DE | FR
En direct

Un conseiller de Zelensky évoque de possibles futures attaques en Crimée

La Russie a attaqué, jeudi 24 février, l'Ukraine. Suivez les derniers développements de la crise ukrainienne.
03.07.2022, 19:1117.08.2022, 05:20
Team watson
Team watson
Suivez-moi
  • Le 24 février, Vladimir Poutine a lancé les troupes russes contre l'Ukraine. Depuis, la guerre fait rage.
  • La Russie a bombardé plusieurs villes ukrainiennes et de violents combats ont lieu depuis, mais l'armée de Moscou peine à s'imposer.
  • L'Union européenne (UE), les Etats-Unis, la Suisse et d'autres pays ont décidé d'imposer des sanctions «sans précédent» contre la Russie.
Envoyez-nous votre contribution
avatar
7:38
Moscou espérait que Berne reste un «havre pour le business russe»
Moscou «n'avait rien anticipé» lorsque la Suisse a annoncé s'aligner sur les sanctions européennes en mars, selon l'ancien diplomate russe auprès de l'ONU à Genève, Boris Bondarev. Les Russes «espéraient qu'elle resterait un havre pour le business russe, qu'il soit légal ou non», a-t-il déclaré.

«C'était très naïf, mais cela s'est vraiment passé ainsi», a indiqué le diplomate dans une interview accordée au Temps mercredi. Le Russe a démissionné en mai en protestation contre la guerre menée par la Russie en Ukraine.

Boris Bondarev s'est également exprimé sur la stratégie russe dans cette guerre, qui consiste à attendre que la société occidentale se fatigue, selon lui. «Moscou va s'assurer que l'Europe gèle cet hiver. Jusqu'au point où les opinions publiques feront pression sur les politiques pour qu'ils exigent à leur tour que l'Ukraine négocie avec la Russie».
5:19
Un conseiller de Zelensky évoque de possibles futures attaques en Crimée
Dans un entretien au quotidien britannique The Guardian, Mykhailo Podoliak, conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky, déclare qu’il pourrait y avoir dans les «deux ou trois prochains mois», des attaques similaires à celle qui s’est produite mardi sur une base russe dans le nord de la Crimée.

Bien que l’Ukraine n’ait pas revendiqué la responsabilité de cette frappe sur un dépôt de munitions, décrite par Moscou comme un « acte de sabotage », le conseiller a qualifié l’incident de «rappel» que «la Crimée occupée par les Russes est sujette à des explosions d’entrepôts et à un risque élevé de mort pour les envahisseurs et les voleurs».
22:06
L’opérateur nucléaire ukrainien s'offusque d'une cyberattaque russe contre son site
L’opérateur public ukrainien des centrales nucléaires, Energoatom, a dénoncé mardi dans un communiqué une cyberattaque russe «sans précédent» contre son site, en précisant que son fonctionnement n’avait pas été perturbé.
Le groupe russe «Cyberarmée populaire» a utilisé 7,25 millions de robots internet qui ont, pendant trois heures, attaqué le site d’Energoatom, a assuré la société ukrainienne, selon qui cette tentative de piratage «n’a pas eu d’impact considérable sur le travail du site d’Energoatom».
17:25
Moscou accuse les Ukrainiens de «saboter» les lignes électriques russes
La Russie s'est plainte des perturbations dans l'une de ses centrales nucléaires dans la région frontalière de l'Ukraine et a blâmé les citoyens du pays voisin.

Au cours des deux dernières semaines, des «groupes de sabotage ukrainiens» ont fait exploser des engins explosifs sur un total de six pylônes électriques dans la région de Koursk , a annoncé mardi le service secret intérieur russe FSB, selon l'agence Interfax. Les accusations contre l'Ukraine, contre laquelle la Russie est en guerre depuis près de six mois, n'ont pas pu être vérifiées de manière indépendante. Selon le FSB, la centrale nucléaire de Koursk a entre-temps connu «une perturbation dans le processus d'exploitation technologique».
Les services secrets russes ont déclaré qu'ils recherchaient les responsables. De plus, selon les informations officielles, les centrales nucléaires russes doivent désormais être encore mieux protégées.
17:19
Explosion de munitions dans une base russe en Crimée
L'explosion des munitions qui s'est produite mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, était due à un «acte de sabotage», a indiqué l'armée russe dans un communiqué.

Le dépôt militaire situé près de Djankoï, dans le nord de la Crimée, "a été endommagé le 16 août dans la matinée à la suite d'un acte de sabotage, affirme le communiqué, cité par les agences de presse russes, sans toutefois en désigner les responsables.
11:29
Lindt & Sprüngli se retire du marché russe
Lindt & Sprüngli se retire du marché russe, après avoir annoncé début mars cesser ses activités sur place suite à l'invasion de l'Ukraine par les forces armées russes.
10:19
Débarquement russe écarté à Odessa
Selon des experts militaires britanniques, le danger que des troupes russes débarquent dans le port ukrainien d'Odessa depuis la mer a été largement écarté.

Cela vient de la mise à jour quotidienne des renseignements du ministère de la Défense à Londres, qui a été publiée mardi. «Cela signifie que l'Ukraine peut déplacer des ressources pour faire pression sur les forces terrestres russes ailleurs», ont conclu les Britanniques. Aucun port n'est requis pour un soi-disant débarquement amphibie de troupes et de matériel à l'aide de navires spéciaux.

Selon Londres, les navires russes ne sont que partiellement capables de soutenir efficacement les efforts d'invasion de Moscou en Ukraine. En conséquence, ils adoptent une «attitude extrêmement défensive». Hormis les sous-marins, ils sont toujours restés en vue des côtes de la péninsule de Crimée sous contrôle russe. Cela contraste avec l'activité accrue des navires russes dans d'autres mers à cette période de l'année, selon le communiqué.

