International
ukraine

L'Ukraine traque désormais les mercenaires de Wagner au Soudan

Ukraine Elitesoldaten jagen angeblich Wagner-Söldner in Afrika.
Le Kyiv Post dispose d'une vidéo dans laquelle des unités spéciales ukrainiennes interrogeraient des soldats de Wagner au Soudan. watson ne montre pas d'images des prisonniers.Image: Screenshot: YouTube

L'Ukraine traque les mercenaires de Wagner à 4000 kilomètres de Kiev

Malgré la disparition de Prigojine, les mercenaires de son groupe sont toujours actifs à travers le monde. L'Ukraine les pourchasse.
10.02.2024, 07:0010.02.2024, 09:08
Anne-Kathrin Hamilton / watson.de
Plus de «International»

Depuis la mort de leur chef, Evgueni Prigojine, le sort des mercenaires de Wagner est incertain. L'Ukraine s'est donné pour mission de les traquer à travers le monde.

Le Kyiv Post a désormais publié une vidéo qui montrerait l'arrestation de plusieurs soldats de Wagner au Soudan. Les images ne peuvent pas être vérifiées de manière indépendante. Leur source serait les «forces spéciales» ukrainiennes, c'est-à-dire des unités militaires spéciales chargées de missions particulièrement exigeantes et dangereuses.

Les mercenaires de Wagner en Afrique

«Quel est ton grade?», demande un soldat ukrainien dans la vidéo. Il est accroupi devant trois hommes. Leurs yeux sont bandés par un ruban jaune. A part un pantalon militaire et des chaussures, les prisonniers ne portent rien.

«Soldat», répond l'un des trois prisonniers.

«Votre unité?», veut savoir son interlocuteur.

«PMC Wagner», dit-il.

Un autre homme en uniforme ukrainien passe devant la caméra et tient deux patchs devant l'objectif. On y voit la tête de mort typique de l'armée privée russe.

August 24, 2023, New York, New York, United States: The PMC Wagner Group logo. ..The Russian Private Military Company Wagner Group was led by mercenary Yevgeny Prigozhin, long known as Putin s Chef, w ...
Le logo de l'armée privée russe.Image: imago-images.de

Autrefois, les troupes Wagner étaient l'une des unités clé qui, sous la direction de leur chef Evgueni Prigojine, combattaient pour la Russie en Ukraine. Elles ont notamment joué un rôle décisif dans la prise de la ville ukrainienne de Bakhmout.

Fort d'une popularité grandissante, Prigojine a laissé le pouvoir lui monter à la tête: il s'est publiquement opposé au ministère de la Défense et a tourné en dérision l'armée russe pour ses échecs militaires. Finalement, il a marché sur Moscou avec ses mercenaires – une révolte éclair contre le Kremlin et donc contre le président russe Vladimir Poutine.

Un accord a probablement été conclu, Prigojine a disparu de la scène – et a été victime d'un accident d'avion environ un mois plus tard avec l'ensemble de la direction de Wagner.

Dans la vidéo du Kyiv Post, le soldat ukrainien demande au mercenaire comment les combattants sont entrés au Soudan.

«Nous avons traversé la République centrafricaine jusqu'à Khartoum»
Un mercenaire

L'objectif aurait été de «renverser le gouvernement local».

Le Soudan s'enfonce dans le chaos d'une guerre civile sanglante

Depuis la mi-avril, les troupes du dirigeant militaire Abdel Fattah al-Burhan et la milice RSF de son ancien adjoint Mohamed Hamdan Daglo se livrent une lutte pour le pouvoir au Soudan. Selon l'organisation non gouvernementale Acled, près de 13 000 personnes ont été tuées jusqu'à présent.

Que se passe-t-il au Soudan?
Au Soudan, le président de facto Abdel Fattah al-Burhan, également commandant en chef de l'armée, veut détrôner Mohammed Hamdan Daglo (également appelé Hemedti), le chef du groupe paramilitaire Rapid Support Forces (RSF). Les deux hommes avaient pris la tête du pays à la suite de deux coups militaires conjoints en 2019 et 2021. En 2018, la jeunesse soudanaise espérait encore un changement démocratique.

Selon le Kyiv Post, la Russie a été directement impliquée, grâce à Wagner, dans le coup d'Etat au Soudan en 2019. Ainsi, la troupe de mercenaires resterait le plus grand fournisseur d'armes des Rapid Support Forces (RSF). Et ce, même après la mort du chef de Wagner, dit-on.

«Combien d'entre vous sont ici?», demande l'Ukrainien dans la vidéo en poursuivant l'interrogatoire.

«100 personnes.»

A côté du mercenaire russophone de Wagner, deux Africains sont agenouillés. Kyiv Post part du principe qu'ils ont probablement été recrutés par l'armée privée. Un traducteur leur demande combien ils gagnent. Ils répondent: «1000 dollars». Une somme d'argent considérable pour de nombreuses personnes au Soudan.

La Russie tente depuis des années d'étendre son pouvoir sur le continent africain, et ce avec succès. Dans certains pays d'Afrique de l'Ouest et d'Afrique centrale, le Kremlin mène efficacement une guerre d'information contre l'Otan. Les mercenaires de Wagner jouent un rôle important dans la stratégie africaine de la Russie.

Une source du Kyiv Post proche des forces spéciales ukrainiennes déclare:

«La tâche de détruire les mercenaires russes et leurs partenaires terroristes locaux au Soudan sera probablement accomplie par les forces spéciales ukrainiennes... Le travail que nous avons l'intention de faire [au Soudan] sera effectué»

En d'autres termes, l'Ukraine ne se contente pas de repousser l'invasion russe sur son territoire, elle tente aussi de contrecarrer les plans de Vladimir Poutine en Afrique.

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

L'Ukraine a développé une «cape d'invisibilité» pour ses soldats
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici le message clair et net qu'Israël envoie aux mollahs
Ce matin, l'armée israélienne a effectué des représailles attendues contre l'Iran. L'attaque est limitée, mais à tout de même un impact sur Téhéran.

Ce vendredi, le dirigeant spirituel de l'Iran fête ses 85 ans, un anniversaire qu'il n'oubliera pas de sitôt. Tôt dans la matinée, des avions de chasse israéliens ont bombardé une base militaire près de la ville d'Ispahan, au centre de l'Iran.

L’article