DE | FR

Les séparatistes prorusses annoncent s'être emparés d'une ville-clé

Tandis que les forces russes intensifient l'offensive dans le Donbass, les forces séparatistes prorusses viennent de revendiquer la prise de Lyman, une localité-clé.
27.05.2022, 21:0829.05.2022, 07:54
Alexandre, 67 ans, dans son appartement à Kutuzivka, près de Kharkiv, le 27 mai 2022.
Alexandre, 67 ans, dans son appartement à Kutuzivka, près de Kharkiv, le 27 mai 2022. Image: sda

L'annonce a été faite via Telegram, par l'état-major de l'autoproclamée «république» séparatiste prorusse de Donetsk: selon lui, les forces séparatistes ont «pris le contrôle complet» de Lyman avec «l'appui» des forces armées russes. Ni l'armée russe, ni l'armée ukrainienne, n'ont immédiatement commenté cette information, que l'AFP n'a pu vérifier de source indépendante.

Après leur offensive infructueuse sur Kiev et Kharkiv au début de la guerre, les forces de Moscou concentrent désormais leurs forces dans l'est de l'Ukraine.

Objectif: prendre le contrôle total du bassin minier du Donbass, que des séparatistes prorusses soutenus par Moscou contrôlent partiellement depuis 2014.

L'encerclement en passe d'être terminé

Si elle est avérée, la prise de Lyman leur ouvrirait la route vers les centres régionaux de Sloviansk, puis Kramatorsk, tout en contribuant à l'encerclement de l'agglomération formée par les villes de Severodonetsk et Lyssytchansk, plus à l'est. Après plusieurs semaines de pilonnage de Severodonetsk, cet encerclement semble près d'être achevé.

Un responsable policier de la république séparatiste prorusse de Lougansk, cité par l'agence Ria Novosti, a affirmé vendredi que «la ville de Severodonetsk est actuellement encerclée», et que les troupes ukrainiennes ont perdu toute possibilité d'en sortir.

Que se passe-t-il pour la population civile?

Le chef de l'administration ukrainienne de la ville, Oleksandr Striouk, a cependant démenti un encerclement total, tout en reconnaissant une situation «très difficile». En 24 heures, au moins cinq civils ont été tués dans la région.

Un soldat de la république de Donetsk devant l'entrée d'une école de Severodonetsk, le 26 mai.
Un soldat de la république de Donetsk devant l'entrée d'une école de Severodonetsk, le 26 mai.Image: sda

La dernière vraie route permettant de quitter cette agglomération depuis Lyssytchansk est devenue ces derniers jours un champ de bataille, rendant quasi-impossible la sortie des habitants, a constaté l'AFP.

Pour rejoindre le reste de l'Ukraine ou chercher du ravitaillement, il ne reste plus qu'une route de campagne sur laquelle même des chars ou des camions militaires peinent à circuler.

A l'est

La guerre se poursuit aussi dans le reste de l'Ukraine. Des missiles russes ont visé vendredi une installation militaire de la grande ville de Dnipro, dans le centre-est du pays, sur le fleuve Dniepr, selon les autorités locales.

«On déplore une dizaine de morts et entre 30 et 35 blessés», a déclaré à une chaîne locale Guennadi Korban, responsable de la défense de la ville, laissant entendre que les victimes étaient toutes militaires.

A Kharkiv, deuxième ville d'Ukraine située à 50 km de la frontière russe dans l'est du pays, les sirènes d'alerte aérienne ont à nouveau retenti vendredi à l'aube. Des bombardements la veille ont fait 9 morts et 19 blessés, tous des civils, selon Kiev, alors que la ville tentait depuis la mi-mai de revenir à la normale.

Koropovo près de Kharkiv, le 27 mai 2022.
Koropovo près de Kharkiv, le 27 mai 2022.Image: sda

Sur le plan diplomatique

Les autorités ukrainiennes ont à nouveau réclamé vendredi davantage d'armes aux Occidentaux pour contrer cette offensive. Aucune solution négociée n'est en vue. Un plan de paix italien prévoyait, entre autres:

  • Un cessez-le-feu.
  • Le retrait des troupes.
  • L'entrée de l'Ukraine dans l'UE (mais pas dans l'Otan).
  • Un statut d'autonomie au sein de l'Ukraine pour le Donbass et la Crimée.

Il a été rejeté par Moscou. (mbr/ats)

Le supertank de Poutine

Plus d'articles sur les armes employées en Ukraine

Le char high-tech de Poutine a été détruit en Ukraine

Link zum Artikel

Les tanks T-72 de Poutine ont un point faible et l'Ukraine le sait

Link zum Artikel

Ce que l'on sait du missile Kinjal, nouvelle super-arme de Poutine

Link zum Artikel

Zelensky voulait des armes modernes et offensives, voici ce qu'il a obtenu

Link zum Artikel

Pourquoi le super char T-14 Armata de Poutine ne roule que lors des défilés

Link zum Artikel

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
On sait qui a piégé les maires européens (et le Kremlin les adore)
Berlin, Madrid ou encore Vienne: les maires des capitales européennes ont reçu des appels du soit disant maire de Kiev. C'était «un tour» joué par la Russie.

L'information avait amusé (et un peu inquiété). Cette semaine, plusieurs maires de grandes capitales européennes ont reçu un appel de Vitali Klitschko, leur homologue de Kiev. Il se trouve que c'était une escroquerie.

L’article