Alors que les navires russes continuent de tirer des missiles à longue portée, la flotte a du mal à maintenir sa suprématie navale. Il a été affaibli principalement par la perte de son vaisseau amiral Moskva, d'un nombre important de ses avions et du contrôle de l'Ile aux Serpents.
8:59
Départ du premier navire de l'ONU chargé de céréales pour l'Afrique
Le premier navire humanitaire affrété par l'ONU pour transporter des céréales ukrainiennes a quitté mardi le port de Pivdenny, dans le sud de l'Ukraine, avec quelque 23 000 tonnes pour l'Afrique, a annoncé le ministère ukrainien de l'Infrastructure.

«Le navire Brave Commander avec du grain pour l'Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrées à l'arrivée aux consommateurs en Ethiopie», a indiqué le ministère sur Telegram.

Selon lui, «23 000 tonnes de blé se trouvent à bord de ce navire affrété par le Programme alimentaire mondial des Nations unies».

Présent au port de Pivdenny dimanche, le ministre ukrainien de l'Infrastructure Oleksandre Koubrakov avait dit espérer que «deux ou trois» navires supplémentaires affrétés par l'ONU pourraient en partir prochainement.
8:35
Crimée: incendie et explosion des munitions dans une base russe
Un incendie ayant provoqué une explosion des munitions s'est produit mardi matin dans une base militaire russe en Crimée, péninsule annexée par la Russie, a annoncé le ministère russe de la Défense.

Le feu s'est déclaré vers 03H15 GMT dans un dépôt de munitions temporaire d'une base russe dans le district de Djankoï (nord), a précisé le ministère dans un communiqué, cité par les agences de presse russes. Selon le gouverneur de la Crimée, Sergueï Aksionov, deux civils ont été blessés.

Cet incident intervient une semaine après une explosion des munitions destinées à l'aviation militaire dans un dépôt situé sur le territoire de l'aérodrome militaire de Saki, dans l'ouest de la Crimée.

Ces explosions avaient fait un mort et plusieurs blessés.
4:28
Cinq étrangers jugés comme «mercenaires» par les séparatistes
Les séparatistes soutenus par Moscou dans l'est de l'Ukraine ont commencé lundi à juger trois Britanniques, un Croate et un Suédois accusés d'avoir combattu avec l'armée ukrainienne. Cela pourrait leur valoir la peine de mort.

La «Cour suprême» de la région séparatiste de Donetsk a ouvert le procès de John Harding, Andrew Hill, Dylan Healy, originaires du Royaume-Uni, ainsi que du Croate Vjekoslav Prebeg et du Suédois Mathias Gustafsson, ont indiqué les médias russes.

Harding, Prebeg et Gustafsson, faits prisonniers dans la zone du port ukrainien de Marioupol, assiégé et bombardé pendant des semaines par l'armée russe, encourent la peine de mort, selon une juge citée par l'agence de presse TASS.

Selon l'agence Ria-Novosti, ces trois hommes qui risquent l'exécution sont poursuivis pour tentative de «prise de pouvoir par la force» et pour «participation à un conflit armé en tant que mercenaire». Le Britannique Andrew Hill est lui accusé uniquement de mercenariat, tandis que Dylan Healy est poursuivi pour «avoir participé au recrutement de mercenaires» en faveur de l'Ukraine, toujours selon l'agence Ria-Novosti.

Le tribunal a indiqué que le procès des cinq accusés ne reprendra que début octobre, sans donner d'explications sur les raisons de ce délai. Ils ont tous plaidé non coupable, selon les médias russes.
20:19
Le ministre russe de la Défense s'est entretenu avec Guterres
Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou et le chef de l'ONU Antonio Guterres ont évoqué lundi par téléphone la sécurité de la centrale nucléaire de Zaporijjia, sous contrôle de l'armée russe dans le sud de l'Ukraine, où elle est visée par des bombardements.

«Sergueï Choïgou a mené des négociations téléphoniques avec le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, concernant les conditions d'un fonctionnement sécurisé de la centrale nucléaire de Zaporijjia», a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

La centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe, avait été prise début mars par les troupes russes, au début de leur offensive à grande échelle en Ukraine, lancée le 24 février.

Depuis fin juillet, plusieurs frappes, dont les deux parties s'accusent mutuellement, ont visé le site, faisant craindre une catastrophe nucléaire et provoquant jeudi dernier une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU.

Kiev accuse Moscou d'utiliser la centrale comme base d'attaque et dépôt de matériel. Soutenue par ses alliés occidentaux, l'Ukraine appelle à la démilitarisation de la zone et au retrait des forces de Moscou.

Selon le ministère de la Défense russe, MM. Choïgou et Guterres ont également évoqué lundi les explosions ayant touché fin juillet la prison d'Olenivka, dans la région séparatiste de Donetsk (est de l'Ukraine), entraînant la mort de dizaines de prisonniers ukrainiens.

Kiev accuse Moscou d'avoir massacré ces détenus. Moscou dément et affirme au contraire que l'armée ukrainienne a bombardé le camp de prisonniers.
15:16
L'Ukraine frappe le QG des mercenaires russes Wagner dans l'est
L'artillerie ukrainienne a frappé un quartier général de l'obscur groupe paramilitaire russe Wagner composé de mercenaires dans l'est de l'Ukraine, selon CNN.

L'attaque à Popasna a été rapportée par Serhiy Hayday, gouverneur ukrainien de la région de Luhansk, et plusieurs journalistes de guerre pro-Kremlin.

Le nombre de victimes n'est pas clair et les détails restent sommaires. Des photos censées montrer les dégâts ont été publiées sur le service de messagerie Telegram.

Wagner a été lié à des crimes de guerre. Pour en savoir davantage. 👇
14:14
Les occupants russes proposent un cessez-le-feu à la centrale nucléaire de Zaporizhia
Après des bombardements répétés de la centrale nucléaire de Zaporizhia dans le sud de l'Ukraine, les occupants russes proposent un cessez-le-feu dans la zone contestée.

