DE | FR
Murat Yakin est le nouveau sélectionneur de l'équipe de Suisse de football, selon une information révélée par Nau.ch.
Murat Yakin est le nouveau sélectionneur de l'équipe de Suisse de football, selon une information révélée par Nau.ch. Image: Keystone/Shutterstock
Commentaire

Et si vous n'attendiez pas 7 ans pour aimer Murat Yakin?

Nommé comme second choix à la tête de l'équipe de Suisse en 2014 et contesté par l'opinion publique, Vladimir Petkovic a eu besoin de temps pour que ses résultats (les meilleurs de l'histoire à ce poste) soient reconnus. Murat Yakin arrive dans un contexte de défiance similaire. C'est peut-être l'occasion de lui faire confiance.
09.08.2021, 10:1910.08.2021, 08:03
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

Quand il apprend le nom de son nouvel entraîneur, le public a toujours une première lecture émotionnelle. Son sentiment général dépend souvent des réponses à ces trois questions:

  • ce technicien fraîchement nommé est-il aussi réputé que son prédécesseur?
  • est-il un premier choix?
  • possède-t-il un palmarès suffisant?

C'est parce qu'il avait remplacé le très populaire et charismatique Ottmar Hitzfeld, après les refus de Lucien Favre et Marcel Koller, que Vladimir Petkovic avait dû se défendre de n'avoir gagné qu'une seule Coupe d'Italie lorsqu'il a été nommé à la tête de la Nati en 2014. Or ce procès en légitimité est depuis samedi soir celui de Murat Yakin. Le coach du FC Schaffhouse a été choisi après que plusieurs techniciens de renom comme Joachim Löw, Arsène Wenger ou Lucien Favre (encore) ont refusé, et ce ne sont pas ses deux titres avec le FC Bâle qui seront de nature à inverser sa courbe de popularité.

Sur notre page Facebook, vous êtes nombreux à interroger le choix de l'Association suisse de football. «On n'est pas le 1er avril», grince Stéphane, alors que les emojis d'André pleurent de rire: «Avec tous les grands entraîneurs qui ont soi-disant postulé, on prend un entraîneur de Challenge League

«Si on en arrive là, c’est vraiment que l’équipe de Suisse n’intéresse pas grand monde»
François, un lecteur de watson

Ceux qui ont participé à notre sondage ne sont guère plus rassurés: vous n'étiez que 21% dimanche matin à penser que Yakin saura relever le défi.

C'est amusant parce que cette opposition populaire assez marquée tient aussi du fait que le public avait fini par apprécier Vladimir Petkovic et qu'il ne souhaitait pas le voir partir. L'ancien sélectionneur suisse aura mis sept saisons pour que son travail soit reconnu, et on se dit que tout le monde gagnerait du temps si Murat Yakin pouvait au moins avoir le bénéfice du doute dès le départ.

Fiche bio

Suisse d'origine turque, Murat Yakin est né le 15 septembre 1974 à Bâle. Il a mené une brillante carrière de défenseur, portant les maillots de Grasshopper, Stuttgart, Fenerbahce, Bâle et Kaiserslautern. Il a été sélectionné à 49 reprises en équipe de Suisse. Retraité des terrains depuis 2005, il a obtenu des résultats de premier plan à la tête de Thoune, de Lucerne et du FC Bâle, qu'il a mené deux fois au titre et jusqu'en demi-finale de l'Europa League. Son bagage s'est par ailleurs enrichi d'une expérience à l'étranger avec son passage en 2014 au Spartak Moscou.

Surtout que le technicien de 46 ans possède des qualités qu'il serait injuste de ne pas lui reconnaître.

La première de ces qualités, qu'il partage avec son prédécesseur, est sa fine connaissance du football suisse. Murat Yakin écume depuis 30 ans les terrains du pays. Il a vu grandir la génération de joueurs actuels et en a même entraîné certains par le passé. Un bagage précieux, on le sait, depuis qu'Artur Jorge a fait n'importe quoi avec la Nati parce qu'il ne connaissait pas assez bien notre culture, ni notre football (quand la presse lui demandait ce qu’il pensait du niveau du foot suisse, sa réponse était toujours la même: «Il y a de bons joueurs et des moins bons.»)

Yakin et Sommer en 2014 au terme de leur saison avec Bâle, lorsque le premier était encore l'entraîneur du FCB.
Yakin et Sommer en 2014 au terme de leur saison avec Bâle, lorsque le premier était encore l'entraîneur du FCB.Image: Keystone

Murat Yakin n'a certes jamais été sélectionneur mais Petkovic non plus, et cela ne l'a pas empêché d'obtenir les meilleurs résultats de l'histoire à ce poste (1,79 unité de moyenne par match). De toute évidence, entraîner un club et diriger une sélection nationale sont deux métiers distincts, et c'est tant mieux pour Yakin, qui n'est pas réputé pour sa gestion quotidienne des affaires footballistiques.

Le Bâlois (qui est attendu demain au siège de l'Association suisse pour y signer son contrat) est en revanche un affamé de ballon et possède une mentalité de gagnant que lui a toujours reconnu Christian Gross. Les internationaux seront certains d'évoluer sous les ordres d'un sélectionneur qui les connaît, les apprécie pour leurs qualités et souhaite les voir triompher. Un triptyque en forme de prérequis idéal pour booster sa confiance.

Murat Yakin a pour lui son amour du jeu et sa quête de perfection, mais aussi sa superbe carrière de joueur. Les footballeurs actuels connaissent son vécu, certains l'ont vu jouer, ont peut-être rêvé un jour de l'imiter et, eux aussi, de donner la victoire à leur équipe en Ligue des champions, d'une cacahuète à 40m sur le terrain de l'Ajax d'Amsterdam.

Prends ça, van der Sar!

Le 25 septembre 96 à l'heure de jeu, Yakin offre la victoire à Grasshopper sur cette frappe de mule.Vidéo: YouTube/GCZ 1886 News/Videos

Quand Murat Yakin parlera de jeu, de tactique (il avait une excellente lecture du terrain) ou de pression à gérer, il sera crédible et légitime auprès de ses hommes, parce qu'il a vécu tout cela. Stéphane Henchoz nous avait dit un jour: «Durant ma carrière de joueur, les entraîneurs issus du terrain m’ont toujours un peu plus inspiré dans leur discours. Ils avaient le ressenti d’un footballeur, et dès lors un peu plus de légitimité.»

Tout est réuni pour que cette équipe de Suisse s'inscrive dans une forme de continuité, que le vestiaire reste soudé et animé par les mêmes objectifs et que les jeunes talents aient une chance de progresser (une des forces du nouveau sélectionneur). Choisir Yakin permet de réduire le temps d'adaptation et c'est tant mieux car du temps, la Nati n'en a pas: elle affronte les champions d'Europe italiens dans moins d'un mois, déjà, en qualifications pour le Mondial 2022 au Qatar.

Avant cela il y aura un match amical contre la Grèce, le 1er septembre à Bâle, dans la ville où Murat Yakin a grandi. Et ce n'est peut-être pas fini.

Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram

1 / 9
Quelques créations de Tom Daley postées sur Instagram
source: instagram madewithlovebytomdaley
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Voici les plus gros fails de bateaux

Jorginho ou Benzema? On se dispute sur le Ballon d'or à coups de SMS
Christian donnerait le trophée à l'Italien de Chelsea, Julien au Français du Real. Nos deux journalistes ont défendu leurs arguments et points de vue dans un échange de messages parfois virils, mais toujours corrects. La prestigieuse récompense sera décernée lundi à Paris.
L’article