DE | FR
Réveil musculaire

Non, ce ne sont pas toujours les mêmes qui gagnent

Vous avez bien dormi? Remettez votre esprit en alerte avec des infos à parcourir et des questions à soulever.
15.04.2021, 07:0016.04.2021, 04:51

C'est quoi le Réveil musculaire?

Les principales actualités de la nuit livrées tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut d'entrain, de mouvements d'humeur et d'exercices de style.

Y'a de l'Ajoie 🤩

Les Jurassiens sont en finale de Swiss League, à quelques coups de patins d'un retour en élite, et presque personne n'a envie de leur contester ni ce droit, ni ce bien.

L'exploit fou: Ajoie soulève la Coupe de Suisse en février. 2020.
L'exploit fou: Ajoie soulève la Coupe de Suisse en février. 2020.Image: KEYSTONE

Comme Ambri ou Davos, Ajoie est de ces clubs qui savent y faire, qui ont des amis un peu partout dans le pays. On n'y trouve pas seulement les meilleures saucisses du hockey suisse, mais aussi une bonne vieille ferveur, avec des recettes à l'ancienne (une pincée de mots sur un calicot, trois bouts de chandelle sur un budget sans étincelle) et des durs-à-cuir Québécois, des «braves importés», comme ils disent dans leur sabir: Phil Devos, le hockeyeur qui prend ses commotions pour des lubies, ou simplement la tête de l'emploi (lire son portrait ici), Gary Sheehan, le bagagiste devenu entraîneur...

Et en plus, une très jolie patinoire

Image: KEYSTONE

Vainqueur de Langenthal (BE) 5-1 mercredi (4-2 dans la série), Ajoie affrontera en finale un autre fleuron du hockey suisse, Kloten (ZH). Les deux clubs ont présenté leur dossier de candidature et, ayant fourni la preuve de leur solvabilité, sont éligibles pour une promotion. C'est dire qu'en septembre prochain, et faute de relégués en National League (une mesure exceptionnelle pour éviter d'ajouter une psychose au Covid), l'élite helvétique hébergera... treize équipes.

Impair et manque: le vieux Willy, responsable des plannings depuis l'époque où il suffisait d'éviter les kermesses et les concerts, va passer une saison de plus sous Prozack.

Et encore de la joie 🏆

A titre de comparaison, c'est comme si le PDC perdait un siège en Valais - au hasard. Amriswil (TG), champion suisse de volleyball depuis que l'homme est homme (bien que là encore, les certitudes vacillent), dominateur à chaque saison que Dieu fait, a perdu sa couronne (et ses nerfs) face à Chênois (GE). C'est une sensation...

L'entraîneur Ratko Pavlicevic est à la base de ce succès, forgé dans la sueur et le Fortalis, avec une préparation physique de grenadier de montagne, selon les ragots de vestiaire. «On a pris très cher», confirme Karim Zerika, avec plus ou moins de gratitude, dans la Tribune de Genève.

«Cela faisait neuf ans que nous attendions ce titre. L’équipe s’est montrée très solidaire et très homogène. J'en suis très fier»
Le président Philippe Tischhauser dans la Tribune de Genève

L'autre homme de base est bien sûr le passeur Robin Rey, fils de volleyeur et de volleyeuse, neveu de volleyeur et de volleyeuse, étudiant en médecine à ses heures perdues. Vexé par tant de précellence, Amriswil (TG) a déjà licencié un entraîneur et semble tomber de si haut qu'il ne sait pas comment rebondir - un peu comme le PDC valaisan.

Et carrément fou de joie 🥳

On a cru un instant que Pep Guardiola était maudit, infichu de remporter la Ligue des champions, qu'il avait le don de tout compliquer (aucun attaquant de pointe mercredi encore, poste confié à Kevin de Bruyne). On a pensé qu'il s'arrêterait à nouveau en quart, avec ses grimoires sur les bras et ses schémas plein la tête.

Si vous cherchez Guardiola, prenez le deuxième en bas à gauche.
Si vous cherchez Guardiola, prenez le deuxième en bas à gauche.Image: DPA-Pool

Or pas du tout: virtuellement éliminé pendant trente minutes (ouverture du score de Bellingham, 17 ans, classe mondiale), Manchester City a finalement battu le Borussia Dortmund 2-1, comme au match aller, avec une autorité collective impressionnante (buts de Mahrez sur penalty et de Foden).

«Je suis incroyablement heureux. Ce n'est que la deuxième fois que ce club arrive en demi-finale. On n'a pas une très grande histoire, mais on commence à la construire»
Pep Guardiola, entraîneur de Manchester City

Dortmund pourra en vouloir à Emre Can, coupable d'étourderies fatales. Manchester City, lui, va s'attaquer au PSG (27-28 avril et le 4-5 mai), un style nettement moins ouvert qui pourrait nettement plus l'incommoder...

La morale est chauve

A chaque fois que le Real Madrid projette de virer Zinédine Zidane, petites déprimes d'octobre, il remporte un trophée les mois suivants, avec l'arrivée du printemps et des oiseaux de bon augure.

Le Real ne devrait pas faillir à la tradition puisque, après son 0-0 à Liverpool (victoire 3-1 à l'aller), le voilà qualifié pour les demi-finales de la Ligue des champions où il défiera Chelsea, et toujours en course pour le titre national.

«Moralement, on ne peut pas mieux sortir de cette période. On est bien»
Zinédine Zidane
«Aux grandes joies, les grandes douleurs»
Auteur inconnu

Personne ne sait si Zidane restera à Madrid, s'il partira encore une fois sur un coup de tête, peut-être même un coup de boule, mais en attendant, face à l'ire des Cassandres et des velléitaires, il gagne toujours à la fin. La morale est chauve.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
PSG, Real: les miracles arrivent toujours à la dernière minute
Contre toute attente, à commencer par la leur, le Paris SG et le Real Madrid sont en position de rafler le titre, dimanche prochain, à la der des der.

Lille faisait semblant, et tout le monde avait envie d'y croire -c'était l'histoire du petit Poucet face à l'ogre qatari. Depuis une semaine, le club tout entier respirait la gaieté. Les joueurs riaient comme des bossus à l'entraînement, les bons mots valsaient devant les caméras, l'entraîneur prenait des airs de grand sage, lunettes à l'appui, pour feindre une sérénité dont il se savait exsangue (car maintenant, on «sait»).

L’article