«La direction des Nations unies et le chef de la diplomatie de l'UE ne devraient pas parler de démilitarisation, mais d'introduire un cessez-le-feu», a déclaré lundi Vladimir Rogov, un représentant des autorités d'occupation russes, à l'agence de presse d'Etat russe Ria Novosti.
centrale nucléaire de Zaporijia
Bild: keystone
Pendant des jours, la Russie a blâmé la partie ukrainienne pour les attaques contre la centrale nucléaire de la ville d'Enerhodar, qui à son tour a blâmé les Russes. La semaine dernière, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a mis en garde contre une catastrophe nucléaire et a appelé à la démilitarisation de la zone.
14:00
Les Russes continuraient d'attaquer dans la région de Donetsk
Dans la région ukrainienne orientale de Donetsk, les troupes russes continuent d'attaquer les positions de l'armée ukrainienne. Les avancées russes autour des villes de Bakhmut et Soledar ont été repoussées, a indiqué lundi matin l'état-major ukrainien.

Les attaques au nord de la ville de Sloviansk et près de Wuhledar ont également été repoussées. Au nord de la ville de Donetsk, les attaques russes contre les villages de Pisky et Pervomaïské ont échoué.

Les Russes ont également tiré sur des positions de l'armée ukrainienne sur tout le front, a-t-il ajouté. De plus, l'armée de l'air russe avait effectué une bonne demi-douzaine de frappes aériennes. Les déclarations faites par les deux partie à propos de la guerre qui dure depuis près de six mois ne peuvent souvent pas être vérifiées de manière indépendante.
FILE - Russian mine clearing experts work to find and defuse mines along the high voltage line in Mariupol, on the territory which is under the Government of the Donetsk People's Republic control, eastern Ukraine, Wednesday, July 13, 2022. Despite getting bogged down in Ukraine, the Kremlin has resisted announcing a full-blown mobilization, a move that could prove to be very unpopular for President Vladimir Putin. That has led instead to a covert recruitment effort that includes trying to get prisoners to make up for the manpower shortage. This photo was taken during a trip organized by the Russian Ministry of Defense. (AP Photo, File)
Bild: sda
13:57
Les plans de Moscou pour l'annexion de Donetsk seraient bien avancés
Selon des experts britanniques du renseignement, les plans de la Russie pour un référendum dans la région ukrainienne de Donetsk sur l'adhésion à la Fédération de Russie sont bien avancés.

On ne sait pas encore si une décision finale a déjà été prise à Moscou pour organiser un tel référendum, selon la mise à jour quotidienne des renseignements du ministère britannique de la Défense sur la guerre en Ukraine lundi.

Le fait que la région ne soit toujours pas entièrement sous contrôle russe est probablement considéré par le Kremlin comme un revers pour ses «objectifs maximistes en Ukraine», poursuivent les experts.

Depuis le début de la guerre d'agression russe contre l'Ukraine, fin février, le gouvernement britannique publie régulièrement des informations de renseignement sur ses progrès. Moscou accuse Londres d'une campagne de désinformation ciblée.
5:22
La Slovaquie dément avoir livré des Mig-29 à l’Ukraine
Le ministre de la défense de la Slovaquie, Jaroslav Nad, a démenti une rumeur selon laquelle Bratislava aurait livré sa flotte de chasseurs Mig-29 à l’Ukraine, selon Le Monde. «Nos Mig-29 ne sont pas en Ukraine. Ceci est une fausse information», a-t-il affirmé, précisant que les avions resteraient en Slovaquie jusqu’à la fin du mois d’août, date à laquelle ils doivent cesser de voler, avant d’être remplacés par des avions F-16 de fabrication américaine.

Cette semaine, Jaroslav Nad avait confirmé la livraison à Kiev de quatre canons automoteurs Zuzana envoyés par la Slovaquie.

Par le passé, comme le rappelle le site spécialisé Opex360, le gouvernement slovaque n’a pas exclu que sa flotte de Mig-29 vieillissante puisse être transférée à l’Ukraine, évoquant toutefois des discussions et d’éventuelles compensations financières. «Nous négocions avec nos alliés et partenaires pour déterminer ce que nous ferons de nos avions. Aucune décision n’a encore été prise», signale-t-il dimanche.

Depuis le début de l’invasion russe, Kiev a multiplié les appels auprès de ses alliés en vue de renforcer sa flotte et de sécuriser son espace aérien. Jusqu’ici, l’Ukraine a reçu des pièces détachées pour ses propres Mig-29 mais jamais d’appareils entiers.
15:50
Un 1er navire de l'ONU prêt à partir d'Ukraine avec des céréales
Le premier navire humanitaire affrété par les Nations unies pour transporter des céréales ukrainiennes a été chargé dimanche de 23'000 tonnes de blé. Il est prêt à prendre la mer, a annoncé le ministre ukrainien de l'Infrastructure.

Présent au port de Pivdenny, dans la ville de Youjné, pour assister au chargement du MV Brave Commander, le ministre Oleksandre Koubrakov a indiqué que «le navire se dirigera vers l'Afrique, l'Éthiopie étant le dernier pays où la cargaison de 23'000 tonnes de blé sera livrée».
L'Ukraine est prête à exporter des céréales ukrainiennes, a déclaré fin juillet le président Zelensky. Mais cela prend beaucoup trop de temps pour certains agriculteurs.
Bild: sda
«J'espère que d'autres navires affrétés pour le Programme alimentaire mondial (PAM) viendront dans nos ports. J'espère qu'il y aura bientôt 2-3 navires supplémentaires», a-t-il poursuivi.

