DE | FR

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

De Simonetta Sommaruga à la Ville de Genève, plusieurs institutions et personnalités suisses ont affiché leur soutien au peuple ukrainien ces derniers jours.
01.03.2022, 22:5202.03.2022, 06:15

Le drapeau ukrainien flotte depuis mardi sur le Palais Eynard, la mairie de la Ville de Genève, en solidarité avec le peuple ukrainien.

Image: Facebook

L'exécutif genevois, qui se dit «consterné par l'agression russe et extrêmement inquiet du sort des populations civiles», est en bonne compagnie. Plusieurs institutions et personnalités suisses affichent leur soutien à Kiev de cette manière.

Dans les derniers jours, les villes de Lausanne, Bâle et Berne ont également hissé le drapeau ukrainien sur des bâtiments officiels.

Dans la capitale vaudoise.
Dans la capitale vaudoise.Image: sda
A Berne.
A Berne.image: twitter
A Bâle.
A Bâle.

Des bâtiments non officiels ont également arboré le drapeau ukrainien, comme par exemple l'Opéra de Zurich:

Image: Twitter

Ou la cheminée de l'usine de Pierre-de-Plan, à Lausanne.

Image: Twitter

Last but not least, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s'est également parée des couleurs ukrainiennes, comme le montre un cliché qu'elle a partagé sur son Instagram, où on la voit à côté de l'ambassadeur ukrainien Artem Rybchenko:

Image: Instagram

(asi)

Pourquoi faudrait-il dire «Kyiv» au lieu de «Kiev»?

Plus d'articles sur la guerre en Ukraine

La Bourse de Moscou n'a pas résisté aux sanctions économiques occidentales

Link zum Artikel

Russie-Ukraine: Twitter relâche la pression avec des blagues (si, si)

Link zum Artikel

Les avoirs financiers de Poutine suscitent les thèses les plus folles

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?
Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

L’article