DE | FR

«Ils doivent vivre dans leur monde à eux»: les touristes russes bannis de l'UE?

Des touristes russes à Chypre, île très prisée des voyageurs originaires de Russie.
Des touristes russes à Chypre, île très prisée des voyageurs originaires de Russie. Image: Keystone
Un vent de plus en plus glacial souffle sur les touristes russes en Europe. L'UE pourrait bientôt décréter une interdiction totale de voyage à l'encontre des citoyens russes. Cependant, pas tous les Etats membres sont favorables à un tel durcissement.
13.08.2022, 12:01
Hans-Caspar Kellenberger / ch media

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky veut que les citoyens russes ne puissent plus se rendre dans aucun autre pays. «Ils doivent vivre dans leur monde à eux», a-t-il récemment déclaré, appelant à une interdiction internationale de voyager pour les Russes.

Selon Zelensky, une interdiction de voyager pourrait dissuader Moscou de procéder à l'annexion des territoires occupés. Le débat sur les visas touristiques pour les Russes a récemment été lancé au sein de l'Union européenne. En effet, malgré la coupure des liaisons aériennes et ferroviaires avec la Russie, de nombreux Russes se sont rendus dans les pays de l'UE cet été, en dépit de la guerre contre l'Ukraine.

«Visiter l'Europe est un privilège»

Les touristes russes passent par exemple par la Finlande ou par la Turquie, d'où ils se rendent par exemple en Grèce – le pays de vacances le plus apprécié des Russes dans l'UE – mais aussi en Suisse ou en Allemagne. Rien qu'en juillet, l'Allemagne a délivré 5484 visas Schengen à des citoyens russes. De mars à juillet, ils étaient plus de 14 000 – soit presque le double de l'année pandémique 2021, comme l'a écrit la Süddeutsche Zeitung.

La Pologne, l'Estonie et la Lituanie n'accordent plus de visas touristiques aux Russes. La Lettonie a encore durci les conditions d'obtention de visas: les Russes ne peuvent plus entrer dans le pays qu'en cas de décès d'un proche parent. Les gouvernements estonien et finlandais demandent désormais une solution européenne. L'Estonie déclare: «Les Russes ne devraient pas être autorisés à passer des vacances en Europe alors que la Russie est en guerre en Ukraine», a argumenté la Première ministre Kaja Kallas.

«Visiter l'Europe est un privilège, pas un droit humain»
Kaja Kallas

La Finlande, où la clientèle russe est depuis des années un acteur économique important, discute également d'une interdiction de voyage. Le pays nordique est le seul au sein de l'UE qui délivre encore actuellement des visas aux citoyens russes qui passent la frontière finlandaise – et peuvent ainsi poursuivre leur voyage vers d'autres pays européens.

La première ministre Sanna Marin a déclaré à la chaîne finlandaise YLE que c'était une aberration que, malgré la «guerre d'agression brutale en Europe», les personnes originaires de Russie puissent «vivre une vie normale, voyager en Europe, être des touristes».

Pour la Première ministre finlandaise Sanna Marin, c'est une aberration que les Russes puissent «être des touristes».
Pour la Première ministre finlandaise Sanna Marin, c'est une aberration que les Russes puissent «être des touristes».Image: sda

Helsinki prépare actuellement des mesures qui devraient être discutées lors d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE à Prague fin août, a déclaré le ministre des Affaires étrangères Pekka Haavisto. Il ne suffit pas que la Finlande prenne une telle décision de manière isolée – il faut qu'il y ait les mêmes directives dans tout l'espace Schengen, a-t-il déclaré.

La Commission européenne sceptique

La proposition d'interdire les visas Schengen aux Russes fait l'objet d'un débat controversé dans les autres pays de l'UE. La coalition au pouvoir en Allemagne semble également peu favorable à la proposition. Nils Schmid, président du SPD à la commission des affaires étrangères, a fait remarquer qu'il ne fallait pas jeter la suspicion générale sur la société russe. Un changement politique en Russie doit finalement être soutenu par la société civile.

Des voix critiques se sont également élevées dans les rangs de l'opposition. Le politicien FDP Ulrich Lechte a par exemple déclaré qu'une interdiction générale de voyager n'était pas envisageable, ne serait-ce que parce qu'elle priverait les dissidents de la possibilité de quitter légalement la Russie.

La Commission européenne remet également en question le bien-fondé d'une interdiction générale de visa, pour les mêmes raisons. Une porte-parole de la Commission européenne a souligné mardi que les Etats membres de l'UE disposaient d'une grande marge de manœuvre dans leur droit national pour limiter ou suspendre l'octroi de visas de longue durée. Le code des visas pour l'espace Schengen ne prévoit toutefois pas la possibilité de suspendre complètement l'octroi de visas de courte durée. Il y aura toujours des catégories de personnes auxquelles un visa devra être accordé, par exemple dans des cas humanitaires ou si les requérants sont des journalistes ou des dissidents.

A cela s'ajoute le fait que de nombreux pays de l'UE dépendent économiquement du tourisme. Depuis l'introduction de l'interdiction de vol de l'UE en provenance et à destination de la Russie, il manque par exemple déjà cette année près d'un million de vacanciers sur l'île de vacances grecque très prisée de Chypre – un cinquième de tous les touristes à Chypre en 2019, année record.

Pour l'instant, le régime de Poutine s'en fiche de mes vidéos YouTube»

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
A peine mobilisés, ces Russes sont abandonnés dans la «vallée de la mort»
Une énième vidéo montre le chaos qui règne parmi les rangs de l'armée russe: des hommes mobilisés sont lâchés dans un champ, sans nourriture ni tentes. Un journaliste a reconstitué leur histoire.

La mobilisation partielle déclarée par Vladimir Poutine, mercredi dernier, ne se déroule de toute vraisemblance pas, selon les plans. Des milliers de Russes en âge de se battre ont fui le pays, les protestations et les incidents dans les centres de recrutement se multiplient, et de plus en plus de citoyens sont enrôlés de force.

L’article