Sur Twitter, il a plus tard ajouté que le chargement était complet et le bateau prêt à partir, sans donner de date.
16:21
Ukraine et Russie s'accusent de tirs sur la centrale de Zaporijjia
Kiev et Moscou ont de nouveau échangé samedi des accusations de tirs sur la centrale nucléaire de Zaporijjia, la plus grande d'Europe. Occupée par la Russie, elle a été visée à plusieurs reprises depuis une semaine.

«Limitez votre présence dans les rues d'Energodar! Nous avons reçu des informations sur de nouvelles provocations de la part des occupants» russes, a indiqué sur Telegram l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom, republiant le message d'un dirigeant local d'Energodar - ville dans laquelle se trouve la centrale - resté loyal à Kiev. «Selon les témoignages des habitants, des bombardements sont à nouveau en cours en direction de la centrale nucléaire de Zaporijjia (...) L'intervalle entre le départ et l'arrivée des tirs est de 3-5 secondes», ajoute le message.

De leur côté, les autorités d'occupation installées par la Russie dans les zones qu'elle occupe dans la région de Zaporijjia ont sans surprise accusé les forces ukrainiennes d'être à l'origine de ces tirs.

«Energodar et la centrale nucléaire de Zaporijjia sont à nouveau sous le feu des militants (du président ukrainien Volodymyr) Zelensky», a déclaré sur Telegram un membre de l'administration militaire et civile prorusse, Vladimir Rogov. Les projectiles sont tombés «dans des zones situées sur les berges du Dniepr et dans la centrale», a-t-il affirmé, sans faire état de victime ni de dégâts.
8:31
S&P et Fitch placent l'Ukraine à un cran du défaut de paiement
Les agences de notation S&P et Fitch ont dégradé vendredi l'Ukraine, désormais à un cran seulement du défaut de paiement. Elles justifient leur décision par l'annonce d'un moratoire sur la dette extérieure de l'Ukraine obtenue mercredi auprès de ses créanciers internationaux.

S&P a ainsi dégradé les notes de la dette à long et court terme en devises étrangères. «Compte tenu des termes et conditions annoncés de la restructuration et conformément à nos critères, nous considérons cette transaction comme [...] équivalant à un défaut», indique S&P dans un communiqué. Fitch a de son côté dégradé la dette à long terme. Aucune des deux agences n'a toutefois accompagné cette note, compte tenu de son caractère, d'une perspective indiquant si elle envisage de relever ou abaisser, ou de la maintenir.

L'Ukraine a obtenu de la part de ses créanciers internationaux un moratoire de deux ans sur sa dette extérieure, évaluée à 20 milliards de dollars.

L'économie ukrainienne s'est effondrée depuis le début de la guerre lancée le 24 février par la Russie et pourrait voir son PIB plonger de 45% cette année, selon les dernières estimations de la Banque mondiale de juin. Les mesures de report du paiement des échéances de l'Ukraine sur ses obligations pourraient lui permettre d'économiser au moins 3 milliards de dollars sur deux ans, d'après les calculs de l'agence Bloomberg.
8:27
Les livraisons de pétrole russe à la République tchèque ont repris
Les livraisons de pétrole russe à la République tchèque ont repris après une suspension de huit jours liée aux sanctions visant Moscou et portant sur les droits de transit par l'Ukraine, a annoncé vendredi l'opérateur tchèque Mero.

L'entreprise russe responsable du transport des hydrocarbures Transneft avait annoncé l'interruption des livraisons de pétrole à la Hongrie, à la République tchèque et à la Slovaquie, à compter du 4 août. Selon Transneft, les sanctions imposées à la Russie à la suite de l'invasion de l'Ukraine l'ont empêchée de régler les frais de transit à Kiev, qui a donc interrompu le transport de pétrole.

La Russie continue de fournir du pétrole à ces trois pays européens enclavés qui jouissent d'une dérogation aux sanctions de l'Union européenne.

Le ministre tchèque de l'Industrie, Jozef Sikela, a déclaré vendredi sur Twitter que la République tchèque, qui négociait seule, avait «trouvé un moyen de débloquer le paiement des frais de transit pour les livraisons de pétrole». «Les approvisionnements ont repris à 20h00», a dit à l'AFP Barbora Putzova, la porte-parole de Mero.

L'approvisionnement de la Slovaquie a repris mercredi et celui de la Hongrie devrait reprendre «dans quelques jours», a assuré mercredi le groupe pétrolier hongrois MOL. Les livraisons de pétrole à la Pologne et à l'Allemagne via le Bélarus par une autre branche de l'oléoduc de Droujba n'ont pas été perturbées.
8:23
Le Pentagone «ignore» l'origine des explosions sur une base russe
Le Pentagone a assuré vendredi ne pas avoir d'informations sur la cause des récentes explosions sur une base militaire russe en Crimée. Il a souligné que les Etats-Unis n'avaient livré à Kiev aucune arme permettant de mener une telle frappe.

L'aéroport militaire russe de Saki, en Crimée annexée en 2014 par la Russie, a été fortement endommagé mardi par une série d'explosions présentées comme accidentelles par Moscou mais que les experts attribuent à une attaque des forces ukrainiennes. Kiev n'a pas revendiqué cette attaque et les multiples explosions, filmées par des témoins qui ont ensuite posté des vidéos sur les réseaux sociaux, restent inexpliquées.
«Nous n'avons rien qui indique s'il y a eu un lancement de missile ou non, je ne peux pas dire s'il y a eu du sabotage ou non», a déclaré à la presse un haut responsable militaire américain. «Je l'ignore. Ce que je peux vous dire, c'est que ce n'était pas une frappe d'ATACMS, parce que nous ne leur avons pas donné d'ATACMS», a ajouté ce haut gradé ayant requis l'anonymat, en référence à des missiles balistiques tactiques d'une portée de 300 km, que Kiev tente de convaincre Washington de lui fournir.

