DE | FR

La Russie s'est vengée et vire des journalistes de Moscou pour la première fois

La radio-télévision canadienne CBC va devoir faire ses bagages.
La radio-télévision canadienne CBC va devoir faire ses bagages.
Mercredi, les journalistes canadiens de CBC se sont vus annuler leur visa par la Russie. C'est la première fois que Moscou bannit un média occidental depuis le début de l'offensive en Ukraine.
19.05.2022, 08:0719.05.2022, 10:43

La radio-télévision canadienne CBC va devoir faire ses bagages: mercredi, la Russie a fermé son bureau de Moscou et a annulé les accréditations et visas de ses journalistes.

Des représailles assumées après l'interdiction de diffusion de la chaîne pro-Kremlin RT au Canada. Trois semaines plus tôt, Moscou a fait subir le même sort au média allemand Deutsche Welle et fermé son bureau.

Le groupe canadien CBC/Radio-Canada avait annoncé début mars suspendre «temporairement» le travail de ses journalistes en Russie. Il avait été passablement refroidi par la nouvelle loi prévoyant des peines de prison, en cas de diffusion d'«informations mensongères sur l'armée» au sujet de l'offensive russe en Ukraine.

Les Canadiens accusés de «russophobie»

Lors de son briefing hebdomadaire, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a accusé le gouvernement canadien d'avoir «adopté un cours (politique) ouvertement russophobe».

«CBC était devenu un mégaphone de propagande»
Maria Zakharova

Zakharova a, en outre, dénoncé le soutien du Canada à l'Ukraine, avant et depuis l'offensive russe contre son voisin.

La porte ouverte à d'autres représailles?

La décision n'a pas manqué de faire vivement réagir le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui a dénoncé sur Twitter:

Le Canada avait effectivement interdit mi-mars aux fournisseurs de services de distribuer les chaînes d'information russes RT et RT France, estimant que leur programmation n'était pas dans «l'intérêt du public».

L'UE a elle aussi interdit ces médias russes et d'autres, mais jusqu'ici Moscou n'a pas adopté de mesures de représailles équivalentes.

«Pourquoi nous? Il y a une guerre diplomatique avec le Canada en ce moment, c'est évident» a analysé la reporter Tamara Alteresco auprès de Radio Canada, alors que de grands médias étrangers, notamment des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France, n'ont pas (encore?) subi le même sort.

«La Russie voit le Canada comme une petite Ukraine. La Russie a des tensions diplomatiques avec le Canada depuis plusieurs années», a-t-elle analysé. (mbr/ats)

La tourelle d'un char russe propulsée dans les airs

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Comment Poutine essaie d'envoyer l'or russe en Suisse malgré les sanctions

Link zum Artikel

La guerre en Ukraine a fait augmenter les prix de ces biens en Suisse

Link zum Artikel

L'embargo sur le pétrole russe menace-t-il la Suisse? Un expert répond

Link zum Artikel

Pétrole, gaz: pourquoi la Suisse a du souci à se faire à cause de la guerre

Link zum Artikel

Yves Rossier: Peu de chances que la Suisse soit médiatrice en Ukraine

Link zum Artikel

La Suisse est à nouveau présente sur le territoire ukrainien

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême
Nombreuses sont les célébrités qui se sont exprimées suite à la révocation du droit à l'avortement aux Etats-Unis. Olivia Rodrigo, Billie Eilish, Taylor Swift ou encore Harry Styles, tous se sont dits attristés ou en colère.

C'est au tour des stars de réagir à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême américaine. Olivia Rodrigo, Billie Eilish, Mariah Carey ou encore Taylor Swift, toutes ont partagé leur opinion, à leur manière comme l'explique Le Parisien lundi.

L’article