DE | FR

Ils veulent faire fortune avec du sperme de non-vaccinés

«Unvaxxed Sperm», formé début décembre sur les réseaux sociaux a, lui, trouvé un nouveau filon: une cryptomonnaie indexée sur la valeur du sperme et des ovules de personnes non-vaccinées. On parle même d'un Tinder «pure».
11.12.2021, 19:1213.12.2021, 18:30
Céline Deluzarche / slate
Un article de Slate
Slate

On ne peut nier une certaine inventivité aux antivax lorsqu'il s'agit d'échafauder des théories du complot. Le vaccin anti-Covid serait un moyen déguisé d'implanter une puce 5G dans le corps, nous rendrait magnétique, modifierait le génome ou serait dissimulé dans des feuilles de salade.

Dernièrement, certains groupes suggéraient aux personnes vaccinées «de force» de se «dévacciner» à l'aide d'un bain détox de bicarbonate de soude et de sel d'espom.

Un nouveau groupe baptisé Unvaxxed Sperm, formé début décembre sur les réseaux sociaux, a, lui, trouvé un nouveau filon: une cryptomonnaie indexée sur la valeur du sperme et des ovules de personnes non-vaccinées. Persuadés que le vaccin anti-Covid rend stérile, les membres de ce groupe espèrent ainsi voir la valeur de leur jeton s'envoler au fur et à mesure que la semence «pure» va se raréfier.

La nouvelle cryptomonnaie, lancée sous le nom de nuBTC, a vu son cours bondir de 158% entre le 6 et le 7 décembre, pour ensuite stagner aux alentours de 0.00028 centimes. Pas de quoi chatouiller le Bitcoin, mais les nouveaux adeptes sont convaincus de gagner un jour des fortunes grâce à leur cryptomonnaie.

Une version «pure» de Tinder

L'objectif du groupe n'est toutefois pas seulement financier, souligne Vice, qui a repéré l'affaire. «Les développeurs derrière Unvaxxed Sperm espèrent utiliser cette monnaie pour attirer les gens dans leur communauté anti-vaccin, avec de grands plans de développement qui comprennent une version «pure» de Tinder (comprenez: des personnes non-vaccinées), une banque de sperme congelé et un mystérieux projet appelé «Projet Super Sperm», énumère le site.

Des médicaments «injustement» interdits

Ils comptent aussi créer une OAC (organisation autonome décentralisée), qui permettra aux investisseurs de voter sur une variété de sujets, y compris les groupes ou les personnes à financer avec l'argent du nuBTC.

Une liste qui comprend notamment un who's who des médecins antivax et des influenceurs. Est également prévu un grand marché en ligne de «suppléments et médicaments injustement interdits», comme la fameuse ivermectine, un antiparasitaire vétérinaire prisé par les antivax.

Les développeurs affirment s'être inspirés d'une cryptomonnaie baptisée «Let's Go Brandon» et récemment popularisée par un commentateur de droite à la télévision.

Des vétérans de la cryptomonnaie

«Cela montre qu'un mouvement politique peut se prolonger sur la blockchain», assure «Fauci», un des développeurs ayant ironiquement adopté le nom du conseiller spécial de la Maison-Blanche sur la crise sanitaire. Le co-créateur du nuBTC assure que son projet est solide et a été fondé par sept «vétérans» des cryptomonnaies, mais bizarrement, ces derniers veulent tous rester anonymes.

Malgré les grands plans des fondateurs, «il apparaît que les investisseurs d'Unvaxxed Sperm ne sont absolument pas intéressés par l'efficacité de l'ivermectine, mais espèrent juste gagner un maximum d'argent en spéculant». Tant mieux pour eux: aux dernières nouvelles, «Fauci» a été hospitalisé.

Cet article a été publié initialement sur Slate. Watson a changé le titre et les sous-titres. Cliquez ici pour lire l'article original.

Que fait-on en Suisse contre le harcèlement scolaire ?

Le Covid, les vaccins, tout ça

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel

Si vous avez des enfants, vous avez plus de risques d'attraper le Covid

Link zum Artikel

«On devrait vacciner les enfants de manière ciblée et individualisée»

Link zum Artikel

Envie de vacances? Voici les mesures et restrictions de vos destinations préférées

Link zum Artikel
Les femmes enceintes peuvent se faire vacciner avec l'ARNm
Les deux vaccins anti-Covid à ARNm Pfizer et Moderna ne présentent aucun risque pour les femmes enceintes, ni pour leur bébé, a annoncé l'Agence européenne des médicaments.

Les deux vaccins anti-Covid les plus largement utilisés, fabriqués avec la technologie à ARN messager, ne présentent aucun risque pour les mères ou les bébés, a déclaré mardi l'Agence européenne des médicaments (EMA) dans un communiqué.

L’article