Compatibles avec les systèmes d'artillerie de précision Himars dont disposent déjà les forces ukrainiennes, ces missiles permettraient à Kiev de frapper des cibles en profondeur en territoire contrôlé par Moscou, ce que les Etats-unis cherchent à éviter de crainte d'une extension du conflit à des pays de l'Otan. «Nous ne leur avons rien fourni qui leur permette ou qui les aide à frapper la Crimée», a noté le haut responsable militaire.

Il a cependant souligné que les Etats-Unis ne contrôlaient par l'armée ukrainienne. «Ce que nous voulons que les Ukrainiens fassent, c'est qu'ils se battent contre les Russes comme ils le veulent», a-t-il dit. «Nous leur avons dit dans le passé que nous leur donnions des munitions pour combattre les Russes en Ukraine», a-t-il ajouté. «A part ça, c'est une guerre ukrainienne. C'est eux qui choisissent les cibles».
Les services de renseignement militaire britanniques ont estimé vendredi qu'au moins cinq chasseurs-bombardiers russes Su-24 et trois appareils multirôles SU-30 avaient été détruits ou fortement endommagés, mais que la piste d'atterrissage restait «probablement» utilisable.

«Saki était principalement une base destinée aux appareils de la flotte russe de la mer Noire», a tweeté le renseignement militaire. «Les capacités aéronavales de la flotte sont maintenant fortement diminuées».
21:02
Deux morts dans une frappe russe sur Kramatorsk, dans l'Est
Au moins deux personnes ont été tuées et 13 autres blessées vendredi dans un bombardement russe sur Kramatorsk, la dernière grande ville encore sous contrôle ukrainien dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur.

«Une nouvelle attaque sur Kramatorsk - selon de premières informations, nous avons deux civils morts et 13 blessés avec certitude. Les bombardements ont endommagé au moins 20 bâtiments et un incendie s'est déclaré», a dit sur Facebook Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk, appelant une nouvelle fois la population locale à évacuer.
An elderly worker arrives with a broom at a crater caused by a rocket strike on a house in Kramatorsk, Donetsk region, eastern Ukraine, Friday, Aug. 12, 2022. There were no injuries reported in the strike. (AP Photo/David Goldman)
Bild: sda
16:04
UE: interdiction de visas pour tous les Russes discutée fin août
Une interdiction de visa pour tous les Russes afin de sanctionner Moscou pour la guerre en Ukraine va être discutée fin août par l'Union européenne. C'est ce qu'a affirmé vendredi le chef de la diplomatie tchèque Jan Lipavsky, dont le pays préside le Conseil de l'UE.

La mesure, réclamée par les autorités ukrainiennes, divise l'UE. Les sanctions européennes doivent être adoptées à l'unanimité des Vingt-Sept.

«L'interdiction totale des visas russes par tous les Etats membres de l'UE pourrait être une autre sanction très efficace contre la Russie», a plaidé M. Lipavsky. Le ministre va sonder ses homologues lors d'une réunion informelle fin août à Prague.

«En cette période d'agression russe, que le Kremlin ne cesse d'intensifier, il ne peut être question de tourisme comme à l'ordinaire pour les citoyens russes», a-t-il soutenu.

Le ministre tchèque doit toutefois convaincre le chef de la diplomatie européenne, l'Espagnol Josep Borrell, qui préside les conseils des ministres des Affaires étrangères et de la Défense. Les propositions de sanctions sont une de ses prérogatives.
16:02
Un premier navire de l'ONU doit accoster vendredi en Ukraine
Un premier navire affrété par les Nations unies pour transporter des céréales ukrainiennes destinées à soutenir ses opérations d'aide humanitaire dans le monde doit accoster vendredi en Ukraine, a indiqué le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le MV Brave Commander, qui a quitté Istanbul mercredi, doit arriver à Youjne, à l'est d'Odessa, sur les bords de la mer Noire, pour y récupérer ensuite les céréales achetées par le PAM.

«Il s'agit de la première livraison d'aide alimentaire humanitaire dans le cadre de l'Initiative céréalière de la mer Noire», a déclaré un porte-parole du PAM, Tomson Phiri, lors d'un point de presse régulier à Genève.

Le 22 juillet, l'Ukraine et la Russie ont signé à Istanbul, via une médiation de la Turquie et sous l'égide de l'ONU, des accords pour quatre mois sur l'exportation des céréales ukrainiennes en mer Noire, bloquées à cause du conflit armé entre les deux pays. Conformément à ces accords, un Centre de coordination conjointe (CCC), chargé du contrôle des exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire, a été mis en place à Istanbul.
11:55
Moscou veut soutenir la zone démilitarisée autour de la centrale nucléaire de Zaporizhia
Face aux tirs continus sur la centrale nucléaire de Zaporizhia, dans le sud de l'Ukraine, Moscou a laissé entendre qu'elle accepterait d'y retirer ses militaires.

«C'est une demande raisonnable avec la démilitarisation de la centrale nucléaire de Zaporizhia, je pense que nous allons la soutenir», a déclaré vendredi le vice-président de la commission des affaires étrangères du parlement russe, Vladimir Dzhabarov, cité par l'agence Interfax. Moscou veut toutefois conserver le contrôle de la centrale nucléaire.

La situation autour de la centrale électrique, occupée depuis mars par les troupes russes, s'aggrave dangereusement depuis quelque temps. Dans un premier temps, les politiques ukrainiens et occidentaux avaient accusé Moscou d'utiliser la centrale comme bouclier pour sa propre artillerie.
11:46
L'ex-chancelier Schröder, lié à Poutine, poursuit le Bundestag
L'ex-chancelier allemand Gerhard Schröder, devenu figure encombrante en raison de ses liens avec Vladimir Poutine, a lancé des poursuites judiciaires contre la Chambre des députés de son pays. Il lui reproche de l'avoir privé d'une partie de ses avantages, a annoncé vendredi son avocat à l'AFP.

