assez dégagé
DE | FR
International
Société

Netanyahou poussé dehors par Bennett Après 12 ans à la tête d'Israël

Naftali Bennett, nouveau premier ministre israélien.
Naftali Bennett, nouveau premier ministre israélien.keystone

Après 12 ans à la tête d'Israël, Netanyahou poussé dehors par Bennett

Une petite majorité des membres du parlement israélien ont élu un nouveau gouvernement composé d'une coalition hétéroclite.
14.06.2021, 06:5914.06.2021, 10:19

Une nouvelle page de l'Histoire d'Israël s'est tournée, dimanche, avec la fin de 12 ans de règne ininterrompu du premier ministre Benjamin Netanyahou, écarté par un vote de confiance du Parlement à une coalition hétéroclite menée par son ancien allié Naftali Bennett.

Ce changement à la tête du gouvernement est entré en vigueur dès la fin du vote historique: 60 députés ont voté pour la nouvelle coalition, qui va de la droite à la gauche, en passant par l'appui d'un parti arabe. Voici une présentation de cette coalition 👇.

Les opposant à cette coalition particulière étaient au nombre de 59, principalement issus du parti Likoud de Netanyahou, de l'extrême droite et des partis ultra-orthodoxes, s'y sont opposés.

Israel's new prime minister Naftali Bennett shakes hands with outgoing prime minister Benjamin Netanyahu during a Knesset session in Jerusalem Sunday, June 13, 2021. Israel's parliament has voted in f ...
Le pouvoir change de main en Israël.Image: sda

L'ex-premier ministre, visage fermé, a serré la main de son successeur (photo ci-dessus), avant de quitter précipitamment le Parlement, alors que les nouveaux membres du gouvernement, certains émus aux larmes, prêtaient serment.

Dès l'annonce du résultat, une foule d'Israéliens ont célébré le départ du pouvoir de Netanyahou, à Jérusalem, aux abords de la Knesset, mais aussi par milliers sur l'emblématique place Rabin, drapeaux israéliens au vent.

Image
Image: sda
«Ce Premier ministre est resté là trop longtemps, il a essayé de changer le système en sa faveur et d'échapper à certains crimes, alors aujourd'hui c'est la fête à Tel-Aviv.»
Jorel Franganti, 24 ans.

Netanyahou annonce déjà son retour

Quelques heures avant, lors de son dernier discours de premier ministre devant la Knesset, Benjamin Netanyahou, qui a dirigé le pays de 1996 à 1999 puis de 2009 à ce 13 juin 2021, avait assuré qu'il reviendrait «bientôt».

Aux dernières législatives de mars, le Likoud, son parti, avait terminé en pole position, mais Netanyahu n'avait pas réussi à rallier une majorité de 61 députés nécessaires pour former un gouvernement.

Le désormais l'ex-premier ministre a averti qu'il taclerait le gouvernement actuel dans l'espoir de revenir au pouvoir malgré ses 71 ans et son procès pour corruption, malversation et abus de pouvoir dans une série d'affaires.

Les défis du nouveau premier ministre

Signe des difficultés qui attendent la nouvelle coalition, Naftali Bennett a eu du mal à prendre la parole au Parlement, noyé sous les huées de ses opposants:

«Je comprends que ce ne soit pas un jour facile pour beaucoup aujourd'hui, mais ce n'est pas un jour de deuil, c'est un jour de changement, de changement de régime dans une démocratie.»

Et ce dernier a réussi in extremis début juin à réunir une majorité en formant une coalition réunissant deux partis de gauche, deux de centre, trois de droite et – fait rarissime – la formation arabe Raam de Mansour Abbas.

Le soutien de Mansour Abbas et de Naftali Bennett a été essentiel pour atteindre le seuil de la majorité. Et pour s'assurer du soutien de Bennett, Yaïr Lapid lui a proposé d'être d'abord le premier ministre pour deux ans, avant d'enfiler lui-même en août 2023 le costume de chef de gouvernement. Si, bien sûr, cette coalition hétéroclite fragile parvient à rester au pouvoir jusque-là.

Yaïr Lapid avec Naftali Bennett.
Yaïr Lapid avec Naftali Bennett.Image: sda

En présentant au Parlement les grandes lignes de son gouvernement, Naftali Bennett a affirmé que sa coalition ne laisserait pas «l'Iran se doter de l'arme nucléaire»:

«Ce gouvernement commence son travail sous la plus grave des menaces sécuritaires.»

Il a assuré que son pays se «réserverait une liberté totale d'action» contre son ennemi juré qui se défend de chercher à obtenir l'arme atomique.

Outre le dossier iranien, ce gouvernement uni par sa seule volonté de faire chuter Netanyahou, devra trouver un terrain d'entente sur la relance économique post-pandémie, et éviter des sujets sensibles comme la question palestinienne. (ats/jah)

Encore quelques surdoués de l'Euro

1 / 7
Encore quelques surdoués de l'Euro
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elon Musk a été autorisé à implanter des puces dans des cerveaux humains
Neuralink, la société du milliardaire américain, a finalement été autorisée à tester dans les prochains mois son projet sur l'homme afin que celui-ci contrôle des machines par la pensée. La révolution inquiète certains dans le milieu.

Des êtres humains se verront implanter une puce électronique dans leur cerveau dans le cadre d'essais qui débuteront au cours des six mois à venir. Voici ce qu'a annoncé mercredi Neuralink Corp, lors d'un événement à son siège social de Fremont, en Californie.

L’article