol pourrait en produire un million par jour, soit quarante fois plus. Aux prix actuels, cela représenterait l'équivalent de 32 milliards de dollars par an.

Didier Budimbu, ministre des Hydrocarbures explique:

«Il est inacceptable qu'un secteur aussi lucratif, qui pourrait jouer un rôle important dans l'économie du pays, ne soit exploité qu'à 4,5% de son potentiel»

En effet, seuls 6% environ des recettes publiques de la RDC proviennent actuellement des hydrocarbures fossiles. Cette situation doit maintenant changer. Les autorités prévoient d'augmenter la part de ce secteur à 40% à l'avenir – et de hisser ainsi le pays au niveau des grands producteurs de pétrole. Pour ce faire, des contrats de partage de la production seront signés avec des investisseurs.

Toutefois, on ne saura pas combien d'argent la RDC peut réellement tirer de ces contrats tant que des études sismiques n'auront pas été réalisées.

La procédure de vente aux enchères débutera en août. Les autorités ont même prévu de se rendre aux Etats-Unis, aux Emirats arabes unis (EAU) ainsi qu'en Suisse, afin de promouvoir directement la richesse des parcelles auprès des investisseurs potentiels, écrit The africareport.

Décision liée à la guerre en Ukraine

La décision de la RDC de libérer les dépôts de pétrole et de gaz est une volte-face: il y a huit mois encore, lors du sommet mondial sur le climat à Glasgow, le président Félix Tshisekedi signait un accord de dix ans pour la protection de la forêt tropicale dans le bassin du Congo. Cet accord comprenait des engagements financiers de 500 millions de dollars dans les cinq premières années pour la RDC.

Félix Tshisekedi, le président de la RDC, lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow, novembre 2021.
Félix Tshisekedi, le président de la RDC, lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow, novembre 2021.Bild: keystone

Mais depuis, les priorités de l'opinion publique mondiale se sont modifiées: l'invasion de l'Ukraine par la Russie a fait exploser les prix du pétrole et du gaz. En Europe, on appelle à économiser le gaz naturel. Dans le même temps, la Norvège augmente sa production de pétrole avec des projets de nouveaux forages offshore. Et le président américain Joe Biden a attiré l'attention sur la nécessité d'extraire du pétrole lors de son voyage au Proche-Orient en Arabie saoudite.

Le Congo a pris note de chacun de ces événements mondiaux, a déclaré Tosi Mpanu Mpanu, conseiller du ministre des Hydrocarbures, au New York times.

Et il explique que le seul objectif est de tirer suffisamment de revenus des hydrocarbures fossiles pour lutter contre la pauvreté dans le pays. La responsable de la campagne forestière de Greenpeace dans le bassin du Congo, Irene Wabiwa, s'inscrit en faux contre cette affirmation. Elle affirme que les revenus générés par les forages pétroliers et gaziers ne permettront jamais de réduire la pauvreté dans le pays, mais qu'ils rapporteront beaucoup d'argent à quelques-uns.

«Economisez du gaz pour un hiver sûr», peut-on lire au-dessus de la tête de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et de Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, alors qu'ils s'expriment lors d'une conférence de presse sur le fait que les Etats membres de l'Union européenne (UE) devraient réduire leur consommation de gaz de 15% au cours des prochains mois.
«Economisez du gaz pour un hiver sûr», peut-on lire au-dessus de la tête de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et de Frans Timmermans, vice-président de la Commission européenne, alors qu'ils s'expriment lors d'une conférence de presse sur le fait que les Etats membres de l'Union européenne (UE) devraient réduire leur consommation de gaz de 15% au cours des prochains mois.Bild: keystone

La double morale

L'action de la RDC met en lumière un double standard que de nombreux dirigeants politiques du continent africain ne cessent de dénoncer et qui peut se résumer à peu près ainsi: les pays occidentaux ont bâti leur prospérité sur les combustibles fossiles. Pourquoi ces pays peuvent-ils exiger que l'Afrique renonce à l'exploitation de ses réserves de charbon, de pétrole et de gaz pour protéger tous les autres? Et si les pays africains le font, qu'obtiennent-ils en retour?

En s'appuyant sur ce discours, de nombreux fonctionnaires congolais estiment que leur pays a désormais la priorité sur les besoins du monde. Mpanu l'exprime ainsi au New York times:

«Il est peut-être temps que nous soyons mis sur un pied d'égalité et indemnisés»
Tosi Mpanu Mpanu, conseiller du ministre des Hydrocarbures

Mpanu estime que la RDC a payé ses «taxes climatiques». En effet, le pays aurait autorisé l'extraction de minéraux et de terres rares, essentiels à l'industrie des énergies renouvelables. Et c'est ce qu'il déclare au New York times:

«Nous faisons partie de la solution, mais la solution passe aussi par l'utilisation de nos ressources pétrolières»
En 2012, selon la Banque mondiale, 77% de la population de la RDC vivait avec moins de deux dollars par jour.
En 2012, selon la Banque mondiale, 77% de la population de la RDC vivait avec moins de deux dollars par jour.Bild: keystone
Les habitants de la RDC comptent parmi les plus pauvres du monde. En 2016, une enquête du gouvernement congolais a révélé que 79% des enfants souffraient de malnutrition et que 82% n'avaient pas accès aux soins médicaux.
Les habitants de la RDC comptent parmi les plus pauvres du monde. En 2016, une enquête du gouvernement congolais a révélé que 79% des enfants souffraient de malnutrition et que 82% n'avaient pas accès aux soins médicaux.image: keystone

Des animaux et des hommes

Les parcelles de pétrole et de gaz, qui sont maintenant mises aux enchères, s'étendent sur des sols tourbeux humides ainsi que sur le parc national des Virunga – la plus importante zone de protection des gorilles au monde.