En mai dernier, le Bundestag, la chambre basse du Parlement, avait décidé de priver l'ancien chef de gouvernement social-démocrate (1999-2005) de certains de ses avantages d'ex-chancelier, dont des bureaux alloués par l'Etat fédéral.
Gerhard Schröder
Bild: keystone
Les députés assuraient alors «tirer les conséquences de son comportement (...) face à l'invasion russe en Ukraine», selon la commission budgétaire du Bundestag.

Mais son avocat, intervenant vendredi matin sur la radio publique régionale NDR, a jugé que cette décision était «illégale», Schröder n'ayant «appris tout ça que par les médias».

Il n'a pas non plus eu l'occasion de s'exprimer devant la commission parlementaire chargée de statuer sur ces avantages, selon Michael Nagel.

Le Bundestag, quant à lui, n'a pas souhaité s'exprimer à ce stade sur cette plainte.
11:44
Centrale nucléaire de Zaporizhia: «l'heure est grave»
«L'heure est grave», a lancé jeudi le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après que la centrale nucléaire de Zaporizhia a à nouveau été bombardée. Il a réclamé l'accès au site.

«L'AIEA doit être autorisée à mener sa mission à Zaporizhia aussi vite que possible», a déclaré Rafael Grossi, intervenant en vidéo lors de cette réunion d'urgence du Conseil de sécurité. «Le temps presse».

L'AIEA tente depuis des semaines d'envoyer une mission pour inspecter la centrale, mission que Kiev et Moscou s'accusent mutuellement de freiner. Le site de la centrale de Zaporizhia, la plus grande d'Europe, sous contrôle russe depuis le début mars, a de nouveau été bombardé jeudi, Kiev et Moscou s'accusant une nouvelle fois d'en être responsables.
3:51
L'ex-président russe Medvedev chez les séparatistes ukrainiens
L'ex-président russe Dmitri Medvedev a effectué jeudi avec plusieurs autres hauts responsables russes un déplacement dans une région séparatiste prorusse de l'est de l'Ukraine. Il a appelé à resserrer encore les liens avec Moscou.

Il s'agit de l'une des plus importantes délégations russes à se rendre dans l'Est ukrainien depuis le début de l'attaque de Moscou, le 24 février.

Dans un communiqué paru sur Telegram, Medvedev a dit avoir «eu des entretiens au sujet des mesures à prendre en priorité pour assurer la sécurité des républiques du Donbass, sur instructions du président» russe Vladimir Poutine.

«Une attention particulière a été accordée à l'harmonisation des législations» des régions séparatistes avec celle de la Russie, ainsi qu'à la réparation des infrastructures et à la préparation des écoles pour la rentrée, a-t-il ajouté.

Outre Dmitri Medvedev, étaient notamment présents le chef-adjoint de l'administration présidentielle russe, Sergueï Kirienko, le ministre de l'intérieur, Vladimir Kolokoltsev, et le chef des services de sécurité (FSB), Alexandre Bortnikov.
19:41
Crimée: des images US montrent des avions russes détruits
Une entreprise américaine a diffusé des images satellitaires de la base russe de Saki, dans l'ouest de la Crimée occupée par Moscou. Plusieurs fortes explosions d'origine indéterminée s'y sont produites mardi, faisant un mort et quatorze blessés, selon un bilan de source russe.

Ces images semblent montrer la destruction de plusieurs avions de combat russes, alors que Moscou minimise les dégâts subis par cet aérodrome situé à plus de 225 kilomètres des lignes de front où s'affrontent les forces russes et ukrainiennes.

Au moins huit avions russes et plusieurs bâtiments ont été détruits, a indiqué l'Institute for the Study of War (ISW, Institut d'études sur la guerre) américain.

Contrairement au récit de Moscou, ces images semblent montrer la destruction de plusieurs avions de combat russes à la base de la péninsule, qui a été annexée par la Russie en 2014, selon des rapports américains. Le porte-parole du commandement de l'armée de l'air ukrainienne, Yuriy Ihnat, a pour sa part fait état d'au moins dix avions détruits.

«Que le début»
L'armée russe a pour sa part affirmé dans un communiqué que «plusieurs munitions destinées à l'aviation ont explosé dans un dépôt situé sur le territoire de l'aérodrome militaire de Saki, près de la localité de Novofiodorovka».

Le dépôt en question n'a été la cible d'aucun tir ni bombardement, a-t-elle ajouté, sans toutefois préciser l'origine de ces explosions. Moscou a ensuite invoqué une violation des règles de sécurité.

Tant le New York Times que l'ISW ont mentionné jeudi au moins huit avions brûlés. Des photos satellites fournies par la société américaine Planet Labs montrent la dévastation après les explosions de mardi.

Les autorités de Kiev n'ont pas revendiqué la responsabilité de ces explosions. Mais un conseiller de la présidence, Mikhaïlo Podoliak, avait affirmé sur Twitter mardi qu'elles n'étaient «que le début». (ats/blg/dpa/efe/afp)
19:21
1,5 milliard d'euros supplémentaires promis pour l'Ukraine
1,5 milliard d'euros pour l'équipement et la formation des troupes ukrainiennes ont été collectés lors d'une conférence internationale rassemblant 26 pays à Copenhague, a annoncé jeudi le ministre danois de la Défense.

«Toutes les nations participantes ont promis du soutien, des activités de formation, de déminage, certaines des donations concrètes», a dit Morten Bødskov lors d'une conférence de presse.

«Ce milliard cinq est mis sur la table aujourd'hui et c'est de l'argent qui va être utilisé en 2022 et l'année prochaine», a-t-il expliqué.

Les montants exacts des donations de tous les pays, parmi lesquels la France, l'Allemagne et les Etats-Unis, n'ont pas été rendus public, mais le Danemark a annoncé une enveloppe supplémentaire de 114 millions de dollars portant à près de 417 millions son effort depuis le début de l'invasion russe.

