DE | FR

Espionnage: une firme zougoise au cœur d'un scandale international

Image: Shutterstock
L'entreprise Mitto, basée à Zoug, est au cœur d'un vaste scandale. Elle aurait vendu des services d'espionnage à diverses firmes telles que Facebook ou Google. Une enquête a été ouverte.
07.12.2021, 20:5608.12.2021, 07:29

Le bureau du préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) ouvre une enquête préliminaire contre l'entreprise zougoise Mitto, a-t-il annoncé mardi. Le «Bureau of Investigative Journalism» accuse un collaborateur de l'entreprise d'avoir permis des écoutes illicites.

Entreprise fondée en 2013

Dans un rapport publié lundi, le «Bureau of Investigative Journalism», une organisation à but non lucratif basée à Londres, formule de graves accusations contre un collaborateur de la société Mitto, dont le siège est à Zoug. L'organisation ainsi que l'agence Bloomberg se basent sur des anciens employés et des clients de Mitto.

Cette entreprise fondée en 2013, qui dessert une clientèle mondiale, effectue des envois de SMS pour diverses grandes entreprises comme Facebook, Google et Alibaba. Le collaborateur aurait abusé de l'accès aux réseaux accordé par les opérateurs de téléphonie mobile pour obtenir des informations, explique le PFPDT.

Surveillance contre rémunération

Selon le rapport, il aurait notamment utilisé l'accès au Signalling System (SS7) pour permettre à des tiers d'effectuer des surveillances illicites de personnes contre rémunération. Des sociétés de sécurité privées et au final certaines organisations étatiques en auraient profité.

Le PFPDT a ouvert mardi une enquête préliminaire dans cette affaire. Dans un premier temps, il demandera à Mitto de prendre position et contactera les opérateurs de téléphonie mobile en Suisse.

Mitto a déclaré au «Bureau of Investigative Journalism» qu'elle n'est pas impliquée dans des affaires de surveillance. Elle a lancé une enquête interne pour déterminer si sa technologie a fait l'objet d'abus. Le cas échéant, des mesures seront prises.

Faiblesses du système connues

Swisscom indique qu'elle fournira les informations demandées par le PFPDT. Les faiblesses du système SS7 sont connues dans la branche depuis de nombreuses années et dans le monde entier.

Swisscom a pris de nombreuses mesures de sécurité, comme l'explique d'un des porte-parole de l'entreprise.

«Nous surveillons le flux de données et procédons à des verrouillages en cas de signe d'abus»

Egalement interrogé par Keystone-ATS, le Ministère public de la Confédération (MPC) a déclaré avoir connaissance du rapport du «Bureau of Investigative Journalism», mais ne le commente pas, conformément à la pratique en vigueur. (sda/ats)

C'est quoi le métaverse?

En lien avec la cybersécurité

L’Angleterre, choquée, pleure la mort d’un député violemment poignardé

Link zum Artikel

La Suisse serait inconsciente de l'urgence en matière de cybersécurité

Link zum Artikel

Instagram élu plus gros traître en matière de partage de données

Link zum Artikel

«Pas de données perdues sur mesvaccins.ch»

Link zum Artikel
Miss France, c'est plus un «Koh Lanta bis» qu'un concours de beauté
Pour la première fois de l'histoire du concours de Miss France, les participantes de l'édition 2022 ont eu droit à un contrat de travail, et donc à un salaire. Le problème... c'est que c'était un peu des peanuts.

Comme tout, le concours Miss France a bien été forcé d'évoluer avec son temps. Et cette édition 2022 a marqué une différence de taille: contrairement aux années précédentes, les reines de beauté ont eu le «privilège» d'avoir droit à un contrat de travail, selon une information exclusive du Parisien. Elles ont donc pu prétendre à un salaire.

L’article