DE | FR

Les fausses infos anti-vaccins sur Facebook, c'est fini

Facebook lance un filet numérique plus large sur la désinformation anti-vaccins.
Facebook lance un filet numérique plus large sur la désinformation anti-vaccins.Image: AFP
Du moins, c'est ce que le réseau social a annoncé, lundi, en affirmant vouloir redoubler d’efforts en faveur de la vaccination contre le coronavirus.
10.02.2021, 17:1014.02.2021, 22:51

L'entreprise américaine veut en faire davantage pour «retirer les fausses affirmations circulant sur Facebook et Instagram à propos du Covid-19 et des vaccins en général pendant la pandémie», a-t-elle indiqué dans un communiqué ce lundi 8 février. Pour ce faire, le géant des réseaux sociaux renforcera les informations soutenant les campagnes nationales de vaccination tout en supprimant, désormais, l'entièreté des publications contenant de fausses allégations sur le sujet.

Suppressions de compte

Les messages affirmant que le Covid-19 a été fabriqué par des humains, que les vaccins ne sont pas efficaces, qu’il est moins dangereux d’attraper la maladie que de se faire vacciner ou encore que les vaccins sont toxiques ou causent l’autisme ne pourront bientôt plus circuler sur la plate-forme.

Concernant les administrateurs de groupes, Facebook affirme les avoir tous informés qu’ils devront, désormais, approuver les messages des membres faisant de la désinformation. Dans le cas où, malgré l'avertissement, les utilisateurs partagent ce genre de publication, leur profil sera supprimé. Si ces derniers agissent sur Instagram, qui rappelons-le est une propriété de Facebook, leur compte sera plus difficile à trouver, a ajouté le réseau social.

Déjà vu

La lutte contre la désinformation reste une problématique majeure chez Facebook. Les groupes qui y naissent sont réputés pour créer d'importantes chambres d'écho en matière de fake news, et encore plus en cette période de pandémie qui voit émerger une montée en puissance des communautés complotistes et anti-vaccins.

Mais ce n'est pas la première fois que le géant californien présente des politiques luttant contre ce phénomène. Le 16 avril 2020, Les Echos rapportait qu'il était d'ailleurs devenue le premier réseau social à se doter d'un mécanisme rétroactif envoyant des alertes aux utilisateurs qui participaient à de fausses informations sur le coronavirus. Mais deux semaines plus tard, une étude américaine révélait les nombreux dysfonctionnements du système de modération.

A ce jour, la désinformation concernant les vaccins ne désemplit pas sur Facebook, notamment car, comme l'explique le Huffington Post, «l'algorithme est conçu pour maximiser l'engagement des utilisateurs et, par extension, les revenus publicitaires». En clair: si un utilisateur suit ne serait-ce qu'un seul des comptes anti-vaccins disponibles ou ne réalise qu'une simple recherche dédiée, le réseau social lui en propose, par principe, toujours plus. (afp/mndl)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Poutine furax contre la Lituanie: pourquoi Kaliningrad est crucial pour lui
La ville et son territoire, séparés du reste du pays, ne peuvent plus être approvisionnés après les sanctions de la Lituanie. Vladimir Poutine promet au pays balte de sérieuses représailles. Logique: Kaliningrad est cruciale et ne peut être affaiblie. On rembobine son histoire.

Pour beaucoup, en Suisse, Kaliningrad reste associée à la victoire de la Nati contre la Serbie à la Coupe du monde 2018 et la polémique des aigles albanais. Quatre ans plus tard, la présence dans l'actu chaude de la ville-enclave russe ne dépend plus du tout d'un match de football, mais bien de la situation géopolitique très tendue dans la région.

L’article