Les sols tourbeux humides sont des piliers importants de la protection du climat, car ils fixent d'énormes quantités de dioxyde de carbone (CO₂) nuisible au climat.

Mais les forages pétroliers drainent les tourbières et finissent par les décomposer, libérant ainsi le dioxyde de carbone qu'elles contiennent. C'est pourquoi Irene Wabiwa, qui dirige la campagne forestière de Greenpeace à Kinshasa dans le bassin du Congo, déclare au New York times:

«Si le pétrole est exploité dans ces régions, nous devons nous attendre à une catastrophe climatique mondiale à laquelle nous assisterons tous impuissants»
Irene Wabiwa, Greenpeace Kinshasa

Le Centre pour la recherche forestière internationale (Cifor) estime pour le Washington post que la quantité de dioxyde de carbone stockée dans les sols tourbeux du bassin du Congo équivaut aux émissions de CO₂ des Etats-Unis pendant 20 ans.

Si ces énormes quantités de dioxyde de carbone étaient libérées dans l'atmosphère en très peu de temps, une sorte de point de basculement pour le climat mondial pourrait être atteint, avertit Susan Page, professeur de géographie à l'université de Leicester, dans le New York times.

Forêt tropicale en République centrafricaine.
Forêt tropicale en République centrafricaine.image: imago

Les organisations environnementales et de défense des droits de l'homme sont par conséquent en colère contre la décision de la RDC de mettre aux enchères les parcelles de pétrole et de gaz. Elles soulignent que les forages pétroliers entraîneraient un risque considérable pour l'Afrique - étant donné que le continent est déjà comparativement durement touché par les effets du changement climatique.

Outre la libération de dioxyde de carbone, de vastes zones de forêt tropicale risquent d'être détruites, car elles devraient céder la place à la construction de la route. L'habitat des gorilles serait ainsi fortement décimé - et les hommes seraient également menacés: les membres des tribus Mbuti et Baka, qui vivent dans les forêts du bassin du Congo, pourraient être évincés ou expulsés.

Membres de la tribu Mbuti, lors d'un rituel traditionnel, 2011
Membres de la tribu Mbuti, lors d'un rituel traditionnel, 2011Bild: imago
Membres de la tribu Mbuti: une mère et ses enfants, 2011
Membres de la tribu Mbuti: une mère et ses enfants, 2011Bild: imago

Les poumons de la terre

Les forêts tropicales humides sont considérées comme les «poumons de la Terre», car leurs sols tourbeux humides fixent non seulement le dioxyde de carbone, mais les forêts «avalent» une grande quantité de méthane (CH₄) nuisible au climat en libérant du protoxyde d'azote (N₂O), qui fixe le méthane. De nouvelles données de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) dressent, toutefois, un tableau différent pour le bassin du Congo.

De 2016 à 2020, des chercheurs ont mesuré les flux de gaz dans le bassin du Congo - et sont arrivés à la conclusion que les modèles connus ne sont pas applicables au bassin du Congo. Certes, le principe connu s'applique aux forêts pluviales de montagne et de plaine du bassin du Congo, mais les forêts marécageuses libéreraient du méthane pendant la phase d'inondation périodique, annulant ainsi la capacité d'abaissement des forêts pluviales de montagne et de plaine.

«La forêt tropicale congolaise, considérée dans son ensemble, semble être une source de méthane»
L'EPFZ

Pour le président Tshisekedi, l'importance de son pays comme rempart contre le réchauffement climatique n'est pour l'instant que secondaire. Car les prochaines élections présidentielles en RDC ont déjà lieu dans 18 mois – Tshisekedi est candidat à un nouveau mandat. Et quoi de mieux que des promesses électorales pour assainir définitivement le budget de l'Etat en difficulté? Car les gorilles ne remplissent pas de bulletins de vote.

Les incendies en Gironde, juillet 2022

1 / 22
Les incendies en Gironde, juillet 2022
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Les bouffistas: Belga à Lausanne

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Une bombe climatique»: 3 infos sur le sabotage des pipelines
Les semaines se suivent et se ressemblent un peu trop sur le front des catastrophes. Désormais, tous les yeux sont tournés vers les gazoducs Nord Stream endommagés. Confirmées par images satellites, les fuites de gaz émanant des pipelines pourraient être les pires de l'histoire.

Dimanche et lundi soir, des explosions successives ont touché les sites des gazoducs Nord Stream 1 et 2, qui relient la Russie à l'Allemagne en passant sous la mer Baltique. Au total, trois fuites de méthane, un gaz à effet de serre, ont été découvertes. Les autorités danoises ont alerté la marine afin que les navires évitent les alentours de l'île de Bornholm.

L’article