La Grande-Bretagne, qui coorganisait la rencontre avec son allié scandinave et l'Ukraine, a promis 300 millions d'euros. (ats/afp)
17:19
Scholz pour un gazoduc entre péninsule ibérique et Europe centrale
Le chancelier Olaf Scholz a plaidé jeudi pour un gazoduc entre le Portugal et l'Europe centrale passant par la France. Un tel ouvrage manque, selon lui, dans le contexte de la crise énergétique consécutive à la guerre en Ukraine.

«Je me suis beaucoup intéressé à un pipeline qui nous manque hélas aujourd'hui dramatiquement, à savoir celui qu'on aurait dû construire entre le Portugal, l'Espagne via la France jusqu'à l'Europe centrale», a déclaré le chef de l'exécutif allemand lors de sa conférence de presse estivale à Berlin.

Ce gazoduc «contribuerait aujourd'hui massivement à soulager et détendre la situation de l'approvisionnement», a-t-il ajouté. «J'ai proposé qu'on s'attaque à un tel projet à mes homologues espagnol et portugais, mais aussi lors de conversations avec le président français» Emmanuel Macron, et «la présidente de la Commission européenne» Ursula van der Leyen, a ajouté le chancelier, qui dirige la première économie européenne depuis décembre. (ats/afp)
epa10115381 German Chancellor Olaf Scholz gestures during the beginning of a press conference at the Federal Press Conference (Bundespressekonferenz) in Berlin, Germany, 11 August 2022. The traditional media briefing, about current topics in domestic and foreign policy, usually takes place during summer time.  EPA/CLEMENS BILAN
Bild: sda
17:13
McDonald's veut rouvrir certaines succursales en Ukraine
Malgré la guerre d'agression russe en cours, la chaîne de restauration rapide américaine McDonald's veut rouvrir certains de ses restaurants en Ukraine. Cependant, McDonald's n'a pas donné de date d'ouverture exacte. «Après de longues délibérations et discussions, nous avons un plan progressif pour reprendre le travail de certains restaurants à Kiev et dans l'ouest de l'Ukraine», a indiqué la société dans un communiqué publié jeudi sur Facebook. Dans les mois à venir, des travaux seront menés pour rétablir les chaînes d'approvisionnement et préparer les restaurants qui étaient fermés au début de la guerre le 24 février.

Les dirigeants politiques de Kiev ont réagi rapidement à la nouvelle. Le chef du bureau présidentiel, Andriy Yermak, a posté des frites et des emojis hamburger sur Twitter – ainsi qu'un drapeau ukrainien. Le ministre des Affaires étrangères Dmytro Kuleba a qualifié le plan de réouverture de «décision politique». (awp/ats)
McDonald's à Kiev (Ukraine)
Bild: Keystone
17:06
La journaliste opposée à la guerre en Ukraine assignée à résidence
La journaliste russe Marina Ovsiannikova, célèbre pour avoir critiqué l'offensive en Ukraine en direct à la télévision, a été assignée à résidence jeudi dans le cadre d'une affaire pénale. Celle-ci pourrait l'envoyer en prison, a annoncé un tribunal de Moscou.

«La cour du district de Basmanny a accédé à la requête des enquêteurs de prendre une mesure de restriction sous la forme d'une assignation à résidence (...) jusqu'au 9 octobre», a indiqué le tribunal dans un communiqué.

L'opposante est accusée d'avoir «discrédité» l'armée lors d'une action de protestation en solitaire mi-juillet, lorsqu'elle avait, près du Kremlin, brandi une pancarte accusant les forces russes de commettre des exactions en Ukraine.

Jusqu'à 10 ans de prison

Aux termes d'un nouvel article du code pénal adopté après le lancement du conflit pour dissuader les critiques, elle risque jusqu'à 10 ans de prison.

Lors de l'audience jeudi, Marina Ovsiannikova a brandi une pancarte sur laquelle on pouvait lire: «Puissent les enfants morts (lors du conflit en Ukraine) vous hanter dans vos rêves».

La journaliste âgée de 44 ans avait été interpellée mercredi à son domicile. Depuis fin juillet, Mme Ovsiannikova a déjà été condamnée à deux reprises à des amendes pour avoir «discrédité» l'armée russe, notamment sur la base de messages critiquant l'offensive en Ukraine publiés sur les réseaux sociaux. (ats/afp)
Bild: sda
16:42
La centrale de Zaporijjia à nouveau bombardée
De nouvelles frappes d'artillerie ont visé jeudi le périmètre de la centrale nucléaire de Zaporijia, la plus grande d'Ukraine et d'Europe, a affirmé un responsable de l'occupation prorusse. Les deux camps se rejettent la responsabilité des tirs.

«Les militants (du président ukrainien Volodymyr Zelensky) ont à nouveau tiré sur la centrale nucléaire de Zaporijia», a déclaré sur Telegram Vladimir Rogov, membre de l'administration d'occupation installée par les Russes dans cette région du sud de l'Ukraine.

De son côté, l'opérateur ukrainien de la centrale évoque cinq frappes d'origine russe à proximité d'un dépôt de substances radioactives.

Cette centrale a déjà été visée par deux bombardements la semaine dernière, suscitant l'inquiétude de la communauté internationale envers une possible catastrophe nucléaire.

Le secrétaire général de l'ONU a justement mis en garde jeudi contre un tel risque, quelques heures avant une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur ce site nucléaire. (ats/afp)

Zaporijia à nouveau bombarbée
Bild: Capture d'écran Twitter
16:23
La Suisse comme représentante de l'Ukraine? Moscou dit non
La Russie refuse que la Suisse représente diplomatiquement l'Ukraine à Moscou, a annoncé le Kremlin jeudi. La demande avait été faite mercredi depuis Kiev. «Malheureusement, la Suisse a perdu son statut d'Etat neutre et ne peut agir ni comme médiateur ni comme représentant des intérêts» de Kiev, a déclaré jeudi à la presse Ivan Netchaïev, un porte-parole de la diplomatie russe.
16:22
La barre des 60 000 statuts S accordés en Suisse a été franchie
La barre des 60 000 statuts de protections S accordés à des réfugiés en provenance d'Ukraine a été franchie en Suisse. Jusqu'à jeudi, la Confédération en a octroyé exactement 60 056, un nombre en hausse de 122 par rapport à la veille.

