DE | FR
Avec le visage écarlate d'un Martien sous le soleil d'avril, Mohamed Salah a suscité de la compassion jusque dans <em>US Today</em>.
Avec le visage écarlate d'un Martien sous le soleil d'avril, Mohamed Salah a suscité de la compassion jusque dans US Today.capture d'écran youtube

Les lasers verts qui ont ciblé Salah sont les plus dangereux

Ebloui pendant la séance de tirs au but, l'attaquant égyptien aurait pu perdre la vue. Des études montrent que la couleur et la durée du pulse sont déterminantes. Le match pourrait être rejoué.
30.03.2022, 11:4502.04.2022, 13:18

Mohamed Salah a manqué son tir au but contre le Sénégal, ce qui ne lui arrive pratiquement jamais: en bientôt cinq saisons à Liverpool, l'Egyptien a transformé 27 des 32 penalties dont il a eu la charge.

Passée la détresse de l'Egypte, encore battue par son rival sénégalais, le monde civilisé se demande comment l'arbitre a pu autoriser cette séance de tirs au but, et plus spécifiquement ce tir-là, alors que Salah avait le visage couvert de taches vertes, dont des dizaines de rayons laser braqués dans les yeux. Les paupières à peine rouvertes, la star égyptienne a semblé se débarrasser du ballon et l'a envoyé directement dans les airs.

Le tir de Salah en vidéo

L'indignation n'est pas seulement africaine, mais planétaire. A le voir dans cet état, méconnaissable, avec le visage écarlate d'un Martien sous le soleil d'avril, Mo Salah a suscité de la compassion jusque dans US Today:

«Juste beurk. L'officiel a tout vu et a laissé le jeu se poursuivre»

Il aurait pu perdre la vue

Selon une étude documentée de Science et avenir, les lasers sont classés en quatre catégories de dangerosité. Les plus nocifs sont «ceux qui émettent dans la couleur verte, avec une puissance pouvant aller jusqu'à 1500 mW, appartenant à la catégorie 4».

La gravité des lésions est proportionnelle à la puissance du rayon et à la durée d'exposition. Appliqué aux dimensions d'un stade de football, le calcul n'est pas rassurant. «Ce type de lasers visant l’œil à courte distance pendant quelques instants peut brûler la rétine et laisser des séquelles irréversibles», établit Science et avenir.

Classification 3 et 4 des lasers

Ce que dit une autre étude de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)

«Il y a plus de 200 lasers à l’EPFL. La plupart peuvent causer de graves blessures oculaires et dermatologiques à quiconque est exposé directement au faisceau lumineux ou à sa réflexion. Avec les lasers pulsés, la durée du pulse ainsi que sa fréquence de répétition vont influer sur la gravité des dommages»

Des attaques préméditées

Seuls les lasers dont la puissance ne dépasse pas un mW sont en libre circulation dans le commerce. Mais il semble qu'au Sénégal, des stylos de catégories 3 et 4, «normalement réservés à un usage professionnel», comme le souligne Science et avenir, sont en vente sur les marchés, dans le pire des cas sur Internet. «Et c'est pareil en Suisse», pouffe un membre de la Section grenat.

Au match aller, les Egyptiens avaient dégainé les premiers. Les fans sénégalais ont appelé à la riposte sur les réseaux sociaux et ont organisé le réarmement de leurs groupes d'ultras, dont certains prétendre écrire l'histoire au stylo laser. Prévenues de cette opération, les forces de l'ordre auraient intercepté des milliers de pièces à l'entrée. Mais ce n'était apparemment qu'un échantillon.

Embouteillages, jets de pierres, insultes

Les hostilités ont commencé avant même le coup d’envoi, par des embouteillages plus ou moins malencontreux entre l'hôtel des Egyptiens et le stade. Arrivés en retard, avec la vitre avant de leur bus émiettée, les Pharaons ont demandé un report de quelques minutes (requête refusée).

Le chaleureux accueil réservé au bus égyptien.
Le chaleureux accueil réservé au bus égyptien.

Les jets de pierre et de bouteilles ont continué à l'échauffement, tandis que les premières lueurs vertes dansaient déjà sur le corps de Mo Salah. Au moment de l’hymne égyptien, les lasers visaient tous les visages, sans exception, tandis que les sifflets s'occupaient du son.

Après une dizaine de minutes, le gardien Mohamed El Shenawy était touché à la jambe par une bouteille et les deux staffs commençaient à s'insulter.

Match rejoué?

Selon le règlement de la Fifa, il incombe au pays hôte de confisquer les objets interdits sous toutes leurs formes, ce qui engage clairement la responsabilité du Sénégal. US Today cite l'article 16, paragraphe 2, du même règlement, où il est stipulé que les équipes répondent du comportement inapproprié de leurs supporters et peuvent faire l'objet de mesures disciplinaires, jusqu'à la décision de rejouer un match à huis clos. Une enquête est en cours.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les nageurs mangent comme des goinfres, et pour cause...
Dans leurs assiettes, «ce n'est pas beau à voir», prévient une championne du monde. Mais à plus de 100 km par semaine, leur corps devient une chaudière: il brûle tout. Jusqu'au jour où...

Les championnats du monde de natation sont un enchantement quotidien pour tous les amateurs de beauté plastique. Les corps sont élancés, fuselés, striés, idéalement proportionnés, petits chefs d'oeuvre de l'humanité amphibie. Pourtant, ils ne vivent pas de glamour et d'eau fraîche, mais de cochonneries diverses. Et ils «passent sur la balance une fois par semaine, grand max», jure Swann Oberson, ancienne championne du monde du 10 km en eau libre.

L’article