DE | FR
Granit Xhaka prend grand soin de sa chevelure.
Granit Xhaka prend grand soin de sa chevelure.Image: AP Pool

Pour être performants, les footballeurs doivent être bien coiffés

La Suisse et le Chili ont dépêché en urgence un coiffeur auprès de leurs joueurs. «Il devrait y en avoir un dans chaque staff», milite un as du peigne.
21.06.2021, 17:5223.06.2021, 16:38
Suivez-moi

On a souvent pensé, mais peut-être à tort, que pour être bons, les joueurs de football avaient besoin d'être rapides et techniques. Il semblerait que nous ayons oublié une donnée essentielle, que deux épisodes récents viennent de souligner: pour briller sur un terrain, les footballeurs doivent aussi être impeccablement peignés. Comment expliquer, sinon, que la délégation suisse (à l'Euro) et chilienne (à la Copa America), ont convoqué sur-le-champ un coiffeur auprès de leurs joueurs?

Eh bien, il n'y a pas d'autre explication. «Je pense en effet que pour être performant, un footballeur se doit d'être bien coiffé», soutient Roby Myozaki. Ce figaro vaudois avait rejoint La Baule par le premier avion, en juin 2016, pour satisfaire aux exigences capillaires de Zlatan Ibrahimovic et de ses coéquipiers durant l'Euro. Il s'en était fait un devoir, convaincu qu'une bonne coupe de cheveux rendait «meilleur». «On se sent mieux dans sa peau. La confiance en soi, donc les performances, augmentent.»

Roby et Zlatan en 2016

Image: DR

Les staffs sollicitent toujours plus de coaches mentaux pour doper l'estime de leurs joueurs. Alors pourquoi pas des coiffeurs? «Ils devraient faire partie intégrante de la délégation, au même titre que les physiothérapeutes ou les masseurs, milite Roby. Les joueurs seraient mieux dans leur peau et gagneraient en sérénité. Ils bénéficieraient d'un moment pour eux, un instant à part dans un quotidien sous pression. Je n'y vois que des avantages.»

Chaque coup de ciseaux agirait comme une étape supplémentaire dans la transformation de l'homme en artiste du ballon, car «la coupe de cheveux est comme un costume: elle participe au spectacle», pointe le Vaudois. C'est pour cette raison que huit stars du Brésil, en camp de préparation dans la région lucernoise avant le Mondial 2006, avaient dépêché une limousine au salon de Beat Fuchs, lequel s'était rendu en catimini dans l'hôtel des Auriverdes. Conscient du trésor qui ondulait sous ses doigts de fée, ce crack de la tondeuse n'avait pas manqué de garder précieusement quelques boucles de Ronaldinho, que Blick avait ensuite fait gagner à ses lecteurs. Beat Fuchs avait aussi appliqué, à la demande de son client, une lotion garantissant aux plus célèbres frisettes du football un reflet auburn sous les rayons du soleil (certains matches du Mondial se disputaient en journée).

De l'avis du coiffeur, les cheveux de Ronnie sont «épais et vigoureux».
De l'avis du coiffeur, les cheveux de Ronnie sont «épais et vigoureux». Image: KEYSTONE

Certains y ont décelé une forme exacerbée de coquetterie. Roby Myozaki pencherait plutôt pour autre chose, une sorte de superstition qui agirait comme un effet placebo. «Plusieurs joueurs viennent se faire couper les cheveux dans mon salon le vendredi ou le samedi, toujours à la veille du match. Quelques millimètres de moins suffisent pour qu'ils se sentent mieux, donc plus rapides et efficaces.»

Aucune étude en soufflerie n'a jamais démontré qu'une coupe aérodynamique offrait une meilleure pénétration dans l'hair (#passionjeuxdemots). Mika Caiolas, surnommé «le barber des stars» par Konbini, reçoit lui aussi des footballeurs «avant les gros matches». Il penche pour une autre hypothèse: «Avec les réseaux sociaux, ils sont obligés de faire attention à leur image. Ils savent qu’ils vont être vus par des millions de gens et veulent être propres.»

Certains réclament davantage que des contours bien dessinés. Ils veulent une création qui les démarquera du reste du groupe, de ces 22 ou 25 autres garçons de la même génération que lui. Or quoi de mieux qu'une teinture platine dans une équipe qui ne recense aucun blond?

Le brassard, le numéro 10 (celui des artistes), les tatouages et enfin le blond platine sont autant de signes que Granit Xhaka cultive pour se distinguer.
Le brassard, le numéro 10 (celui des artistes), les tatouages et enfin le blond platine sont autant de signes que Granit Xhaka cultive pour se distinguer.Image: KEYSTONE

Poussé par le même souci de singularité, le joueur du PSG Presnel Kimpembe avait exigé de son coiffeur qu'il ne reproduise pas le même motif (un lion) sur le crâne d'un rival. «Il m’a dit direct : «S’il te plaît Mika, ne lui fais pas ça. C’est ma coupe, celle-là. Je veux la sortir dans les grands matches.»

C'est comme si, avant de sortir un grand match, les footballeurs devaient sortir une grande coupe de cheveux. Mais comment le leur reprocher? Le public attend d'eux qu'ils s'illustrent (selon l'expression consacrée). Dans ce contexte, le passage chez le coiffeur peut se lire comme le début de quelque chose d'audacieux qui pourrait se prolonger sur la pelouse, une sorte de mise en situation, les premiers éléments du costume dont parlait Roby Myozaki.

La crête comme attribut du guerrier (ici Marek Hamsik).
La crête comme attribut du guerrier (ici Marek Hamsik). Image: Keystone

La coupe, enfin, c'est aussi ce que découvre en premier l'équipe adverse lorsqu'elle pénètre sur le terrain, donc le moyen le plus direct et sûr de passer un message. C'est en signe d'une menace à venir que des joueurs comme Marek Hamsik ou Paul Pogba ont longtemps adopté la crête. Elle faisait d'eux des guerriers, et de leurs adversaires des hommes à abattre. C'était le meilleur des conditionnements.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le départ de Serena Williams met le monde du tennis dans l'embarras
En annonçant sa retraite imminente, la star américaine renonce à devenir la plus grande joueuse de l'Histoire. Elle laisse «son» record à Margaret Court, devenue une pasteure exaltée et homophobe.

C'est un grand record, un héritage encombrant que le tennis traine depuis des décennies et dont il espérait secrètement que Serena Williams le débarrasse: avec 24 trophées du Grand Chelem, Margaret Court est officiellement la référence de ce sport, la plus grande joueuse de l'Histoire. Une histoire que l'on évite de raconter aux petits enfants.

L’article