Les demandes de statut S s'élèvent pour leur part à 62 142, en hausse de 116 par rapport à la veille, indique jeudi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM) sur Twitter.
Ce statut de protection spécial a été activé pour la première fois depuis sa création à la suite des guerres de Yougoslavie dans les années 1990. Visant à apporter la protection nécessaire aux personnes fuyant la guerre, il a aussi pour but de décharger le système normal de l'asile, en permettant aux demandeurs d'obtenir un permis «S» rapidement et sans devoir passer par une procédure d'asile classique.
5:15
Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunit jeudi concernant Zaporijjia
Le Conseil de sécurité de l'ONU tiendra jeudi une réunion d'urgence pour débattre de la situation à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques. Kiev et Moscou s'accusent mutuellement d'avoir bombardé le site.

Une source au sein de la présidence chinoise du Conseil de sécurité, dirigé en août par Pékin, a précisé que la réunion aurait lieu à 15h00 à New York (21h00 en Suisse).

Une seconde source diplomatique au siège de l'ONU à New York a ajouté que les 15 pays membres du Conseil se retrouveraient jeudi après-midi, à la demande de la Russie, qui y dispose d'un droit de veto, comme les quatre autres membres permanents (Etats-Unis, Chine, France, Royaume-Uni).
15:50
La journaliste russe opposée à la guerre en Ukraine de nouveau arrêtée
La journaliste russe Marina Ovsiannikova, devenue célèbre après avoir interrompu le journal d'une chaîne d'Etat russe avec une affiche contre l'offensive en Ukraine, a été arrêtée mercredi. Cela pour avoir "discrédité" l'armée, a indiqué son avocat.
Les enquêteurs doivent décider maintenant si Marina Ovsiannikova, mère de deux enfants mineurs, sera placée en détention provisoire ou restera en liberté dans l'attente de son procès, selon la même source.

La journaliste est devenue célèbre mi-mars après avoir surgi, en plein journal, sur le plateau d'une chaîne de télévision pro-Kremlin pour laquelle elle travaillait. Lors de son intervention, elle portait une pancarte dénonçant l'offensive en Ukraine et la "propagande" des médias contrôlés par le pouvoir.
11:06
13 civils tués près de la centrale nucléaire de Zaporijjia
Treize civils ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi par des bombardements russes dans le centre-est de l'Ukraine, qui ont visé une localité située près de la centrale nucléaire de Zaporijjia.
FILE - In this handout photo taken from video and released by Russian Defense Ministry Press Service on Aug. 7, 2022, a general view of the Zaporizhzhia Nuclear Power Station in territory under Russian military control, southeastern Ukraine. The Zaporizhzhia plant is in southern Ukraine, near the town of Enerhodar on the banks of the Dnieper River. It is one of the 10 biggest nuclear plants in the world. Russia and Ukraine have accused each other of shelling Europe's largest nuclear power plant, stoking international fears of a catastrophe on the continent.  (Russian Defense Ministry Press Service via AP, File)
Bild: sda
L'attaque au lance-roquettes multiples Grad a principalement visé la ville industrielle de Marganets, située dans la région de Dnipropetrovsk mais faisant face, sur l'autre rive du fleuve Dnipro, à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijiia, cible de frappes la semaine dernière dont l'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement.

Le village de Vychtchetarassivka, où une femme a été tuée et un couple blessé, a également été touché.

Deux personnes ont succombé à leurs blessures dans les hôpitaux de Marganets, s'ajoutant au bilan de 11 morts annoncé tôt le matin sur Telegram par le gouverneur de la région de Dnipropetrovsk Valentin Reznitchenko.
8:30
13 civils tués dans des bombardements russes à Dnipropetrovsk
Treize civils ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi dans des bombardements russes dans la région de Dnipropetrovsk, dans le centre-est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur Valentin Reznitchenko.

Deux blessés ont succombé à leur blessures, s'ajoutant au bilan de onze morts annoncé par le gouverneur quelques minutes plus tôt sur Telegram.
5:58
Les Russes sont encore accusés de raccorder la centrale de Zaporijjia à la Crimée
Les forces russes qui occupent la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia préparent son raccordement à la Crimée, presqu'île annexée par Moscou en 2014, a alerté mardi l'opérateur ukrainien. Il les accuse d'endommager la centrale en réorientant la production.

«Pour ce faire, il faut d'abord endommager les lignes électriques de la centrale reliées au système énergétique ukrainien. Du 7 au 9 août, les Russes ont déjà endommagé trois lignes électriques. En ce moment, la centrale fonctionne avec une seule ligne de production, ce qui est un mode de travail extrêmement dangereux», a indiqué le président d'Energoatom, Petro Kotin, à la télévision ukrainienne.

«Lorsque la dernière ligne de production sera débranchée, la centrale sera alimentée par des groupes électrogènes fonctionnant au diesel. Tout dépendra alors de leur fiabilité et des stocks de carburant», a-t-il prévenu.

Les civils évacués de Marioupol

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Elon Musk annonce racheter Manchester United sur Twitter...puis dément
Le milliardaire a récemment vendu pour près de 7 milliards de dollars d'actions de son groupe automobile Tesla, alors qu'il est en pleine bataille judiciaire autour de son projet de rachat avorté du réseau social Twitter.

Le milliardaire Elon Musk, patron de Tesla et de SpaceX, a affirmé dans un tweet mardi soir qu'il achetait le club anglais de football de Manchester United:

L’article