DE | FR
Bild

Réveil musculaire

«Gagner moche», l'oxymore des winners

Vous avez bien dormi? Remettez votre esprit en alerte avec des infos à parcourir et des questions à soulever.

Julien Caloz
Julien Caloz



C'est quoi le Réveil musculaire?

Les principales actualités de la nuit livrées tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut d'entrain, de mouvements d'humeur et d'exercices de style.

Davos s'est vu trop beau

Le HC Davos a tiré 53 fois au but contre 18 pour Berne, hier soir lors du match décisif des pré-playoffs. Score final: 3-0 pour les Bernois. Dans le sport, on appelle ça «une leçon de réalisme» ou «une anomalie statistique», selon le camp dans lequel on se situe.

Der Berner Torhueter Tomi Karhunen, im Finale vom Eishockey-Pre-Playoff Qualifikationsspiel der National League zwischen dem HC Davos und dem SC Bern, am Sonntag, 11. April 2021, im Eisstadion Davos in Davos. (KEYSTONE/Juergen Staiger)

Tomi Karhunen avait la mitaine chaude. 🔥 Image: KEYSTONE

Sur le plateau de MySports, le consultant Stéphane Rochette en a tiré une vérité philosophique («Dans la vie, on n'a pas toujours ce qu'on mérite») pendant que ses collègues du soir incitaient les Grisons à mettre du trafic devant le cage, moins tergiverser, tirer encore et dans n'importe quelle position. En deux mots: gagner moche. Le genre de conseils qu'en football, les fans du Bayern Munich (31 tirs à 6 contre le PSG) et de Manchester City (29-2 face à Leeds) avaient déjà vainement formulé durant la semaine.

Les Bernois (qui affronteront Zoug en quarts de finale dès mardi) n'ont toutefois rien volé. Parce qu'un hold-up, «c'est braquer quelqu'un et lui prendre quelque chose de force», avait rappelé un jour René Girard. Celui qui coachait les footballeurs lillois en 2014 avait dû se défendre d'avoir volé des points lors du match nul (1-1) arraché sous la domination de Wolfsburg en Ligue Europa.

«S'ils veulent pas les mettre au fond...»

abspielen

Vidéo: YouTube/RMC Sport

Un pionnier en vert

Hideki Matsuyama (29 ans) est devenu le premier Japonais à remporter un Majeur après sa victoire à Augusta. Le 25e golfeur mondial avait démarré son dernier tour avec quatre coups d'avance. Il l'a terminé avec un seul sur Will Zalatoris et trois sur le duo Xander Schauffele/Jordan Spieth. Suffisant pour revêtir la mythique tunique verte remise chaque année au vainqueur.

Dustin Johnson helps Hideki Matsuyama, of Japan, put on the champion's green jacket after winning the Masters golf tournament on Sunday, April 11, 2021, in Augusta, Ga. (AP Photo/David J. Phillip)

Dustin Johnson, vainqueur de la précédente édition, couvre le Japonais de gloire. Image: AP

Le lauréat a suscité la fierté de millions de Japonais, certains consultants s'efforçant de retenir leurs larmes en direct à la télévision. Le nom du golfeur était en tête des tendances sur Twitter et le premier ministre a salué sa victoire, la considérant comme «une grande réussite» en pleine pandémie. Matsuyama a également été adoubé par Tiger Woods, le quintuple vainqueur de la compétition, cloué chez lui après son grave accident de la route.

«Tu rends le Japon fier, Hideki. Cette victoire historique au Masters aura un impact sur le monde du golf dans son ensemble»

Tiger Woods

Un sursis avant jeudi

Mikel Arteta continue de croire qu'il peut faire jouer son équipe (Arsenal) comme celle de Pep Guardiola (Manchester City) malgré la différence de niveau entre les deux effectifs. Le problème, c'est que ça ne semble marcher que face aux petites équipes (succès 3-0 sur le terrain de la lanterne rouge dimanche).

La victoire est belle mais elle ne change rien aux affaires des Gunners (9es de Premier League), surtout s'ils se font sortir par le Slavia Prague jeudi en quarts de finale retour de Ligue Europa (1-1 au match aller). Une échéance qui conditionnera la fin de saison d'Arsenal et pèsera lourd dans le bilan comptable de son entraîneur. Certains préconisent de lui accorder du temps, une deuxième saison complète avec au moins un renfort par ligne. Mais les Londoniens ont-ils suffisamment de liquidités, et surtout les idées assez claires pour ne pas recruter le jumeau de Thomas Partey?

Emmanuel Petit n'a pas envie d'attendre pour voir. Interrogé par Ladbrokes, l'ancien Gunner réclame un grand ménage de printemps.

«Quand je regarde les joueurs plus anciens de l'équipe, j'ai l'impression qu'ils se croient dans un club de football pour retraités. Un endroit où tu vas juste pour passer des vacances. (...) Si j'étais Arsenal, Mikel Arteta ou la direction, je réfléchirais à virer la moitié du vestiaire.»

Plus d'articles sur le sport

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Les fans de Gottéron et du LHC ont peur: «Tout sauf Genève champion!»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Réveil musculaire

Genève-Servette est en mission

Vous avez bien dormi? Remettez votre esprit en alerte avec des infos à parcourir et des questions à soulever

Le match aurait pu durer plus longtemps, Genève-Servette subir d'autres pénalités, Daniel Manzato commettre quelques erreurs, on ne voit pas très bien comment les Grenats auraient pu perdre contre Zurich. Car le groupe de Pat Emond dégage une impression de sérénité, d'homogénéité et d'imperméabilité à toutes les circonstances qui le rendent à la fois effrayant (pour ses adversaires) et fascinant (pour les autres). Il est en mission et la série contre les ZSC Lions restera comme …

Lire l’article
Link zum Artikel