DE | FR
À la veille de la COP26, watson a fait le point avec une climatologue.
À la veille de la COP26, watson a fait le point avec une climatologue.shutterstock

À la veille de la COP26, la pollution bat des records. Comment s'en sortir?

Alors que la planète se mobilise contre le réchauffement climatique lors de la COP26, la pollution atmosphérique bat tous les records, selon le dernier rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Comment expliquer ce paradoxe et comment s'en sortir? La réponse en 6 points.
27.10.2021, 06:0027.10.2021, 17:10
Suivez-moi

La plus grande mobilisation contre le réchauffement climatique se profile à l'occasion de la COP26. Pourtant, dans le même temps, le climat lui, continue de se dégrader. D’après le dernier rapport de l’OMM, un nouveau record de pollution a été atteint. Aujourd’hui, cette hausse des concentrations de gaz à effet de serre compromet les objectifs de température fixés par l’Accord de Paris sur le climat.

Mais alors comment s'en sortir ? À la veille de la COP26, on a fait le point avec Sonia Seneviratne, climatologue à l'EPFZ et co-autrice du rapport sur les changements physiques du climat.

Pourquoi on n'arrive pas à réduire ces émissions?

«Je pense que c’est une question d’inertie. Il y a eu une faible baisse des émissions liée à la pandémie, mais ces émissions continuent d’avoir lieu. Il y avait également une situation géopolitique particulière avec Donald Trump qui a bloqué le processus. Mais il y a également de forts enjeux financiers, des lobbies touchés par la décarbonisation qui résistent. Malgré tout, on n’a plus le choix, il faut absolument diminuer ces émissions.»

«Je pense que le plus important dans le «net-zéro» c'est le zéro. Ça veut dire qu'on ne doit plus avoir d'apport de CO2 dans l'atmosphère»
Sonia Seneviratne, climatologue à l'EPFZ et co-autrice du rapport sur les changements physiques du climat.

Quel a été l’impact du Covid?

«L'impact a été limité. Les émissions ont diminué de 6% environ, mais tant que des émissions de CO2 ont lieu, les concentrations continuent d'augmenter. C'est pour cela que les concentrations de CO2 ont atteint un niveau record.»

Quels secteurs sont responsables?

«Le trafic automobile contribue aujourd’hui à 32% des émissions en Suisse. L’idéal serait d’avoir zéro voiture à essence aussi vite que possible si l'on veut être compatible avec une stabilisation du réchauffement climatique. L’autre secteur clé, c’est celui du chauffage, car il existe des alternatives. En Suisse, il y a encore beaucoup d’exemples d’utilisation du mazout et de gaz. Il faut absolument passer à des pompes à chaleur et à la géothermie partout.»

«Il nous faut absolument diminuer nos émissions de moitié d’ici à 2030 et arriver à net-zéro en 2040 plutôt que 2050. On parle d’une diminution de 5 à 7% par an à partir d’aujourd’hui».
Sonia Seneviratne, climatologue à l'EPFZ et co-autrice du rapport sur les changements physiques du climat.

Est-ce que des alternatives sont possibles ?

«Oui, je pense que c’est possible. D’un point de vue scientifique et géophysique, il n’y a rien qui nous empêcherait de trouver des alternatives. C’est une question de décision sociétale et il faut que tous les acteurs de la société se mettent derrière ce but puisque nous avons une urgence climatique. Laisser tomber n’est pas une option. Il en va de notre avenir, de l'avenir de nos enfants, on ne peut pas se permettre de baisser les bras.»

Est-ce que la COP26 est notre dernière chance?

«Je pense que ça peut être la dernière chance d'arriver à stabiliser le réchauffement climatique autour de 1.5 degré, mais la fenêtre d’action se ferme très rapidement. Par ailleurs, si des décisions marquantes ne sont pas prises à cette COP26, je ne comprends pas comment on pourrait espérer que les prochaines COP puissent atteindre les objectifs fixés.»

«Cette COP26 est la COP à laquelle le début de cette décarbonisation doit être véritablement initiée»
Sonia Seneviratne, climatologue à l'EPFZ et co-autrice du rapport sur les changements physiques du climat.

Et si rien ne change?

«Il n'y a pas de raison d'être défaitiste, parce qu'en fait, on a toutes les clés en main pour réaliser cette transition énergétique. Les énergies renouvelables existent, elles sont bon marché désormais, c'est très différent d'il y a 20 ans. Il est essentiel d'agir maintenant, disons à la COP26, mais aussi à plus petite échelle. Il y a des initiatives qui peuvent être faites à tous les niveaux, au niveau des cantons, au niveau des communes. Je pense que c'est important que chacun se sente responsable d'initier cette transition énergétique.»

Alors eux, ils ont tout compris. C'est beaucoup plus écolo' de se promener tout nus

1 / 11
200 personnes posent nues près de la mer Morte
source: sda / abir sultan
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Le changement climatique, ça change aussi les gens...👇

D'autres articles sur le climat

«L'échec de Zurich montre qu'Extinction Rebellion a peu d'avenir en Suisse»

Link zum Artikel

Extinction Rebellion: petite leçon de slogans pour être un bon rebelle

Link zum Artikel

Extinction Rebellion et son discours antisystème à géométrie variable

Link zum Artikel

Extinction Rebellion se tape l'incruste au défilé Louis Vuitton

Link zum Artikel
Pourquoi l'alcool nous donne envie de fumer une cigarette?
Tout le monde le sait: alcool et tabac ne font pas bon ménage. Pourtant, une fois le verre en main, l'envie de fumer est irrésistible. Derrière ce phénomène se cache une explication scientifique qui vous donnera envie d'arrêter (ou pas).

Il y a des êtres singuliers, que l'on peut observer en fin d'après-midi ou en début de soirée, au moment où leur vraie nature surgit. Des êtres qui, toute la journée, refusent les invitations à fumer une cigarette. «Je ne fume pas, merci», lancent-ils parfois, suscitant l'admiration des masses accros au tabac. Mais, une fois qu'ils sont attablés à un bar, pinte de bière ou verre de vin sous le pif, leur discours change du tout au tout: une gorgée d'alcool et l'envie de fumer surgit. «Je fume seulement quand je bois», expliquent-ils alors timidement, tout en grattant une clope. Il a bon dos, le non-fumeur.

L’article