DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Un pic de forme, ça dure combien de temps?

Les cyclistes, engagés cette semaine sur le Tour de Romandie, ne jurent que par ce fameux pic de forme, cet instant précis et éphémère dans une saison où ils sont au maximum de leur potentiel. Ils doivent en profiter, car ça ne dure pas longtemps.

Julien Caloz
Julien Caloz



Tour de Romandie 2021

Le programme

1️⃣ Mardi 27 avril: prologue à Oron-la-Ville (4,05 km).
2️⃣ Mercredi 28 avril: Aigle - Martigny (168,1 km).
3️⃣ Jeudi 29 avril: La Neuveville - St-Imier (165,7 km).
4️⃣ Vendredi 30 avril: course en circuit à Estavayer (168,7 km).
5️⃣ Samedi 1er mai: Sion - Thyon 2000 (161,3 km).
6️⃣ Dimanche 2 mai: contre-la-montre à Fribourg (16,2 km).

La vie d'un cycliste ressemble à la deuxième étape du Tour de France 2020 autour de Nice.

Bild

Les coureurs finissent toujours par revenir au même endroit. Mais entre le début et la fin de saison, leur trajectoire est faite de variations que le relief ci-dessus exprime bien. Le cycliste vit successivement des périodes de récupération, de progression ou de plénitude, ce qu'on appelle dans le langage sportif des pics de forme. L'idée, pour tous les cyclistes, consiste à faire coïncider ces rares moments de perfection physique et mentale (au nombre de deux ou trois par saison) avec leurs objectifs. Un spécialiste de classiques planifiera sa saison dans l'espoir d'être en pleine possession de ses moyens au printemps, un vainqueur potentiel du Tour de France visera le mois de juillet, etc.

«Si tu rates ton pic de forme, c'est rendez-vous l'an prochain»

Thibaut Pinot

L'exercice est délicat car un «pic» de forme, par définition, ne dure jamais qu'un instant. «Entre deux et quatre semaines», songe Danilo Wyss, néo-retraité du peloton. Le coureur valaisan Simon Pellaud dit un mois. Julien Jurdie (directeur sportif chez AG2R Citroën) entre trois et cinq semaines. «Un coureur de Grand Tour vise 21 jours en espérant être au sommet lors des sept derniers. Pour un spécialiste de classiques, la performance doit être pensée sur quatre ou cinq semaines.»

Bild

Julien Jurdie (à dr.) avec un de ses coureurs il y a trois ans après une étape épique sur Paris-Nice. Image: Instagram

Tous reconnaissent que la notion de pic de forme a évolué ces vingt dernières années. «La saison est tellement dense, le niveau si élevé, que les coureurs sont tous à un très bon niveau chaque fois qu'ils épinglent un dossard», résume Jurdie. Mais le dirigeant français sait que les meilleurs ne peuvent faire l'économie d'une progression réfléchie. «Notre coureur Greg van Avermaet est à 70% en janvier, 90% en avril et 100% pour ses grands objectifs.» Une évolution graduelle «qui nécessite une planification précise», rappelle Danilo Wyss. «Un pic de forme, ça se prépare pendant plusieurs semaines, plusieurs mois», ajoute Simon Pellaud.

Le Valaisan s'était tellement bien préparé en 2019 qu'il avait abordé le Tour de Romandie dans les meilleures conditions (ici, l'expression n'est pas galvaudée). «Je suis arrivé au sommet cette semaine-là. J'avais travaillé physiquement mais aussi mentalement afin de répondre présent à 100%. J'avais repéré le parcours et je m'étais imaginé en train de souffrir sur ces routes.»

Simon Pellaud from Switzerland of team Swiss Cycling National team rides during the first stage, a 168,4 km race between Neuchatel and La Chaux-de-Fonds at the 73th Tour de Romandie UCI ProTour cycling race near Verrieres, Switzerland, Wednesday, May 1, 2019. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Pellaud avait remporté le classement du meilleur grimpeur et avait été élu coureur le plus combatif sur le Tour de Romandie 2019. Image: KEYSTONE

D'autres que lui considèrent les courses précédant le Tour de France comme des paliers à franchir pour atteindre leur plein potentiel en juillet. À ce degré de compétitivité, chacun a sa méthode. Grégory Ornon décrypte les deux principales. «Elles dépendent de la physiologie de chacun et sont donc très variables d'un coureur à l'autre», précise le médecin de l'équipe AG2R Citroën.

C'est le cas de Peter Sagan sur le Tour de Romandie. Le Slovaque y participe pour peaufiner sa condition physique en vue du Giro.« Je vais faire de mon mieux», promet-il simplement.

Ceux qui ne sont pas comme Sagan et voudront aller «taper au fond», comme dit Simon Pellaud, sous-entendu provoquer ce fameux effet de surcompensation, ont déjà coché la cinquième étape de la boucle romande: 160 km entre Sion et Thyon, trois cols à franchir, une heure d'ascension pour terminer à plus de 2000m d'altitude. Le tremplin idéal vers le pic de forme, cette parenthèse enchantée qui sublime les coureurs.

Bild

Image: Tour de Romandie

Plus d'articles sur le sport

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Les fans de Gottéron et du LHC ont peur: «Tout sauf Genève champion!»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La perf du vainqueur de Milan - San Remo analysée par un scientifique

On a soumis les valeurs de puissance de Jasper Stuyven à Raphaël Faiss, responsable de recherche à l'UNIL, pour mieux comprendre l'exploit du Belge.

Il est impossible, quand on suit une course cycliste, de se rendre compte de la puissance développée par les coureurs. On voit bien des cuisses qui étouffent, des mollets qui se raidissent et des veines qui gonflent, mais ces impressions visuelles sont difficilement quantifiables. C'était encore le cas samedi lors de Milan - San Remo mais, cette fois, l'équipe du vainqueur est venue en aide au public. Sitôt après la course, la Trek-Segafredo a publié sur les réseaux sociaux les données …

Lire l’article
Link zum Artikel