DE | FR
L'homme voulait apparemment faire passer un message en faveur des réfugiés.
L'homme voulait apparemment faire passer un message en faveur des réfugiés.

Un intrus pénètre sur le terrain en pleine finale

Stupeur à la fin du 2e set de la rencontre entre Medvedev et Nadal: un individu a surgi sur le terrain. Par chance, il a été immédiatement interpellé par la sécurité.
30.01.2022, 11:2831.01.2022, 06:43

Rafael Nadal était au service pour tenter d'empocher le gain de la deuxième manche, dimanche en finale de l'Open d'Australie, lorsque le jeu a été interrompu. La production a alors fait un gros plan sur le visage de l'Espagnol, incrédule, et on a compris que quelque chose d'inattendu était en train de se dérouler.

Un intrus venait de pénétrer sur le terrain, provoquant l'intervention immédiate de la sécurité et la réaction de la télévision, qui a préféré rester sur le visage de l'Espagnol plutôt que d'accorder du crédit au spectateur indésirable.

Ce n'est pas la première fois qu'un homme surgit sur le terrain en finale d'un Grand Chelem masculin. A Roland-Garros en 2013, un streaker était apparu sur la terre battue.

Quatre ans plus tôt, toujours à Paris, un autre homme avait réussi à échapper à la sécurité. Il avait alors tenté de mettre un chapeau à Roger Federer.

Image: EPA

Cette fois, à Melbourne, aucun des deux finalistes n'a été importuné.

La sécurité a entouré les joueurs

Image: EPA AAP

(jcz)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les nageurs mangent comme des goinfres, et pour cause...
Dans leurs assiettes, «ce n'est pas beau à voir», prévient une championne du monde. Mais à plus de 100 km par semaine, leur corps devient une chaudière: il brûle tout. Jusqu'au jour où...

Les championnats du monde de natation sont un enchantement quotidien pour tous les amateurs de beauté plastique. Les corps sont élancés, fuselés, striés, idéalement proportionnés, petits chefs d'oeuvre de l'humanité amphibie. Pourtant, ils ne vivent pas de glamour et d'eau fraîche, mais de cochonneries diverses. Et ils «passent sur la balance une fois par semaine, grand max», jure Swann Oberson, ancienne championne du monde du 10 km en eau libre.

L’article