DE | FR

En Albanie, les législatives seront cruciales pour la voie vers l'UE

A woman casts her ballot during parliamentary elections in capital Tirana, Albania, Sunday, April 25, 2021. Albanians are voting in parliamentary elections amid the virus pandemic and a bitter political rivalry between the two largest political parties. (AP Photo/Visar Kryeziu)

keystone

Alors que Bruxelles a dit oui à l'ouverture de négociations d'adhésion de l'Albanie sans fixer de date, la votation de dimanche lors des législatives pourrait s'avérer déterminante. Les résultats ne sont pas encore connus mais des rares sondages prédisent la victoire des socialistes.



Après une campagne acrimonieuse émaillée d'insultes, d'accusations de corruption et d'incidents violents, les Albanais ont voté dimanche à l'occasion des législatives.

Ce scrutin devra départager:

Il est jugé crucial pour les rêves européens du petit pays des Balkans. En effet, Bruxelles a dit oui à l'ouverture de négociations d'adhésion avec l'Albanie mais sans fixer de date. Tous promettent de mener à leur terme les changements nécessaires, à commencer par la réforme du système judiciaire et la lutte contre la criminalité organisée.

Résultats pas encore connus

La publication des résultats officiels pourrait prendre un ou deux jours tandis que de rares sondages ont prédit la victoire des socialistes du chef du gouvernement Edi Rama.

Depuis la fin du communisme en Albanie au début des années 1990, les résultats électoraux sont systématiquement contestés et donnent lieu à des soupçons de fraudes.

Ce pays pauvre, victime d'un tremblement de terre dévastateur fin 2019, accuse durement le coût économique et sanitaire de la pandémie provoquée par le coronavirus qui y a fait près de 2400 morts.

«Les jeunes doivent rester»

Beaucoup d'Albanais souhaitent de meilleures conditions de vie, le salaire moyen n'étant que de 420 euros (464 francs) et les jeunes cherchant massivement leur salut dans l'émigration en Italie, en Allemagne ou aux Etats-Unis.

«Les jeunes ne doivent pas partir, ils doivent rester, il doit y avoir des opportunités d'emploi»

Berti Jusufaj, un électeur âgé de 50 ans

Edi Rama brigue un troisième mandat face au Parti démocratique de centre droit allié à une dizaine de partis de tous bords. En embuscade, le Mouvement socialiste de l'intégration (MSI) fondé par le président Ilir Meta, un farouche adversaire du Premier ministre dont le parti a souvent joué le rôle de faiseur de rois.

Tensions pendant la campagne

La campagne s'était tendue dans les derniers jours, avec la mort d'un militant socialiste abattu dans une fusillade avec des démocrates qui accusaient le camp adverse d'achats de voix. Les Etats-Unis comme l'Union européenne ont demandé une enquête rapide.

Pour changer de sujet:

Vidéo: watson

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Svetlana Tikhanovskaïa: «Bien sûr, je crains pour ma vie, mais c'est mon destin»

La dirigeante en exil de l'opposition démocratique de Biélorussie est en Suisse, invitée du FIFDH avant Berne mardi, où elle ne sera pas reçue par le Conseil fédéral. Interview sur fond de répression féroce à Minsk.

Où en est la révolution en Biélorussie ? On a l'impression que, sept mois après le début du mouvement suite à l'élection truquée du 9 août 2020, la vague de contestation s'éteint au fur et à mesure que la répression du dictateur Loukachenko s'accentue.Svetlana Tikhanovskaïa: Le régime a jeté des milliers de personnes en prison, dans l'arbitraire le plus absolu. Je vais vous donner une anecdote. Vous savez ce que font les gens, quand ils sortent de chez eux le matin ? Ils emportent …

Lire l’article
Link zum Artikel