DE | FR

Comment lutter contre la haine sur internet? Une étude a sa petite idée

L'empathie est le meilleure moyen pour désamorcer la haine sur les réseaux sociaux, selon une récente étude suisse publiée lundi.
06.12.2021, 21:0007.12.2021, 06:48

L'empathie est plus efficace pour lutter contre la haine en ligne que les avertissements ou l'humour. C'est la conclusion d'une étude publiée lundi par l'EPFZ et l'Université de Zurich qui a été menée auprès de 1350 utilisateurs de Twitter.

L'importance de la confrontation directe

L'anonymat des réseaux sociaux incite des personnes à des dérapages. Pour endiguer les discours de haine, les médias sociaux modèrent de plus en plus les contenus sur leurs plateformes. Ils suppriment des contributions ou lancent des avertissements.

Cette procédure peut toutefois entrer en conflit avec la liberté d'expression. Les médiaux sociaux ont commencé à développer des stratégies dites de «counterspeech» qui visent à réduire les discours haineux par une confrontation directe avec les auteurs de ces messages.

Tweets xénophobes ou racistes

Des chercheurs et des étudiants, sous la direction du professeur d'analyse politique de l'EPFZ Dominik Hangartner, ont mené une expérience sur Twitter. Ils ont répondu de manière visible pour le public à des utilisateurs qui avaient posté des tweets xénophobes ou racistes.

Ils ont retenu un échantillon de 1350 personnes réparties dans quatre groupes. Au premier groupe, ils ont répondu par un message destiné à susciter l'empathie comme «Les Afro-Américains souffrent vraiment quand les gens utilisent de telles expressions». Au deuxième groupe, ils ont averti des conséquences sociales possibles de leur tweet.

«Meme» humoristique

Au troisième groupe, ils ont envoyé un «meme» humoristique, par exemple un oiseau serrant le bec d'un congénère avec en dessous la phrase «Please stop tweeting» («Arrête de gazouiller»). Le quatrième groupe a servi de contrôle.

Il s'est avéré que seule une confrontation basée sur l'empathie a permis de réduire le discours haineux, dans une mesure toutefois relativement faible. Au cours des quatre semaines suivantes, ce groupe a envoyé en moyenne 1,3 tweet xénophobe ou raciste de moins que le groupe de contrôle.

Les chercheurs ont aussi analysé la façon dont les utilisateurs ont réagi. Environ 15% ont répondu aux chercheurs, «la plupart de manière correcte, certains se sont même excusés», a indiqué Dominik Hangartner. Seule une infime partie a répondu dans un langage haineux. (sda/ats)

Madonna, la série de photo censurée

1 / 13
Madonna, la série de photo censurée
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Voici le robot humanoïde le plus réaliste au monde

Plus d'article sur le thème «Société»

Armée suisse: les femmes auront des sous-vêtements à leur taille

Link zum Artikel

5 chiffres qui en disent long sur la masturbation féminine

Link zum Artikel

Le monde de la danse favorise-t-il le harcèlement sexuel? «Ça dépend»

Link zum Artikel

Le monde va mal, vous n'arrivez plus à vous projeter? C'est normal

Link zum Artikel

Don de sperme: les parents sont-ils transparents avec leurs enfants?

Link zum Artikel

«Nous affirmons que l’immigration est un problème pour les femmes»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Miss France, c'est plus un «Koh Lanta bis» qu'un concours de beauté
Pour la première fois de l'histoire du concours de Miss France, les participantes de l'édition 2022 ont eu droit à un contrat de travail, et donc à un salaire. Le problème... c'est que c'était un peu des peanuts.

Comme tout, le concours Miss France a bien été forcé d'évoluer avec son temps. Et cette édition 2022 a marqué une différence de taille: contrairement aux années précédentes, les reines de beauté ont eu le «privilège» d'avoir droit à un contrat de travail, selon une information exclusive du Parisien. Elles ont donc pu prétendre à un salaire.

L’article