DE | FR

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Stefan Küng et Marlen Reusser ont remporté l'or jeudi aux championnats d'Europe. Depuis deux ans, le Thurgovien et la Bernoise sont au sommet de la discipline, qui bénéficie d'une longue tradition dans notre pays.
11.09.2021, 11:3912.09.2021, 10:14
Suivez-moi

Le cyclisme suisse a vécu une très grande journée jeudi. Stefan Küng et Marlen Reusser ont chacun remporté la médaille d'or du contre-la-montre aux championnats d'Europe de Trente, en Italie.

Et c'est tout sauf une surprise: le Thurgovien et la Bernoise cartonnent dans la discipline ces deux dernières années. En 2020, Küng (27 ans) avait déjà gagné le titre continental et glané le bronze aux Mondiaux. Reusser (29 ans) est vice-championne du monde en titre et s'est adjugée l'argent fin juillet aux JO de Tokyo.

Avant eux, d'autres Helvètes ont brillé en chrono. En premier, on pense bien sûr à Fabian Cancellara, quadruple champion du monde et double médaillé d'or olympique (2008 et 2016). Mais il y a aussi eu Alex Zülle (champion du monde 1996) ou encore Karin Thürig (or mondial en 2004 et 2005). C'est simple: chez les hommes, la Suisse est la deuxième nation la plus titrée aux championnats du monde derrière l'Allemagne.

Trait de caractère helvétique

Plusieurs raisons expliquent l'aisance de nos compatriotes en chrono. Pour Rubens Bertogliati, champion national 2009 et 2010 du contre-la-montre, la première est d'ordre culturel: «Le contre-la-montre est une discipline adaptée aux Suisses, tranche le Tessinois. Parce que dans notre pays, on a besoin de certitudes, de tout contrôler. Avant la course, on peut facilement visualiser le parcours et déterminer des objectifs précis de chrono à différents points du tracé. Contrairement aux autres courses, tout est prévisible dans le contre-la-montre.»

Rubens Bertogliati a remporté la première étape du Tour de France 2002 et s'était emparé du maillot jaune.
Rubens Bertogliati a remporté la première étape du Tour de France 2002 et s'était emparé du maillot jaune. image: keystone

Comme le service au tennis, par exemple, le chrono en cyclisme est le seul exercice qui ne dépend pas des autres protagonistes. Moins de risques de (mauvaises) surprises, donc.

Structures de pointe

Au psyché helvétique, il faut ajouter la passion et l'abnégation de certains dès la fin des années 2000 pour développer la discipline. «Le déclencheur, ça a été l'entraînement de la poursuite sur piste avec le coach Daniel Gisiger», analyse Richard Chassot, directeur du Tour de Romandie. Une discipline très proche du chrono sur route, qui requiert les mêmes qualités athlétiques (puissance) et techniques (savoir garder sa ligne et aérodynamisme).

En 2007, l'ancien coureur est devenu l'entraîneur de l'équipe suisse d'endurance sur piste. Il l'a amenée à la deuxième place européenne en 2015, année où Stefan Küng est aussi devenu champion du monde en poursuite individuelle.

«Daniel Gisiger a beaucoup travaillé avec les jeunes talents et s'est aussi focalisé sur leur détection», complète Richard Chassot. «Stefan Küng et Stefan Bissegger (22 ans, quatrième des derniers championnats d'Europe de contre-la-montre) sont ses protégés, appuie Olivier Senn, directeur du Tour de Suisse. Depuis le début des années 2010, avec les JO de Rio 2016 en ligne de mire, Daniel Gisiger a organisé des camps d'entraînement plusieurs semaines par année, notamment au vélodrome de Granges.»

Daniel Gisiger sur son scooter au vélodrome de Granges en 2016. Derrière,  Silvan Dillier et Oliver Beer doivent transpirer davantage que le coach.
Daniel Gisiger sur son scooter au vélodrome de Granges en 2016. Derrière, Silvan Dillier et Oliver Beer doivent transpirer davantage que le coach. Image: KEYSTONE

Le complexe soleurois a été construit en 2013, sous l'impulsion d'Andy Rihs, ex-propriétaire des équipes Phonak et BMC, aujourd'hui décédé. 11 ans plus tôt, le Centre mondial du cyclisme à Aigle, doté lui aussi d'une piste intérieure, sortait de terre. Deux endroits, donc, où les meilleurs rouleurs du pays peuvent venir s'affûter quand ils le souhaitent, indépendamment de la météo. Ils ont aussi la possibilité de perfectionner leur aérodynamisme dans des souffleries.

Le vélodrome de Granges, construit en 2013.
Le vélodrome de Granges, construit en 2013. image: keystone

Biberonnés au chrono

Mais il n'a pas fallu attendre ces infrastructures haut de gamme pour que les cyclistes suisses développent leurs aptitudes au chrono. Rubens Bertogliati, 42 ans, s'en souvient:

«Déjà quand j'étais junior, je disputais un contre-la-montre au Tour du Pays de Vaud. Dans les courses suisses, il y en avait déjà beaucoup, du coup on pouvait facilement travailler cette discipline. C'est moins le cas en Italie, par exemple, même si nos voisins commencent à en placer davantage dans leurs épreuves»
Rubens Bertogliati, ex-cycliste professionnel

A l'époque, le Luganais avait comme modèle Alex Zülle et Tony Rominger, qui ont été des sources d'inspiration pour lui. Aujourd'hui, les Küng, Bissegger ou Reusser rêvent certainement d'exceller comme Fabian Cancellara, qui a pris sa retraite en 2016. «Il a donné confiance aux jeunes cyclistes suisses en leur montrant que c’était possible d’y arriver, se réjouit Richard Chassot. Et il peut partager avec eux toute son expérience.»

Fabian Cancellara avec sa médaille d'or aux Jeux olympiques de Rio en 2016.
Fabian Cancellara avec sa médaille d'or aux Jeux olympiques de Rio en 2016.image: keystone

Coup de pouce de la nature

Si «Spartacus» a autant brillé dans la discipline, c'est bien sûr aussi grâce à sa morphologie (1 mètre 86 pour 82 kilos), taillée pour les épreuves de puissance.

Marlen Reusser (180 cm, 70 kg) explique son propre succès uniquement pour la même raison: «Avec Fabian, on a le physique idéal pour le contre-la-montre.» Mais la Bernoise est une coureuse à part. «C'est un phénomène, elle est simplement exceptionnelle au premier sens du terme», valide Oliver Senn.

Et pour cause: elle n'a commencé la compétition qu'en 2017, à 25 ans! Donc sans bénéficier de toute la structure de formation mise en place. «Comme je suis arrivée tardivement dans le cyclisme, le contre-la-montre était la discipline la plus facile pour rapidement performer, analyse la médaillée d'argent olympique. Parce qu'elle demande moins de compétences tactiques et techniques qu'une course en ligne.»

Marlen Reusser aura l'occasion de gagner un premier titre mondial en contre-la-montre le 20 septembre à Bruges, en Belgique. L'épreuve masculine y aura lieu un jour avant. Stefan Küng et Stefan Bissegger seront aussi bien évidemment attendus au contour.

Thèmes

Rhubarbe, le chien qui adore la moto

1 / 10
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp
Et si c'était l'année du FC Zurich?
Vainqueur d'YB 1-0 dimanche, le FCZ est en tête de Super League après quinze journées. Et ce n'est pas pour rien.

Une victoire 1-0 grâce à un but du tout jeune Wilfried Gnonto, 18 ans, arrivé l'été passé en provenance des M19 de l'Inter Milan: Zurich a maté le champion Young-Boys avec une insolence juvénile.

L’article